Articles

Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy

Douze raisons de ne jamais voter Sarkozy

Print Friendly

Henry de Lesquen, président du Club de l’Horloge

♦« Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005 ».

Les électeurs votent souvent sur des promesses. Mais peut-on passer sous silence les bilans ? Ce n’est pas l’avis d’Henry de Lesquen. Farouche contempteur de Nicolas Sarkozy, Henry de Lesquen relève ici douze points de faiblesse dans la direction des affaires d’Etat de l’ancien président de la République. Un texte polémique mais d’une précision chirurgicale.
Polémia.


1 Accélération de l’immigration

200.000 immigrés légaux par an, sans compter les illégaux, alors que ce n’était « que » 150.000 par an avant 2002, du temps où le socialiste Jospin était premier ministre. Cela fait plus de deux millions en dix ans, de 2002 à 2012 (Sarkozy a été ministre de l’Intérieur de 2002 à 2007, à quelques mois près, président de la République de 2007 à 2012, et c’est lui qui, pendant ces dix années, a eu la haute main sur la politique de l’immigration).

2 Forfaiture du Traité de Lisbonne

Adopté en 2007 par le Parlement à la demande du nouveau président de la République N. Sarkozy, c’est, écrite autrement, la constitution européenne repoussée par référendum en 2005.

3 Réintégration dans l’OTAN et soumission aux Etats-Unis

Comment un souverainiste ou un gaulliste pourrait-il voter pour Sarkozy sans se renier ?

4 Accroissement de 600 milliards d’euros de la dette publique

De 1.200 milliards en 2007 la dette publique passe à 1.800 milliards en 2008. Soit 10.000 euros de plus par Français.

5 Explosion des dépenses publiques, qui ont atteint 56% du PIB en 2012

Comment un libéral pourrait-il voter Sarkozy sans se renier ?

6 Institution du Conseil français du culte musulman

Les socialistes en avaient rêvé, Sarkozy l’a fait.

7 Droit de séjour perpétuel pour les délinquants et criminels étrangers

Dès 2002, abolition de la prétendue « double peine » à l’initiative de Sarkozy, ministre de l’Intérieur.

8 Financement sur fonds publics des associations antiracistes comme SOS-Racisme

9 Introduction de la théorie du genre à l’école

La théorie du genre est introduite à l’école en septembre 2011, par Luc Chatel, son ministre de l’Education nationale.

10 Création du délit d’homophobie

C’est la loi Sarkozy du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure (Sarkozy est alors ministre de l’Intérieur), suivie de la loi du 30 décembre 2004 portant création de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, la HALDE (Sarkozy est alors président de l’UMP, formation majoritaire à l’Assemblée nationale).

11 Nomination du pédophile Frédéric Mitterrand comme ministre de la Culture

12 Financement sur fonds d’Etat de spectacles sacrilèges et christianophobes et répression brutale des manifestants

Notamment, en 2011, pièces de Romeo Castelluci, Sur le concept du visage du Fils de Dieu (Paris, Théâtre de la Ville) et de Rodrigo Garcia, Golgota Picnic (Paris, Théâtre du Rond-Point).

 Henry de Lesquen
25/11/2014

Correspondance Polémia – 27/11/2014

Image : Sarkozy, le taquin..