Articles

1 Geoffroy

Premier Forum de la dissidence de Polémia – Conclusion de Michel Geoffroy (Première partie)

Print Friendly

Michel Geoffroy, essayiste, contributeur régulier de Polémia.com

♦ C’est un grand honneur pour moi de conclure, au nom de la Fondation Polémia, ce Premier Forum de la dissidence, compte tenu de la qualité des intervenants qui ont animé tout au long de cet après-midi les tables rondes et les débats.


Mais c’est surtout un grand honneur d’être qualifié de dissident de nos jours en France ou en Europe.

Car, nous l’avons vu cet après-midi, la dissidence est d’abord une avant-garde : avant-garde intellectuelle, avant-garde politique, avant-garde économique, avant-garde morale et culturelle, avant-garde numérique.

La dissidence mérite aussi notre respect car, à la différence des prétendus « polémistes » qui se donnent la réplique convenue dans les médias de propagande, les dissidents, eux, prennent des risques.

Certes pas, ou pas encore, les mêmes risques que les dissidents soviétiques qui, hier, risquaient la balle dans la nuque, le goulag, l’hôpital psychiatrique ou l’expulsion. Mais les dissidents européens courent déjà le risque de la diabolisation et des insultes médiatiques, de l’interdit professionnel, de la censure éditoriale, de la mise à pied (1) et de la répression judiciaire.

Edward Snowden et Julian Assange craignent, en outre, pour leur liberté voire pour leur vie, puisque les pays européens, dont les prétendues « valeurs » consisteraient, paraît-il, à accueillir tous les réfugiés du monde, ont curieusement refusé de donner asile à ceux qui dénonçaient les agissements des Etats-Unis et de ses alliés.

Les dissidents prennent d’autant plus de risques qu’ils ne sont ni des hooligans ni des marginaux : ils se recrutent en effet dans toutes les couches de la population et c’est bien ce qui inquiète le Système.

Car il y a de plus en plus de dissidents aujourd’hui :

-des dissidents civilisationnels, qui refusent l’islamisation et le Grand Remplacement migratoire des Européens ;

-des dissidents intellectuels, qui contestent les fondements de l’idéologie dominante libérale/libertaire/cosmopolite qui a été imposée aux pays occidentaux et notamment européens, depuis la chute de l’URSS ;

-des dissidents culturels, ceux qui refusent l’art déraciné marchand et ses profanations ;

-des dissidents scientifiques, qui contestent, par exemple, le discours officiel sur la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique ou les lubies des écolos ;

-des dissidents politiques, qui agissent sur le terrain, comme Robert Ménard, ou comme ces maires qui refusent d’accueillir des immigrants illégaux, ou comme ceux qui ne se reconnaissent plus dans les partis institutionnels ; et même au sein des partis établis, il y a des traces de dissidence, comme Nadine Morano vient de le montrer ;

-des dissidents militaires, qui, comme le général Soubelet, dénonçaient le laxisme judiciaire ou, comme le général Tauzin, dénoncent le désarmement français ;

-des dissidents médiatiques, tel Eric Zemmour et tous ceux qui cherchent à se réinformer par eux-mêmes ou qui dénoncent la novlangue officielle ;

-des dissidents éducatifs, ceux qui s’en tiennent aux méthodes éprouvées, qui refusent le sacrifice des humanités, qui refusent l’éducation laxiste de leurs enfants ou qui refusent la destruction de la famille ;

-des dissidents économiques, ceux qui contestent la doxa libérale et favorisent une économie de la proximité ou coopérative, ceux aussi qui choisissent de quitter la France surfiscalisée pour s’installer à l’étranger ;

-et vous tous qui êtes présents aujourd’hui 21 novembre.

Pourquoi y a-t-il de plus en plus de dissidents de nos jours ? Pour trois raisons principales :

1/ D’abord la dissidence s’affirme parce que la parole politicienne est aujourd’hui totalement déconsidérée en Europe

Elle est déconsidérée car la classe politicienne est coupée des réalités.

Elle est déconsidérée car l’alternance ne signifie plus rien dès lors que tous les gouvernements conduisent la même politique puisque les Etats européens ont perdu leur souveraineté au profit des marchés financiers, des entreprises mondiales, des pétromonarchies, de la bureaucratie bruxelloise et des Etats-Unis.

La parole politique n’est plus légitime car les gouvernements ne gouvernent plus et ne se préoccupent plus de la chose publique, de la res publica : ils se bornent à communiquer tout en cédant aux intérêts particuliers et aux lobbys de toute sorte.

La politique est déconsidérée car l’Union européenne a détruit, en s’attaquant à l’identité et à la souveraineté des Européens, les fondements de toute démocratie.

La dissidence s’affirme car la politique est devenue un spectacle.

2/ La dissidence s’affirme ensuite parce que le Système précipite de plus en plus les Européens dans le chaos

L’Europe se trouve en effet confrontée à la convergence catastrophique de plusieurs fractures :

-une fracture démocratique marquée par une coupure croissante entre l’oligarchie européenne et les attentes de la population ;

-une fracture économique et sociale, entre les gagnants de la mondialisation économique (« la mondialisation heureuse » de MM. Strauss-Kahn et Minc) et ses perdants, les plus nombreux désormais, en particulier la classe moyenne européenne qui a été sacrifiée au nom du dogme de l’ouverture des frontières économiques et de la dérégulation ;

-une fracture civilisationnelle et religieuse, entre les Européens natifs, qui se sentent de plus en plus étrangers dans leur propre pays, et les immigrants principalement musulmans qui se considèrent chez nous comme chez eux, avec les encouragements ostensibles des gouvernements européens ;

-une fracture géopolitique entre une Europe vieillissante, vassalisée et, pour tout dire, décadente et le reste du monde qui, lui, connaît au contraire dynamisme économique, vitalité démographique et identitaire, puissance militaire retrouvée et indépendance stratégique ;

-une fracture civilisationnelle, enfin, qui s’exprime dans la guerre que nous fait l’islamisme.

Car 2015 est l’année de la radicalisation de la violence islamiste partout dans le monde : en Afrique, au Moyen-Orient et désormais sur le sol de l’Europe. Comme l’ont démontré les attentats islamistes répétés en France –qui ont débuté en fait à la Noël 2014 – et celle de la progression du califat islamiste (l’EI) de l’autre côté de la Méditerranée, notamment en Libye et en Syrie. Mais aussi l’attentat contre l’avion russe à Charm-el-Cheik (2) et les terribles attentats à Paris du 13 novembre dernier.

Un islamisme que les gouvernements européens, prisonniers de leur idéologie laxiste et immigrationniste se révèlent incapables de contrer efficacement, en admettant qu’ils en aient la volonté.

Nous sommes ainsi entrés dans une période apocalyptique de notre histoire, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire une période de révélation, au plus grand nombre, de ce qui était jusqu’alors caché par le Système, ses pompes et ses œuvres.

Comme dans le conte d’Andersen, de plus en plus de gens savent que « le roi est nu » et ils osent le dire car ils sont de plus en plus nombreux à en souffrir.

L’oligarchie et ses chiens de garde médiatiques ne cessent de diaboliser les Européens qui entrent en dissidence ou qui se tournent, comme disent les médias de propagande, vers les « solutions extrêmes » et les mouvements dits « populistes ». Mais ces mouvements ne sont pas populistes : ils deviennent seulement populaires parce qu’ils sont les seuls à répondre aux inquiétudes et au désespoir de nos concitoyens qui se trouvent confrontés à des conditions de vie de plus en plus difficiles, de plus en plus extrêmes – parce que nos concitoyens voient les usines et les commerces fermer, les mosquées fleurir et les libertés se réduire.

La dissidence s’affirme parce qu’elle est la seule à exprimer le cri de douleur des Européens face à cette convergence des catastrophes. Parce que les dissidents ont justement choisi de sortir du carcan du politiquement correct et des vérités révélées.

A la différence de l’ex-Union soviétique, les dissidents européens rencontrent donc un large écho dans l’opinion, comme en témoignent par exemple les succès éditoriaux des ouvrages dissidents partout en Europe, de Thilo Sarrazin à Eric Zemmour. C’est ce qui différencie les intellos médiatiques – genre BHL – des intellectuels dissidents : les premiers sont coupés du peuple, les seconds sont en résonance avec lui.

C’est pourquoi le Système a peur des dissidents.

3/ La dissidence s’affirme enfin parce que le Système ne tolère plus aucune contestation de la part des autochtones et qu’il se radicalise

 La prétendue société de l’information vantée par l’oligarchie a débouché sur l’interdiction de tout débat démocratique sur les questions de société.

Car nous ne vivons plus en démocratie mais en post-démocratie, c’est-à-dire sous un régime de nature oligarchique qui repose sur la désinformation, la sidération publicitaire, l’individualisme manipulé, l’idéologie du marché et des droits de l’homme.

Pour cette raison débattre des vérités officielles devient un acte de dissidence. Et pour cette raison seule la dissidence permet encore le débat.

 L’oligarchie sent bien que la situation lui échappe et que les autochtones sont en train de se rebiffer.

« A droite et à gauche, la bien-pensance n’est plus le discours dominant », s’inquiète Le Monde du 27 septembre 2015 : « Les antimodernes ont cannibalisé l’espace public », déplore un historien dans la même édition. Un autre article souligne que « les penseurs vedettes – comprenez les dissidents – prennent dans les médias la place d’élus déconsidérés »… Et Libération de déplorer le retour des « réacs » et l’hebdomadaire l’Express de titrer en semaine 45 « Les démons de la droite », avec des photos d’E. Zemmour, Ph. de Villiers et P. Buisson, qui se trouvent ainsi une nouvelle fois diabolisés, etc.

Et c’est bien parce qu’elle sent que la situation lui échappe que l’oligarchie se radicalise dans la répression politique et dans la fuite en avant dans la déconstruction de notre société (on dit modernisation en novlangue) et dans le Grand Remplacement des peuples européens destinés à casser les résistances civilisationnelles à l’instauration de la marchandisation du monde.

Et dans l’espoir, digne du père Ubu, de rendre son pouvoir irréversible, en changeant le peuple.

2015 constitue sur ce plan un tournant indéniable dans la radicalisation du Système.

 3.1) Radicalisation de la propagande d’Etat d’abord avec deux opérations majeures de désinformation : l’opération « Je suis Charlie » en France, suite aux attentats islamistes de janvier 2015, et l’opération Aylan Kurdi en Europe, en septembre dernier.

Ces opérations ont à chaque fois servi à sidérer l’opinion dans le but de :

-transformer la menace islamiste en attaque contre l’idéologie dominante, afin d’essayer de placer sur le même plan le terrorisme et la dissidence populiste ;

-transformer l’attaque d’immigrants contre les frontières de l’Europe en opération d’accueil de réfugiés ou en sauvetage de naufragés. La novlangue a été massivement mobilisée pour promouvoir le concept compassionnel de « migrants » et de « réfugiés » ;

-culpabiliser une nouvelle fois les Européens pour leur imposer des vagues d’immigrants supplémentaires.

Et il est malheureusement à prévoir que les attentats de novembre dernier donneront lieu à de nouvelles manipulations, comme celle consistant, par exemple, à nous faire croire que les terroristes ne seraient que des « Français » ou des « Belges » (3).

3.2) 2015 c’est ensuite la radicalisation de la surveillance, de la censure et de la répression d’Etat, partout en Europe

Car les attentats servent partout de prétextes à l’adoption de nouvelles législations répressives qui visent principalement à limiter des libertés essentielles, à augmenter les pouvoirs de la police administrative et judiciaire et à organiser l’espionnage de toutes les communications et la censure d’Internet, c’est-à-dire le seul espace de liberté d’expression et de dissidence numérique en Europe.

Toutes mesures censées lutter contre le terrorisme, susceptibles d’être utilisées à d’autres fins comme l’ont démontré les lanceurs d’alerte, tel Edward Snowden.

Aux Etats-Unis, les attentats du 11 septembre 2001 ont ainsi débouché sur le Patriot Act. Mais en réalité l’espionnage des communications sous contrôle judiciaire, censé se limiter aux seuls cas de présomption de terrorisme, a très vite débordé de son cadre législatif pour englober la population américaine tout entière, puis le monde entier.

Et les gouvernements européens se sont faits les complices de l’espionnage de leur propre population.

Les attentats de novembre dernier à Paris ont déjà débouché sur l’état d’urgence, dont la prolongation est prévue pour plusieurs mois. On envisage aussi la création d’un « régime civil d’état de crise » aux contours mal définis. Et, bien sûr, aussi la possibilité de bloquer les sites Internet appelant au terrorisme ou à la « haine ».

Pour le pouvoir la tentation est grande de mettre aussi ces moyens au service de la répression contre la dissidence politique et intellectuelle, répression qui ne cesse de se renforcer au fil du temps : censure des comptes Twitter et harcèlement judiciaire contre le mouvement PEGIDA en Allemagne, censure des comptes Facebook en France (4), sanctions contre les journalistes et historiens dissidents en France, décision de retirer les aides au pluralisme de la presse pour les journaux de la droite dissidente en France, censure des vidéos identitaires sur YouTube et des images des attentats islamistes en France et poursuites judiciaires à répétition intentées contre les responsables et élus populistes partout en Europe.

Car en Europe Occidentale, on lutte plus sûrement contre les dissidents politiques que contre les djihadistes.

Le terrorisme n’est pas l’ennemi du Système, en effet : au contraire, il concourt à diffuser la peur dans l’opinion européenne et à la rendre réceptive à la mise en place de mesures de plus en plus liberticides censées garantir la sécurité (5). Et au plan international, le terrorisme contribue à diffuser le chaos, conformément à la stratégie de la superclasse occidentale.

Enfin, la surveillance de la population remplit de nos jours une fonction essentielle pour le Système : prendre le contrôle de la population. La surveillance permet en effet, mieux que les sondages, d’analyser et de prévoir le comportement de la population et donc d’anticiper les mesures destinées à contrer ses réactions. C’est aussi pourquoi le pouvoir veut avancer à marche forcée vers la dématérialisation et la numérisation : car tout ce qui sera dématérialisé sera tracé et donc surveillé.

Le fait qu’on nous dise à chaque fois que cette surveillance se fait sous contrôle d’un juge doit d’ailleurs nous inquiéter au lieu de nous rassurer : car aujourd’hui ce n’est pas l’Etat de droit qui triomphe, mais le gouvernement des juges : c’est-à-dire le gouvernement de l’oligarchie judicaire qui prétend juger « au nom du peuple », mais qui en réalité n’est que la gardienne scrupuleuse du respect des commandements de l’idéologie dominante et qui met, pour ce faire, en tutelle les législateurs et les peuples européens (6).

3.3) 2015 c’est aussi la radicalisation du caractère carcéral de l’Union européenne, comme l’a montré la crise grecque

La crise de la dette grecque illustre que les principes de fonctionnement de la zone euro – c’est-à-dire la zone où les peuples européens ont perdu leur souveraineté monétaire au profit des banques et des institutions financières –n’étaient plus renégociables, même par un gouvernement démocratiquement élu, même par un pays en pleine crise économique et sociale.

Comme l’a dit sans fard J.Cl. Juncker, président de la Commission européenne le 29 janvier 2015, « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Ce qui revient à dire que nous vivons désormais sous un régime de souveraineté limitée en Europe, comme hier les « pays frères » au temps du Pacte de Varsovie, car les traités sont devenus un carcan. Propos qui rejoignent, d’ailleurs, ceux de Cécilia Malmström, le commissaire européen chargé du commerce qui négocie en secret le futur Traité transatlantique, qui a déclaré : « Je ne reçois pas mon mandat des peuples européens » (5).

Pour l’oligarchie bruxelloise, les peuples européens n’ont qu’un droit, en effet : celui d’acquiescer à leur propre servitude.

On n’est pas forcé d’avoir de la sympathie pour le parti d’extrême gauche Syriza. Mais le sort réservé à la Grèce qui fut la patrie de la démocratie européenne et qui se trouve aujourd’hui soumise à une austérité brutale et à un gouvernement économique d’occupation exercé par la Commission européenne, la BCE et le FMI pour qu’elle rembourse les banques, doit servir d’avertissement pour tous les Européens.

3.4) 2015 c’est enfin la radicalisation du Grand Remplacement migratoire en Europe

Il faut tous les ressorts de la propagande d’Etat pour désigner « accueil » ce qui est en réalité une intrusion, souvent violente, en outre, comme le montrent les images qui circulent sur les réseaux sociaux mais qui sont censurées comme par hasard dans les médias de propagande. Ou pour nous ressortir l’antienne patronale selon laquelle ces « migrants » seraient une nouvelle « chance » pour l’économie ou l’emploi.

Ce que les médias de propagande nomment « la crise des migrants de 2015 » correspond en réalité à la réalisation du scénario décrit par Jean Raspail dans son livre prophétique Le Camp des Saints, même si les immigrants d’aujourd’hui ne viennent pas du Bengale comme l’envisageait l’écrivain.

800 000 immigrants clandestins sont ainsi arrivés en Europe en 2015, selon l’agence Frontex (encore que le terme clandestin soit mal approprié puisque les intéressés ne se cachent nullement !), auxquels viendraient s’ajouter 3 millions de nouveaux migrants « clandestins » d’ici 2017 si l’on en croit la Commission européenne qui paraît s’en réjouir au surplus.

Toutes les ruses de la désinformation ne peuvent cacher que 2015 marque une nouvelle étape du chaos migratoire sur le sol de l’Europe : hier à Lampedusa et à Calais, aujourd’hui en Grèce, en Macédoine, en Hongrie, en Serbie, en Slovénie, en Bavière et aux frontières de l’Autriche.

Ce chaos n’est cependant ni fortuit ni inéluctable : car il correspond au projet mondialiste et trilatéral de destruction de l’homogénéité des nations européennes, projet auquel contribuent tous les gouvernements européens vassalisés. Il correspond aussi aux souhaits constants du patronat de faire venir une main-d’œuvre servile bon marché.

Les gouvernements européens font ainsi la guerre à leur propre peuple en organisant sciemment le Grand Remplacement (6), Grand Remplacement dont les trois piliers sont :

-l’immigration de peuplement ;

-l’avortement de masse ;

-et bientôt l’euthanasie des vieux Européens.

2015 marque sur ce plan une nouvelle étape dans ce véritable coup d’Etat migratoire que conduisent les gouvernements, avec la décision, inspirée par Mme Merkel, de répartir d’une façon autoritaire ces immigrants entre les Etats, sans consultation des citoyens que l’on somme ainsi de cohabiter avec ces intrus.

Ce que se gardent, bien sûr, de faire, évidemment, pour eux-mêmes les oligarques européens, qui vivent tous dans des zones protégées.

Décision allemande immédiatement relayée par les gouvernements européens et notamment en France où les préfets forcent la main aux élus pour organiser l’hébergement des immigrants ; où l’on réquisitionne des locaux et des logements – voire un château comme en Auvergne (7) ou symboliquement une maison de retraite comme à Triel-sur-Seine – et où le gouvernement annonce de nouvelles mesures coercitives pour obliger les Français à cohabiter de force avec les personnes d’origine immigrée, que ce soit à l’école ou dans l’habitat. On notera aussi que les immigrants sont localisés dans des résidences qui jusqu’à présent étaient épargnées par l’immigration, ce qui traduit bien la notion de « politique de peuplement » évoquée par le premier ministre Manuel Valls. Sans parler de l’intention déclarée du gouvernement français d’une augmentation des naturalisations.

Michel Geoffroy
21/11/2015

Notes :

  1. Comme Philippe Verdier récemment écarté de France 2 au motif qu’il a publié un ouvrage contestant les thèses officielles relatives au réchauffement climatique, Le Monde du 15 octobre 2015.
  2. 230 morts quand même, ce que semblent oublier nos médias de propagande.
  3. Voire des « Belges d’origine française » !
  4. 295 blocages de Facebook en France depuis janvier 2015, selon Le Figaro du 12/11/2015.
  5. Cf. le titre du Figaro du 18/11/2015 : « Les Français prêts à restreindre leurs libertés pour plus de sécurité » …
  6. Si le Traité transatlantique venait à être conclu, seraient mis en place des dispositifs d’arbitrage qui permettraient à des entreprises transnationales – et bien sûr américaines – de contester les législations qui leur déplaisent et obtenir des compensations financières – payées par les contribuables européens – pour cela. Outre que ce traité marquerait une nouvelle étape de l’asservissement européen aux Etats-Unis, il déconstruirait encore plus la souveraineté des Etats et assurerait la suprématie définitive des juges arbitres autoproclamés sur les législateurs élus.

Voir la suite en deuxième partie, en cliquant ICI

Image : Michel Geoffroy au pupitre

Polémia
22/11/2015