Articles

1 Partie Affiche Dissidence 550x300 276x155

Fondation Polémia : 2e Forum de la dissidence. Compte rendu. Première partie

Print Friendly

Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia

Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia

 Fondation Polémia

 2e Forum de la dissidence

 Paris, 19 novembre 2016

 Première partie

 Allocution d’ouverture

Par Michel Geoffroy

Et

Un aperçu de la dissidence en Hongrie

par Ferenc Almassy et Nicolas de Lamberterie

Partout, dans le monde occidental une dissidence se développe. Mais le terme de dissidence n’est pas tout à fait approprié pour décrire un phénomène qui couvre différents aspects tels l’opposition au mariage pour tous, la contestation policière en France, le Brexit au Royaume-Uni… Ainsi le qualificatif de dissident n’apparaît plus comme l’attribut de l’individu isolé en rupture avec son Eglise, son parti ou son pays.

Par l’ampleur prise par le mouvement, cette dissidence cède progressivement la place aux prémices d’une révolte voire d’une révolution dans l’ordre politique et social.

La dissidence, si l’on retient encore cette désignation, a un sens : celui du réveil des majorités qui mettent en cause le pouvoir minoritaire des classes dirigeantes. Elle a des causes : la perte par les gouvernements de leur légitimité, d’une part ; la désillusion vis-à-vis des promesses de l’oligarchie sans cesse trahies et les mensonges de leurs médias affiliés, d’autre part.

Le réveil des majorités : une démocratie qui ne fonctionne plus

Dans une démocratie qui fonctionne la politique conduite par les gouvernements doit répondre aux attentes des peuples. En Europe, de nos jours, ce n’est plus le cas parce que nous vivons en postdémocratie, même si celle-ci conserve les apparences de la démocratie. S’il est permis de changer les hommes qui détiennent le pouvoir, pour autant aucun renversement des politiques menées n’est autorisé. Au surplus, au sein de la zone euro, les gouvernements sont devenus de simples mandataires de la Commission de Bruxelles, des banques et des différents groupes de pression qui représentent les intérêts d’entreprises mondialisées. Partout prévaut une politique libérale/libertaire marginalisant l’idée de nation et mettant en exergue les droits de l’homme et le principe de non-discrimination. Peu importe alors que l’apparence donnée à ces politiques soit de gauche ou de droite.

Une illustration symbolique de cette défiance de l’oligarchie vis-à-vis de la démocratie tient au propos énoncé par Jean-Claude Juncker dans un entretien accordé au journal Le Figaro (édition du 29 janvier 2015) à l’occasion des élections législatives grecques : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Ainsi la démocratie se transforme en une soumission à cette idéologie libérale/libertaire que véhiculent les traités européens. Sous le vocable d’Etat de droit, cette soumission a pour fondement la tutelle exercée par des juges inamovibles sur des législateurs amovibles. Dans un système politique ainsi contraint le référendum, expression de la volonté du peuple, ne saurait avoir sa place. D’autant que ceux tenus en France et aux Pays-Bas sur le Traité constitutionnel européen en 2005, sur le Brexit au Royaume-Uni, le 23 juin 2016 et concernant l’immigration en Hongrie, le 2 octobre 2016, ont abouti à des résultats à l’encontre des vœux de l’oligarchie. Ils ne peuvent donc inspirer à cette dernière qu’une phobie.

La postdémocratie, comme elle apparaît ainsi, est la manifestation institutionnelle d’une « révolte des élites » selon l’expression du sociologue américain Christopher Lasch.

Affranchies de l’hypothèque de la révolution sociale après la chute du communisme et fortes du ralliement des gauches parlementaires au capitalisme mondialisé dans les années quatre-vingt, les classes dirigeantes européennes ont décidé de remplacer par une immigration de masse des peuples qu’elles ont abandonnés. Il ne s’agit pas d’une fatalité qui s’imposerait par le fait d’une pression externe mais d’un projet qui vise à une domination de l’oligarchie mondialiste.

Face à cette substitution en cours les populistes, qui affirment nous sommes chez nous et nous entendons rester libres, sont les démocrates de notre temps.

Des gouvernements qui ont perdu leur légitimité

Affichant une rhétorique fataliste, contre le chômage on a tout essayé, la crise est mondiale, la crise contre le terrorisme sera l’affaire d’une génération, les gouvernements montrent leur impuissance à assurer le bien commun. Ils n’en disposent même plus les outils. Ils ont transféré à l’Union européenne les principaux attributs de la souveraineté nationale : l’émission de la monnaie, la maîtrise du budget, le cadre législatif. De plus, cette Union européenne n’est même pas un Etat souverain ; elle se refuse à l’être car elle a renoncé à l’idée de puissance.

Mais si les Etats, par les abandons consentis, provoquent la désagrégation des fonctions régaliennes propres à assurer la paix civile et la concorde des peuples, ils n’en développent pas moins une force oppressive afin de contrôler les populations : espionnage des communications, création de fichiers électroniques, chasse aux automobilistes… Ils montrent ainsi leur impuissance pour la sauvegarde du bien commun.

Si les Etats européens sont impuissants, ils sont aussi malfaisants

Cette malfaisance est manifeste dans le domaine de l’immigration où les Etats apparaissent même comme collaborationnistes :

  • ils se refusent à distinguer l’immigration régulière de l’immigration clandestine ;
  • ils combattent mollement le terrorisme car ils n’osent pas désigner ouvertement l’ennemi ;
  • ils encouragent le communautarisme par l’appel au vivre-ensemble.

Malfaisants, les Etats se sont rangés explicitement aux côtés des clandestins contre les autochtones. En témoigne la déclaration du premier ministre Manuel Valls : « Ceux qui se mettront en travers de l’accueil des réfugiés trouveront l’Etat devant eux. »

Face à cela, les majorités autochtones refusent la prétendue fatalité du Grand Remplacement migratoire et de l’islamisation de l’Europe. Ils contestent les gouvernements et ils n’hésitent pas à les siffler lors de manifestations officielles.

Si le socialisme exprimait le cri de douleur du prolétariat, la dissidence est la manifestation d’une détresse face à une identité européenne, diabolisée, trahie, assassinée.

Pour les peuples, la défense de l’identité prend désormais le pas sur celui de la souveraineté.

Les promesses sans cesse reniées de l’oligarchie et les mensonges des médias à leur service

 Au sein des peuples occidentaux, qu’il s’agisse de l’Europe ou des Etats-Unis, les majorités se soulèvent contre une oligarchie arrogante qui les trompe sur la situation économique et leur assène l’idée que l’immigration est une chance. Elles n’ont pas la moindre confiance dans des médias qui relaient le discours de l’oligarchie, véritables boussoles qui indiquent le sud.

Ce désaveu des peuples marque la fin de la révolte des élites. Il fuse des profondeurs de la population autochtone qui se refuse à entrer dans le jeu d’une culpabilisation prônée par ces élites et à la censure qu’elles exercent. La résistance qui émerge d’une opinion majoritaire rend caduque la stratégie de mobilisation des minorités au service de l’oligarchie, thème notamment promu par Terra Nova.

La résistance qui se développe n’est pas le gage de la certitude du succès

Si les politiciens au service du pouvoir dominant gouvernent mal et suscitent de ce fait l’opposition des peuples, pour autant ces politiciens savent défendre leurs positions. Ainsi, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, déclarait en août 2016 : « Nous avons le devoir de ne pas suivre les populistes et de bloquer leur venue au pouvoir ». Dans ce sens, la classe dirigeante apparaît plus préoccupée de mater la dissidence populaire que de réprimer l’immigration clandestine ou les apprentis djihadistes. Cette volonté d’étrangler une dissidence en ascension s’exprime par exemple au travers du projet de loi soumis au vote du Parlement français qui vise à créer un nouveau délit d’entrave numérique à l’avortement.

Force est de reconnaître que dans l’action de résistance des majorités, les pays anglo-saxons offrent plus d’ouverture qu’en Europe continentale. Les médias y sont plus libres et le bipartisme constitue un rempart contre une offre politique très éclatée qui permet la constitution de combinaisons politiciennes au service du pouvoir.

Dans cette postdémocratie, il ne saurait y avoir de confiance aveugle envers les élections. Il appartient alors à chacun d’agir à son niveau sans attendre les résultats électoraux.

Cette action consiste en des mobilisations face à diverses causes : l’annulation du concert sacrilège du rappeur Black M à Verdun ; l’aide aux SDF ou aux Chrétiens d’Orient ; les policiers en colère ; les Corses victimes des comportements d’une racaille ou de familles qui veulent islamiser des plages.

La dissidence résistante peut d’ores et déjà inverser le cours des choses.

*

*     *

Un peuple européen en dissidence : les Hongrois

Ferenc Almássy, journaliste indépendant basé en Hongrie, collaborateur au Visegrád Post, a présenté les grands traits de la politique menée par le gouvernement hongrois pour préserver la souveraineté du pays et s’opposer à l’action des institutions et des organismes internationaux qui veulent le soumettre.

Historiquement, la Hongrie, qui était un pays de plaines et de cavaliers ouvert aux invasions par sa géographie, a développé par les épreuves qu’elle a traversées une âme résistante. Ainsi, elle s’est défendue contre l’islamisation que voulurent lui imposer les Ottomans qui avaient déferlé sur le pays au XVIe siècle. Constituant l’un des deux piliers de l’Empire austro-hongrois, la Hongrie fut amputée par le Traité de Trianon qui la dépouilla d’une partie de ses territoires. Pendant l’entre-deux-guerres, le régent Horthy s’est employé à lui restituer une dimension politique. Sous la domination soviétique, la Hongrie fut, parmi les pays soumis à la férule communiste et au Pacte de Varsovie, celui qui mena la révolte la plus violente et la plus sanglante contre le régime imposé par Moscou. En 1989, c’est en Hongrie à travers la frontière qui la sépare de l’Autriche que s’ouvre la première brèche dans le Rideau de fer.

Libérée du joug communiste, la Hongrie adhère à l’OTAN en 1999 et à l’Union européenne en 2004. Mais il se révèle que ces organismes recèlent une nouvelle forme de soumission économique et militaire. Viktor Orbán exerça son premier mandat de premier ministre de 1998 à 2002. Durant celui-ci, il marqua sa préoccupation pour les questions touchant à la famille. Après huit années de pouvoir socialiste, Orbán revint au pouvoir. Infiltrée notamment par des ONG dont certaines sont financées par George Soros, la Hongrie va alors affirmer ses racines et son identité. Une réforme de la Loi Fondamentale intervenue en 2011 a permis d’inscrire dans celle-ci la référence aux racines chrétiennes du pays.

Lors de la crise dite des migrants de 2015, l’opposition, exprimée par Viktor Orbán (soutenue par le parti Jobbik) à l’encontre de la décision d’accueil prise par la chancelière allemande suivie par la Commission européenne, a placé la Hongrie à la pointe de la résistance face au déferlement migratoire. Cette crise fut l’occasion de raviver l’action du Groupe de Visegrad créé en 1991 et qui réunit la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie. Avec ce groupe réactivé, la Commission allait se heurter à une force de contestation de plus en plus vive. Les pays d’Europe centrale qui le composent se montrent particulièrement attachés à une identité européenne religieuse, culturelle et ethnique qui les dresse contre une immigration porteuse de valeurs profondément différentes et qui n’entend pas y renoncer. Dans ce combat pour la sauvegarde d’une identité européenne, la Hongrie a donc pris une part essentielle.

En conclusion Ferenc Almássy souligne que l’islam n’a pas sa place en Hongrie, nation chrétienne.

Nicolas de Lamberterie, animateur de Nationalité, Citoyenneté, Identité (NCI), a présenté dans un documentaire la manière dont une petite ville frontalière de Hongrie (Asotthalom) avait organisé la défense de ses 25 km de frontières face au déferlement migratoire au moyen notamment de l’aide matérielle apportée par NCI. Les dispositions prises ont permis une protection efficace contre le passage des immigrés clandestins.

Voir aussi :

Deuxième partie
Troisième partie
Quatrième partie

Lien du PDF pour l’ensemble des quatre articles cliquer ICI