Articles

Pour réduire sa dette, la Grèce doit abandonner l'euro

Pour réduire sa dette, la Grèce doit abandonner l’euro

Print Friendly

Jacques Bichot, économiste, mathématicien de formation, professeur émérite à l’université Lyon3.

La dette grecque pèse aujourd’hui 320 milliards d’euros.

Encourager la production grecque en revenant à la drachme et réduire la dette en la convertissant en drachmes au taux existant lors du passage à l’euro résoudrait à la fois le problème de compétitivité et celui de l’endettement excessif.


La Grèce doit abandonner l’euro pour la drachme

Les gouvernements européens et les autorités bruxelloises tournent en rond à propos de la Grèce alors que la solution est, dans son principe, d’une extrême simplicité : que la Grèce abandonne l’euro et que sa dette soit convertie en drachmes au taux de change qui était celui de la drachme lors du passage de la Grèce à l’euro.

La drachme ne manquerait alors pas de chuter fortement relativement à l’euro, ce qui rendrait la dette grecque supportable (moyennant peut-être quelques rééchelonnements), et rétablirait la compétitivité de ce pays, sans avoir à réduire encore les salaires nominaux.

Une sortie de la zone euro inévitable pour redémarrer la production grecque

Le problème essentiel est de faire redémarrer la production en Grèce. Pour cela, il faut que les importations deviennent chères, donc que la Grèce sorte de la zone euro. L’adoption de l’euro par ce pays a été une erreur : il faut la corriger. Rappelons-nous le dicton : errare humanum est, sed perseverare diabolicum. Mais il ne servirait à rien de réaliser cette opération de retour à la drachme tout en maintenant une dette en euros impossible à rembourser.

L’Europe doit choisir une solution de marché

Alors, pourquoi chercher des solutions alambiquées destinées à réduire cette dette en euros d’un montant déterminé à l’avance ? Rendre la dette grecque remboursable par le travail des Grecs, cela signifie tout simplement la convertir en drachmes. Faire cela dirait clairement à nos amis grecs que nous parions sur leur redressement : s’ils se débrouillent pour remonter la pente, la drachme ne tombera pas indéfiniment, et nous récupérerons une partie de nos créances.

Cela indiquerait aussi que l’Europe n’est pas purement bureaucratique, mais sait choisir une solution de marché lorsqu’il en existe une bonne : en l’occurrence le marché des changes, bien mieux à même que des politiciens et des banquiers centraux semi-politiciens de déterminer ce que la Grèce est capable de rembourser, ce que valent les créances que nous avons sur elles.

Jacques Bichot
02/02/2015

Source : Economie matin.fr

Correspondance Polémia – 3/02/2015

Image : Drachmes