Articles

Le mariage pour tous, mais pas avec le FN

Le mariage pour tous, mais pas avec le FN

Print Friendly

Fraternité enfin, mais pour certaines alliances uniquement.

Les Romains avaient déjà constaté en leur temps que ce qui est permis à Jupiter ne l’est pas aux vaches (Quod licet Iovi, non licet bovi). Au XVIIIe siècle, Voltaire critiquait lui aussi le « deux poids, deux mesures » pour l’application des droits. Aujourd’hui, notre site éponyme rapporte quotidiennement les entorses aux valeurs républicaines : liberté d’expression sauf pour ceux qui ne sont pas d’accord avec le régime, égalité mais pas dans le traitement des émeutes du Trocadéro (400 CRS et gendarmes qui n’interviendront pas) et des Manifs pour tous (4.500 agents des forces de l’ordre qui se défoulent).
Boulevard Voltaire.


Fraternité enfin, mais pour certaines alliances uniquement. Ainsi, dans la Somme, le militant UMP Arnaud Cléré a annoncé son intention de faire une liste commune avec le FN « car cela fait trente ans que Gamaches est géré par une municipalité socialo-communiste ». Ce brave homme pensait que le rôle d’un parti d’opposition était de prendre la place du parti au pouvoir et que la droite devait s’opposer à la gauche… Ce raisonnement a déplu à L’UMP qui a exclu Arnaud Cléré de ses rangs, car on ne doit pas s’allier avec le FN, quitte à perdre les élections.

Nul besoin de s’allier avec le FN pour être suspecté d’intelligence avec l’ennemi : lorsqu’un candidat FN se retire au second tour, la gauche accusera la droite d’avoir pactisé avec le diable, et lorsqu’un candidat de gauche se maintient, la droite lui reproche d’avoir fait élire Marion Maréchal Le Pen. Pire : aux municipales de Béziers, Robert Ménard se déclare sans étiquette, mais vu que le FN ne présente personne, l’on s’acharnera à lui en coller une.

À l’inverse, il est des alliances licites, quod licet Iovi : le PS ratisse large, des stalinistes jusqu’au MODEM… et désormais jusqu’à l’UMP ! En effet, dans les Bouches-du-Rhône, Roland Povinelli, maire sortant PS, se représentera avec des colistiers UMP. Monique Robineau, conseillère régionale et secrétaire départementale adjointe de l’UMP, déclare : « Dans une élection municipale, il faut aller au-delà des étiquettes politiques, s’attacher aux valeurs humaines et au travail accompli. » C’est aussi ce que pensait Arnaud Cléré… non licet bovi.

Non contents de nous avoir habitués aux désistements de second tour au nom du « front républicain » et du « cordon sanitaire », PS et UMP organisent désormais des listes communes dès le premier tour. Le mariage pour tous, mais pas avec le FN !

En cette période de crise, l’organisation des élections étant très coûteuse, je suggère un moyen de faire des économies aux prochaines municipales : n’autoriser que deux listes, le FN et les autres. Cela permettrait de supprimer le second tour et simplifierait le choix des électeurs. Je me demande même s’il est vraiment nécessaire d’organiser un premier tour tant le FN est diabolique. Ainsi, nous serions d’office dirigés par le PS et l’UMP. Bref, rien ne changerait…

 Jean-André Bossy
Boulevard Voltaire
Le 3 juin 2013

Correspondance Polémia – 6/06/2012

Image : stationnement interdit