Articles

Trahison Elites

L’homme héroïque n°6 – Conférence d’Ivan Blot

Print Friendly

 

 

 

AGIR POUR LA DEMOCRATIE DIRECTE

ET INSTITUT NEO-SOCRATIQUE

73, rue de la Faisanderie 75116 PARIS.

Courriel : atheneion@free.fr site web : www.democratiedirecte.fr

*

*     *

Le LUNDI 21 MARS à 19 h précises

A l’association « Dialogue Franco-Russe » 

120 Champs-Elysées, 75008 PARIS

 

Conférence n°6

LA TRAHISON DES ELITES

« Une nouvelle lutte des classes » ?  

 

 

Chers amis,

L’héroïsme n’est plus de mise. L’histoire montre pourtant qu’il a été vital pour les peuples. Mais en Occident, les élites ont choisi de se couper des peuples. Poussant l’égocentrisme et l’individualisme jusqu’à l’extrême, les élites se consacrent à leurs propres intérêts. Le phénomène, marginal après la seconde guerre mondiale, s’est amplifié de façon considérable lors de la « révolution culturelle » des années 1960, dénommée en France sous le vocable de « mai 68 ». La coupure politique traditionnelle entre la droite et la gauche a perdu une grande part de sa signification. Les élites politiques, médiatiques, financières, académiques, syndicales, religieuses ou laïcardes, partagent les mêmes « valeurs », mot censé masquer et justifier leurs caprices et leurs dérives.

Tout commence par l’oubli des finalités, des missions qui justifient l’existence même des élites. L’oubli des valeurs religieuses et militaires au profit des plaisirs et des intrigues de la vie de cour a perdu les élites de l’ancien régime. Aujourd’hui, les élites ne pensent qu’à satisfaire leurs appétits de carrière, leurs appétits financiers, leur volonté de puissance utilitariste. Elles se mettent volontiers au service de l’étranger dès que leurs intérêts égoïstes sont concernés. Elles veulent monopoliser tous les pouvoirs et le plus grand danger pour elles est celui de la démocratie. Le peuple est le véritable ennemi d’où leur haine du « populisme ». Or il n’y a pas d’héroïsme sans altruisme.

Les élites décadentes, coupées de leur vraie mission de servir Dieu, la famille, la patrie, ont l’argent comme préoccupation première. Les valeurs dont elles se gargarisent sont surtout des valeurs financières. L’esprit de Juda qui, dans l’Evangile, est payé pour avoir trahi le Christ n’est jamais loin. Le laxisme moral converge avec l’intérêt. La morale est une contrainte dont il faut se libérer. Comme l’écrivait Dostoïevski, « si Dieu n’existe pas, tout est permis ». Tous les caprices de l’égo doivent être tolérés au nom de la « non discrimination ». Il ne faut plus discriminer entre le bien et le mal. Seul l’argent est un critère légitime de discrimination entre les hommes. Ce comportement conduit alors au triomphe de Tartuffe : c’est au nom des droits de l’homme que l’on va détruire la morale et les peuples. « une barbarie s’avance et la science se mettra à son service a écrit Nietzsche.

Les élites se recrutent selon des critères erronés qui viennent d’une profonde méconnaissance de la nature humaine, d’une anthropologie stupide qui vient du 18e siècle (l’homme est bon par nature et la société le corrompt). L’éducation classique est éliminée : il ne faut pas former des hommes libres, citoyens patriotes, c’est trop dangereux pour le pouvoir. Les élites, privées d’enseignement en religion, en histoire, mais gavées de technologies sans âme, aggravent leurs vices et leur inculture au fil de leur carrière. Privilégiées par leurs revenus, leur logement, leurs relations, elles ignorent et méprisent le peuple qui souffre. Elles sont sans éducation véritable de leur moi, sans expérience humaine et sans racines d’où leur cosmopolitisme de principe et leur mépris des nations. Elles ont rompu avec le modèle héroïque.

Leur œuvre est donc extrêmement destructrice. Les élites sont indifférentes à la nature et à l’environnement, sinon en paroles pour se faire une belle « image ». Elles sont indifférentes aux biens culturels et acceptent la destruction du patrimoine du passé qui n’a guère pour elles de signification. Enfin, l’environnement humain est leur dernier souci. Leur environnement à elles est protégé. Que des personnes âgées pauvres voient leur environnement humain traditionnel saccagé et remplacé par des personnes d’autres mœurs et d’autres cultures, cela ne les gênent pas. Pire encore, elles traiteront le petit peuple de « raciste » s’il persiste à vouloir vivre dans un environnement français. Les élites, contrairement à celles de l’antiquité, sont devenues cosmopolites. Cette attitude pharisienne, méprisante à l’égard de la nation et autoritaire est parfaitement symbolisée par le personnage inhumain qu’est madame Merkel qui veut rendre les Allemands vertueux au sens où elle l’entend contre leur gré. Celle qui a empêché la mise en place de la démocratie directe en Allemagne, ce que souhaitait le chancelier Schroeder, décide dictatorialement, sans consultation populaire aucune, d’ouvrir les frontière à l’invasion migratoire. Des juristes envisagent aujourd’hui une plainte auprès de la Cour constitutionnelle de Karlsruhe pour haute trahison. Mais les systèmes judiciaires occidentaux sont conçus pour ne pas remettre en cause les privilèges des élites et il ne faut pas attendre a priori qu’ils défendent les intérêts du peuple.

Face à de telles élites cosmopolites, corrompues et arrogantes, on sent la révolte populaire, « populiste » disent les élites avec mépris, monter dans les urnes. Donald Trump, Nigel Farage, Marine Le Pen, Viktor Orban ou le maire de Londres Boris Johnson sont des exemples de cette révolte car leurs discours rencontrent les préoccupations du peuple et les sarcasmes hautains des dirigeants.

A bientôt. Bien cordialement

Ivan Blot
5/03/2016

Correspondance Polémia – 11/03/2016

Image : «L’Oligarchie trahit, trompe, détruit»