Articles

Ici Moscou : les Français parlent aux Français ! Partie 1

Ici Moscou : les Français parlent aux Français ! Partie 1

Print Friendly

♦ Alexandre Latsa, journaliste, écrivain et consultant français résidant à Moscou.

Le 25 mai dernier, Pauline Betton, la plus jeune mais aussi l’unique femme candidate des élections consulaires de Moscou, a été élue conseiller consulaire des Français résidant dans la zone Russie-Biélorussie.


1/ Pauline bonjour et merci de répondre aux questions de Spoutnik. Concrètement, un an après l’élection à quoi finalement sert un conseiller consulaire?

Le fait d’être à l’étranger donne du recul sur la politique française et le fait d’être grand électeur nous donne du poids. C’est une formidable opportunité de faire de la politique au sens noble du terme, par conviction et au service du bien commun. Les deux millions de Français de l’étranger inscrits aux registres de leurs consulats respectifs sont représentés aujourd’hui par 443 conseillers consulaires dont 3 pour la Russie et la Biélorussie. 90 siègent à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE). Ces élus de la République au-delà des frontières élisent avec les députés des Français de l’étranger 12 sénateurs. Hormis ce droit de vote, nous avons très peu de prérogatives définies par la loi. Nous siégeons deux fois par an afin de délibérer des questions d’intérêt général pour la communauté. A Moscou les conseils consulaires attribuent les bourses scolaires et les aides sociales aux personnes âgées et handicapées. Nous sommes invités aux conseils d’établissement du lycée Français Alexandre Dumas, aux commémorations des 11 novembre et 8 mai organisées par la Mission Défense, aux rencontres avec les sénateurs et députés de passage lorsqu’ils souhaitent rencontrer la communauté française. C’est une fonction bénévole qui offre beaucoup de libertés et qu’il faut habiter.

2/ Quel est votre bilan d’élue après un an d’activité?

— Lors des difficultés au lycée Français dues à la chute brutale de la devise russe, nous avons défendu l’idée d’un budget et de frais de scolarité en monnaie locale comme cela se pratique dans d’autres établissements similaires du réseau AEFE.

— Par ailleurs, je suis engagée dans la défense des Chrétiens d’Orient et j’ai prêté mon concours à la réalisation du spectacle de théâtre Louis de France Roi et Saint au profit de l’Œuvre d’Orient. 10 000 Euros ont été levés pour les réfugiés Chrétiens et Yezidis du Kurdistan Irakien grâce au talent des enfants.

— À la demande des paroissiens de Saint-Louis des Français j’ai obtenu 6 000 Euros de la réserve parlementaire

Les expatriés français n'envisagent pas de quitter la Russie

Les expatriés français n’envisagent pas de quitter la Russie

du sénateur Del Picchia pour financer la mise en conformité de l’église.

— J’ai également signé deux pétitions en faveur de la livraison des Mistral et de la levée des sanctions. La première en octobre, remise en main propre au Président de la République par notre député Thierry Mariani et la seconde, aux côtés de nombreux parlementaires, a été publiée dans Valeurs Actuelles par le collectif Français Libres.

— Enfin, dans le cadre du laboratoire d’idées d’Ici Moscou, le philosophe François-Xavier Bellamy est invité prochainement à venir s’exprimer sur les questions d’éducation.
Élue indépendante sur la liste Ici Moscou née de la résistance des Français au soit disant Mariage pour tous, j’ai choisi de soutenir la réélection du sénateur Robert Del Picchia, défenseur de la filiation naturelle et qui s’était positionné sans ambiguïté contre la loi Taubira. Benjamine de sa liste, je bénéficie grâce à lui d’un relais très expérimenté pour faire passer les doléances de mes concitoyens au plus haut niveau. Cela m’a également permis de développer un réseau d’élus à travers le monde, nous nous entraidons. Enfin pour nos concitoyens, nous avons mis en place une lettre d’information tous les trimestres dont l’objectif est de rendre compte du mandat confié. Je suis donc connectée et pas seulement sur Twitter!

3/ Votre élection s’est déroulée avant les grands évènements en Ukraine, quel est votre regard sur la nouvelle situation pour la France, l’Europe et la Russie?

L’élection a eu lieu en mai, juste après les évènements de Maïdan à Kiev qui ont provoqué le retour de la Crimée en Russie. C’était avant que la situation ne dégénère en véritable guerre civile avec les séparatistes de l’est appuyés par la Russie d’un côté et le gouvernement de Kiev soutenu par l’Union européenne, l’OTAN et les États-Unis de l’autre. La France doit aujourd’hui tout mettre en œuvre pour tenter d’enrayer cette confrontation meurtrière, sinon l’Ukraine s’effondrera. Ce n’est l’intérêt de personne, ni des Russes, ni des Européens et bien sûr ni celui des Ukrainiens. Or nous sommes à la fois attachées à la souveraineté de l’Ukraine et au maintien de nos relations avec la Russie.

La France ne joue un rôle utile que lorsqu’elle agit souverainement en n’hésitant pas à s’affranchir le cas échéant de la logique du bloc occidental qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui et qui est en partie responsable du chaos actuel qui règne non seulement en Ukraine mais aussi tout autour de la Méditerranée. L’Ukraine est une vieille nation chrétienne, un pont jeté depuis plus de mille ans entre l’Europe et le monde russe. Nous voulons défendre ce pont! Il en va de la paix de notre continent. Pour cela il semble réaliste de parler avec la Russie et donc avec ceux qui la gouvernent aujourd’hui.

Sans la Russie, l'Europe serait mutilée

Sans la Russie, l’Europe serait mutilée

Le Président du Sénat Gérard Larcher est venu à Moscou en février 2015, après les accords de Minsk II, dans le cadre officiel de la diplomatie parlementaire pour nous rappeler qu’il ne faut jamais perdre le contact.

A cet égard, beaucoup de Français de Russie ont regretté l’absence à Moscou le 9 mai d’une représentation française à la hauteur des solennités du soixante dixième anniversaire de la capitulation du 3e Reich. Le 8 mai nous étions bien derrière notre ambassadeur pour une cérémonie émouvante commémorant la fraternité d’arme de la France et de la Russie au monument des pilotes et des mécaniciens du régiment Normandie Niémen. Sur la décision du Général De Gaulle à Londres, elle fut, pendant seconde guerre mondiale, la seule unité occidentale combattante sur le front russe… aux côtés des peuples de l’Union Soviétique.

Mais rêvons un instant à ce qu’aurait pu être le lendemain sur la Place Rouge… Imaginons la Légion étrangère française défilant de son pas légendaire et fermant lentement la marche des régiments chinois, indiens, serbes et de toutes les nations du monde présentes à Moscou ce jour-là… Dans la tribune officielle des messages constructifs auraient pu passer entre les Présidents français et russe… Ce fut une belle occasion manquée!

4 / La légion étrangère, curieuse image… à quoi pensez-vous?

En fait, je pensais à un beau-frère, officier de légion, qui est en opération en Afrique. L’armée française est magnifique… Au Mali, au Tchad, en Centrafrique, au Liban, dans le ciel du Moyen Orient et sur tous les océans du monde, ses hommes servent aujourd’hui la France et la paix avec de maigres moyens mais une valeur extraordinaire et ceci dans l’ignorance quasi générale du pays. Je voudrais leur rendre ici hommage à tous!

5/ Quels sont d’après vous les impacts des sanctions sur la relation franco-russe?

Ces sanctions ont été décidées en juillet dernier après la forte émotion suscitée par le crash du vol commercial MH117 abattu alors qu’il survolait le théâtre de guerre du Donbass. Les circonstances de ce drame restent mal élucidées à ce jour. Mais les 300 passagers qui ont péri dans ce drame s’ajoutent aux 6000 morts ukrainiens et russes de ce conflit fratricide absurde

Les sanctions pèsent lourds sur les entreprises françaises et sur toute l’économie européenne sans pour autant beaucoup impressionner les Russes. La société américaine Bell Aircraft corporation vient de signer un accord pour construire une usine d’assemblage d’hélicoptères dans l’Oural. C’est bien le signe que ces sanctions ont montré leur limite et ne sont plus une méthode adéquate. Il se trouve qu’elles arrivent aujourd’hui à échéance et que les Européens doivent décider de les prolonger ou non. Elles ont vécu et doivent être levées!

A suivre : voir partie 2

Entretien avec Pauline Betton mené par Alexandre Latsa
3/06/2015

Note :

Voir : Ici Moscou : les Français parlent aux Français ! Partie 2

Source : sputniknews.com

Correspondance Polémia – 13/06/2015

Image : Pauline Betton, conseiller consulaire des Français résidant dans la zone Russie-Biélorussie