Articles

Julian Assange

Julian Assange «La France est incapable de protéger sa souveraineté vis-à-vis des Américains!»

Print Friendly

Julian Assange, informaticien et cybermilitant australien.

♦ Slate.fr en partenariat avec Arte et Slugnews a mené une interview exclusive de Julian Assange, cofondateur de Wikileaks, premier site à avoir publié des centaines de documents secrets de l’US Army ou de la diplomatie américaine.

Pour la première fois, il revient sur les Panama papers, sa situation, la politique française en matière de renseignement.


Londres, le 11 avril 2016 

Ce matin d’avril quand nous rencontrons Julian Assange, à la Une des tabloïds, le visage de David Cameron. Le premier ministre britannique doit s’expliquer sur les Panama Papers. L’Angleterre gronde et veut sa démission. Partout c’est la déflagration Panama Papers, annoncée comme le plus grand leak, la plus grande fuite de documents de l’histoire; un scandale mondial. 109 rédactions du monde entier, plus de 300 journalistes, ont participé à l’analyse de plus de 11 millions de documents. Des hommes politiques, des grands patrons et des stars du sport sont épinglés.

L’homme qui nous attend a lui aussi plusieurs fois fait trembler le monde à coup de révélations: Julian Assange est le cofondateur de Wikileaks. Son site en ligne est le premier à avoir publié des centaines de milliers de documents secrets de l’US Army et de la diplomatie américaine. Sous le coup d’un mandat d’arrêt de la justice suédoise pour une affaire de mœurs, Julian Assange craint d’être extradé vers les États-Unis où il risque la prison à vie pour espionnage. Depuis 1952 jours, il a trouvé refuge dans les locaux de l’ambassade d’Equateur à Londres. Pas une prison dorée, mais un appartement sombre au rez-de-chaussée d’un immeuble cossu proche du célèbre magasin Harrods. Si Julian Assange franchit la porte, s’il met un pied dans la rue, il sera aussitôt arrêté.

À la mi-mars, nous étions déjà là, dans la même pièce, pour une première rencontre. Nous avions alors fait connaissance, le pape de Wikileaks était méfiant. Nous avions évoqué avec lui une enquête qui mobilise Slugnews, notre collectif d’investigation. Julian Assange nous a écoutés, il a noté, posé des questions, a peu parlé. Des emails et des jours plus tard, il a accepté notre demande d’interview face caméra.

Après une fouille par le personnel de l’ambassade et la remise de nos téléphones portables, nous revoilà dans cette pièce. Un membre de Wikileaks, nous prévient: «pas de selfie avec Julian», il nous raconte que souvent les gens ont tendance à prendre «Julian» en photo à peine passé la porte. Deuxième demande «éviter les Panama Papers»

Julian Assange attend dans le couloir, un peu tendu à cause des objectifs. Difficile à croire pour l’homme qui aimait tant les caméras, mais l’enfermement l’a changé, fragilisé… Début février, un groupe d’experts de l’ONU a dénoncé sa détention comme arbitraire. Le monde de Julian Assange c’est un univers de surveillance et de conspiration, de documents exhumés et de secrets révélés au grand jour. Reclus, enfermé, il rêve de transparence totale.

Il entre, il est sur ses gardes. Mais à ses détracteurs Assange refuse d’offrir l’image d’un homme affaibli. Il lève la tête bien droite pour répondre à notre première question. Au fur et à mesure de l’entretien, il se détend, parle et aborde sans gêne les Panama papers.

Slug News: Vous êtes reclus depuis 1.952 jours dans l’ambassade d’Équateur à Londres, comment allez-vous M. Assange?

Julian Assange: On me demande tout le temps comment je vais. Je réponds simplement: «comme tous les jours». Suis-je en colère? Bien sûr. Mais je suis prêt à payer le prix de mes convictions.

L’ICIJ et plus de cent médias dans le monde viennent de sortir les Panama Papers, la plus grande fuite de l’histoire du journalisme, qu’en pensez-vous?

Concernant les informations provenant du cabinet d’avocat au Panama et données à la Süddeutsche Zeitung, c’est du bon travail de la source et des deux journalistes qui l’ont encouragée. Pour les autres aspects, il y a du bon et du mauvais. À ce stade les Panama Papers sont l’un des plus petits «leak» de l’Histoire. Pourquoi dis-je cela? Parce qu’ils n’ont publié que 160 documents. Sur 4,5 millions d’emails, ils n’ont choisi que 160 documents! Il y a beaucoup de bons journalistes impliqués, il y aura donc de bonnes histoires. Mais d’un autre côté, tout ça est dirigé depuis Washington par une entité appelée ICIJ. Je ne remets pas en cause leur travail, mais il y a un problème. Les enquêtes de ces journalistes sont financées par des fondations basées à Washington et parmi elles, il y a Rockefeller, Soros etc.

Cela se situe pourtant dans la droite ligne de ce que vous avez initié?

Il y a un autre détail qui me chiffonne, l’ICIJ n’a pris que la moitié de notre modèle, la méthode Wikileaks. A savoir, obtenir des documents, les analyser et les sortir via une collaboration mondiale. Ça c’est bien! Mais ils ont totalement renoncé à tout mettre en ligne sur leur site. Ils auraient dû publier 90% des Panama papers, des millions de documents au lieu de 152 seulement. [le collectif ICIJ a annoncé qu’ils rendraient la base de données des Panama Papers accessible à partir de fin mai, mais pas dans son entièreté, seulement une «sélection», «dans l’intérêt public», ndlr].

Mais en quoi cela change-t-il quelque chose au fond?

C’est tout le système offshore qui est en jeu. Des millions de personnes y participent, des petites sociétés aux plus importantes. Cela n’est pas quelque chose qu’on peut atteindre avec un scandale de personne ici ou là. C’est un système qu’on ne pourra changer qu’avec des millions de mini scandales. Il n’y aura jamais des millions de mini scandales à la une des journaux parce qu’il n’y a pas assez de journalistes. Ça ne changera rien!

Pour être efficace, on a besoin de chaque avocat prêt à attaquer en justice, de chaque entreprise escroquée qui veut porter plainte, des gens qui veulent vraiment savoir qui est l’homme que va épouser leur sœur. Tous ces gens, toute la société doit avoir accès aux documents. C’est ça qui fera la différence.

En juin 2015, Wikileaks a sorti des documents qui révélaient l’espionnage des plus hauts dirigeants européens et notamment Français par les services de renseignements Américains. Quelles ont été les conséquences?

L’Élysée était effrayé à l’idée que ça s’accélère, ce qui l’obligerait à un geste fort ou au moins symbolique. Comme accorder enfin l’asile politique à Edouard Snowden ou me l’accorder à moi. Il aurait été logique d’expulser l’ambassadrice américaine, puisque ce sont des présidents français qui ont été espionnés. On sentait dans l’atmosphère que cela pouvait se produire ainsi.

Mais le gouvernement américain a averti la France: «calmez-vous! Pour compenser, on va vous donner plus de renseignements. Des renseignements sur les Allemands, des renseignements sur l’Afrique… On va vous donner beaucoup plus de renseignements. Oui nous espionnons vos présidents, nous espionnons les fleurons de l’industrie française, nous interceptons les contrats. Mais si vous vous plaignez, nous cesserons de vous donner des renseignements. Et il y aura plus d’attaques terroristes en France.»

La terreur, la peur d’attaques terroristes islamistes en France, peut ainsi être utilisée pour contrôler votre pays.

C’est une forme de marché?

C’est une tactique mafieuse. Un chantage à la protection. «Regarde, tu ferais mieux de me payer, payes-moi si tu veux que je te protège. Si tu ne le fais pas ça va être dangereux, mais si tu le fais, ça va aller». Concrètement, cela montre que la France est incapable de protéger sa souveraineté vis-à-vis des Américains.

Quand la France a-t-elle commencé, selon vous, à lâcher une part de son indépendance?

Nos documents mentionnent l’ex-président, Nicolas Sarkozy, et l’appellent «Sarkozy l’américain». Il a poussé la France vers son plus haut niveau de coopération en matière de renseignements militaires. La France est une puissance nucléaire indépendante. Elle a une culture propre, une langue, elle est assez puissante pour s’imposer sur le plan du renseignement. Mais il y a un tel désir de coopération, un tel lobby que cette culture française s’efface.

Comment expliquez-vous cela?

Quand nous avons révélé que les trois dernières présidences ont été totalement pénétrées par les Etats-Unis et que les présidents eux-mêmes ont été espionnés personnellement, quelle aurait dû être la réaction de la DGSE et des autres services secrets français? Ils auraient dû nous contacter immédiatement pour nous demander: «est-ce que vous en savez plus? Pouvez-vous nous expliquer comment nous avons échoué à protéger le président contre l’espionnage américain?» Mais rien de tout cela ne s’est produit.

Pourquoi?

Les services français ne sont pas idiots. Mais ils ne voulaient pas contrarier les services secrets britanniques, les américains. Cette volonté était tellement puissante qu’ils ont préféré être victime plutôt que de comprendre. Nous avons encore d’autres documents que nous n’avons pas publiés. Il y a donc encore des choses que les services secrets ignorent sur l’espionnage de la France par les Américains, y compris au sein de ses partis politiques.

Vous fustigez les services de renseignements et leur attitude?

La totalité des services secrets sont incompétents: parce qu’ils sont SECRETS! Le secret engendre l’incompétence. Vous n’avez pas de concurrence puisque tout est secret. Le secret est la meilleure couverture de l’incompétence et a pour résultat que les services n’ont nullement l’ambition de devenir meilleurs. Il y a une camaraderie entre les services de renseignements occidentaux. Ils regardent le monde de la même manière. Ils coopèrent entre eux et tentent de cacher leurs activités, même à leurs pays respectifs. Ils s’entraînent ensemble, s’échangent des équipements, participent à des missions ensemble. Ils ont l’impression de faire partie du même système, d’un seul et même groupe de personnes.

Que s’est-il passé lors de la fuite d’Edward Snowden?

N’est-ce pas totalement surréaliste? La plus grande chasse à l’homme que le monde ait jamais vue, s’est déroulée pendant deux semaines: le gouvernement américain a tenté par tous les moyens, légaux et illégaux, de capturer Edward Snowden à Hong Kong. Et Wikileaks, un site, un petit site en ligne a réussi dans cette lutte mondiale à aller sur place et à exfiltrer Edward Snowden sous leur nez. La CIA, la NSA, le département d’État et la Maison Blanche étaient pourtant sur les dents. J’étais moi-même ici, surveillé de toutes parts.

Comment expliquer cela? Nous sommes bons dans ce que nous faisons, ok, mais ça ne suffit pas. La véritable explication c’est que le système de renseignements est totalement incompétent.

Interview de Julian Assange
11/04/2016 – 29/04/2016

Source : Slate.fr
http://www.slate.fr/story/117419/julian-assange-services-secrets-panama-papers

Voir aussi :
Wikileaks: 5 heures de conversation secrète entre Eric Schmidt et Julian Assange
http://www.slate.fr/lien/71265/wikileaks-conversation-secrete-julian-assange-eric-schmidt-google

Correspondance Polémia – 2/05/2016

Image : Julian Assange, août 2013