Articles

1 Juppe Et Lecole

« Mes chemins pour l’école » d’Alain Juppé

Print Friendly

Claude Meunier-Berthelot, juriste de formation, a fait toute sa carrière dans l’Education Nationale.

♦ « Ecole : les chemins battus et rebattus de Juppé »

Dans le cadre de sa pré-campagne présidentielle Alain Juppé a signé un livre intitulé Mes chemins pour l’école. Observatrice vigilante de 40 ans de dérives désastreuses des politiques d’éducation, Claude Meunier-Berthelot fait ici une critique acérée de ce livre qui reprend tous les poncifs des réformes en cours.
Polémia.


Monsieur Juppé prétend avoir écrit un livre intitulé Mes chemins pour l’école ! « Ses » chemins ? Des chemins que l’on connaît depuis longtemps chez les réformateurs de l’Ecole, vraie gauche et fausse droite confondues, chemins battus et rebattus, tant dans la forme que sur le fond et… « à chemin battu, il ne croît point d’herbe… » dit-on ; serait-ce le cas ?

Les références de Monsieur Juppé : Bentolila et Langevin

 Monsieur Juppé entame déjà lourdement sa crédibilité en prenant à témoin et comme référence Monsieur Bentolila, celui-là même qui, inspecteur de l’enseignement primaire, a toujours hanté les arcanes du ministère de l’Education pour s’opposer, envers et contre tout, au retour à l’usage des méthodes alphabétiques de lecture. C’est assez dire son accablante responsabilité dans l’entreprise de décérébration de nos enfants et de la déliquescence organisée du système éducatif et de la société. Ceci, d’autant que ce monsieur sait parfaitement ce qu’il fait : linguiste de son état, il connaît les dégâts majeurs causés sur le développement intellectuel des jeunes et sur leur avenir, ce qui non seulement ne l’empêche pas de persister et de signer, mais, poussant l’imposture à son plus haut degré, il a rédigé avec un cynisme éhonté plus d’une vingtaine de livres sur l’illettrisme des jeunes adultes !

La simple évocation du personnage a toujours provoqué des cris d’orfraie parmi les instituteurs qui se sont battus pour obtenir le retour aux méthodes alphabétiques de lecture qu’ils n’ont toujours pas obtenu.

L’autre référence de Monsieur Juppé : Paul Langevin ! Celui-là même à l’origine du plan dit « Langevin-Wallon » qui a servi de référence depuis 70 ans pour organiser la destruction planifiée du système éducatif. Juppé dit reprendre la belle formule de Paul Langevin : « Il faut assurer la promotion de tous et la sélection des meilleurs. ». Or, sous ces artifices de langage, ce monsieur n’avait d’autre but que de faire disparaître l’institution scolaire… ce qui est en train de se produire, avec l’aboutissement de ce plan.

C’est assez dire si Monsieur Juppé fait de bons choix pour nous convaincre de la crédibilité de ses projets pour l’Ecole.

Méthode Juppé : Enfumage

Pour ce qui est de la méthode visant à prétendument proposer de réformer le système éducatif, Monsieur Juppé prétend vouloir lancer un débat et, pour ce faire, avoir procédé à une consultation des intéressés : parents, professeurs à travers les fédérations de parents et les syndicats, alors même que ces instances ne représentent qu’elles-mêmes, accaparant l’espace et la parole en lieu et place des parents et des enseignants.

Quoi qu’il en soit, la (pseudo)consultation est une technique déjà éprouvée par différents ministres : Claude Allègre en son temps ne s’en est pas privé, Vincent Peillon non plus ; ces messieurs prétendent opérer de prétendues consultations afin de pouvoir apporter des réponses adaptées aux attentes des parents et des enseignants, alors que les résultats de ces prétendues consultations sont connus avant même que les questions n’aient été posées et vont toujours dans le sens des réformes imposées.

Pseudo-consultation

C’est ainsi, par exemple, que certains parents trouveraient l’école trop élitiste (…) et seraient très attentifs à la transmission des valeurs de la République ! C’est précisément l’axe autour duquel tourne l’Ecole en cours de « refondation ».

"Mes chemins pour l'école" d'Alain Juppé

“Mes chemins pour l’école” d’Alain Juppé

Quant aux enseignants, ils lui auraient suggéré des solutions qui correspondent également à tout ce qui se met en place actuellement dans le cadre de la « refondation » de l’Ecole pour nos enfants, « refondation » qui se caractérise par la métamorphose de l’institution scolaire en lieu de vie du primaire à l’université incluse et par la valorisation des dispositifs spécifiques aux élèves issus de l’immigration destinés, au contraire, à cultiver l’excellence.

Formation des enseignants

C’est ainsi qu’ils demanderaient que leur formation évolue : elle serait « trop axée sur les contenus disciplinaires » – ce qu’il faut traduire par « trop de français, trop d’histoire, trop de géographie, trop de mathématiques », stricto sensu – et à cet égard Monsieur Juppé insiste bien sur le fait qu’il est « tout à fait essentiel, pour l’avenir, de développer une approche interdisciplinaire », évoquant également « l’inefficacité de la notation chiffrée sur 20 pour aider l’élève à progresser ».

Ce sont précisément les dispositions inhérentes à la « refondation » de l’Ecole où les disciplines d’enseignement sont remplacées par des activités – censées correspondre à une « approche  interdisciplinaire » – sans obligation de résultat, ce qui justifie non seulement l’évolution de la formation des enseignants, actuellement en marche, mais aussi la suppression de la notation, pour les élèves, que Monsieur Juppé prétend « inefficace » !

Organisation et fonctionnement des établissements

Ce qui explique aussi que Monsieur Juppé propose de « globaliser la dotation horaire » pour chaque établissement, et non de faire des dotations par discipline d’enseignement, corollaire de la disparition des cours.

Les enseignants auraient donc demandé de « travailler en équipe ». Ce à quoi Juppé répond en écho : « L’équipe pédagogique doit former une sorte de commando. » Pas moins !

Les enseignants demanderaient également de « tout recentrer sur l’établissement », suggérant l’autonomie des établissements pour établir leurs projets d’établissement, le recrutement du personnel par les chefs d’établissement, l’autonomie des équipes pédagogiques, la formation dite « initiale » des enseignants en les plaçant directement « sur le terrain » (sans qualification) et en les faisant se qualifier par les ESPE dont les enseignants auraient salué la création, alors que ce ne sont que les IUFM rebaptisés qui n’ont jamais été supprimés et dont chacun connaît le pouvoir de nuisance.

Les enseignants lui auraient aussi suggéré de « sortir de la logique des classes » et d’organiser la scolarité en « cycles » de plusieurs années ; pour ce faire, de procéder à un rapprochement primaire/collège qui constitue un « bloc cohérent » (sic), de même pour lycée-jusqu’à bac+3, autrement dit constituer deux grands blocs de respectivement 7 et 6 années, sans considération de niveau.

C’est précisément ce qui est en train de se mettre en place.

Poursuite de la politique d’éducation dite « prioritaire »

Par contre, une grande majorité d’enseignants aurait salué les « avancées » (sic) de certaines réformes dont les « REP+ », les « cordées de la réussite », le développement des « internats », dispositifs réservés aux populations issues en majeure partie de l’immigration. Pour Juppé, c’est donc une façon de nous signifier qu’il va poursuivre cette politique ségrégationniste au détriment de nos enfants.

Conclusion

Le projet de Juppé, c’est la poursuite de la destruction de l’institution scolaire pour nos enfants et la poursuite de la politique élitiste d’éducation dite « prioritaire » pour les élèves issus de l’immigration.

Cerise sur le gâteau empoisonné de Juppé, une citation de d’Alembert : «Il faut toujours enseigner la vérité aux hommes, il n’y a jamais d’avantage à les tromper. » 

Prendre les chemins de Juppé serait donc l’assurance de ne jamais être trompé ? A nous de juger !

Claude Meunier-Berthelot
18/12/2015

Alain Juppé, Mes chemins pour l’école, éditions JC Lattès, Essais et documents, 26/08/2015, 306 pages

Voir aussi :
La « refondation » de l’Ecole : une révolution aboutie
« C’est l’identité française qu’on assassine » de Claude Meunier-Berthelot

Correspondance Polémia – 19/12/2015

Image : « La réforme de l’école est la mère des réformes »