Articles

Deux ou trois choses à propos des plurivers de Jean-François Gautier

Deux ou trois choses à propos des plurivers de Jean-François Gautier

Print Friendly

Pierre Le Vigan, urbaniste, essayiste, auteur de nombreux écrits qui portent sur l’histoire des idées et la philosophie.

♦ « Ne pas vouloir penser le tout, et pourquoi pas le tout des plurivers, c’est se condamner à chercher l’atome initial, la molécule de base, la brique première ».

L’article documenté de Jean-François Gautier sur le thème du plurivers paru dans le numéro janvier-mars 2015 d’Eléments pose plusieurs questions. Il ne s’agit ici que d’amorcer une réflexion sur celles-ci. J-F Gautier y reprend des thèses développées par lui depuis plusieurs décennies. Le plurivers s’oppose à l’univers. Ce dernier terme évoque bien entendu le fait d’être « uni-vers » quelque chose. L’Un ? Dieu ? L’Idée ? (En tout cas, certainement pas « le Tout ». On n’est pas « uni vers un Tout ». On fait, éventuellement, partie d’un Tout).


D’une manière générale, la vision du monde qui développe l’hypothèse d’un plurivers, ou de plusieurs univers, plutôt que d’un univers, se rattache à la critique du monothéisme, de la téléologie, d’une vision du monde conçu comme fondamentalement Un. Au-delà des débats scientifiques, cette vision peut séduire. Mais n’est-elle pas courte ? Peut-on mettre de côté un des problèmes majeurs de la philosophie dès l’Antiquité ?

Qu’il y ait plusieurs univers, et donc un plurivers n’est pas une idée nouvelle. L’idée de l’univers comme étoffe, comportant de multiples envers de l’endroit est une idée ou plutôt une métaphore très présente dans l’astrophysique contemporaine. Trous noirs et trous blancs peuvent aussi être considérés comme des univers symétriques donc un plurivers. Ce sont des dimensions et des vues possibles de la réalité astrophysique, à la fois vraies et relatives car ce ne sont que des vues, qui n’excluent jamais d’autres vues. De même qu’une photo d’une femme de face est une vraie photo d’une vraie femme, mais qui ne suffit à la décrire entièrement. Moins encore à la comprendre. Mais qui pourtant en donne une idée, et même, osons le dire, une juste idée.

Dans l’hypothèse d’un plurivers il n’y aurait pas de naissance unique du monde. Cela ne résout pas le mystère de la naissance de ces univers ou plurivers. Ce mystère c’est souvent ce qui est symbolisé par le mur de Planck. Qu’est-ce qui est « derrière » ce mur ? Un mystère, nous le verrons. Et d’abord qu’est-ce que le mur de Planck ? Situé (si on ose dire) 10-43 seconde après la naissance de l’univers pour l’ère de Planck communément appelé mur de Planck, c’est l’instant zéro du monde tel que nous pouvons le décrire. Le 10-31 que cite J-F Gautier renvoie à la constante de Planck, souvent fixée plutôt à 10-35 mais qu’importe ici le chiffre précis (à ce stade, c’est la naissance des quarks, l’univers est alors de la taille d’une orange).

La question qui compte est que le mur de Planck continue d’être une barrière en terme de compréhension des premiers moments des univers (ou du plurivers). Ce mur renvoie aux limites de notre compréhension plus qu’à un mur physique ? Bien sûr. L’astrophysique est un pour soi de l’homme. Pas un en soi. C’est le cosmos qui est un en soi. La thèse du plurivers n’élimine en tout cas aucunement les questions posées par le mur de Planck. Quelles lois physiques régissaient les univers quand les lois que nous avons identifiées ne s’appliquaient plus, ou pas, ou pas encore ?

La thèse du plurivers n’élimine pas non plus la question de l’Un. Un plurivers pose toujours une même question : qu’est-ce qui établit le lien entre les univers ? Disons : entre « les plurivers » ? Croit-on avancer ? On n’échappe pas à la question : et le lien entre ces plurivers ? N’y aurait-il pas de lien ? Entendons-nous : il ne s’agit pas de trouver une forme englobante. Il ne s’agit pas de trouver un plurivers qui engloberait les univers, mais il y a une logique de système qui concerne, ensemble, les univers (ou les plurivers). Laquelle ? La question reste, que l’on dise univers ou plurivers. « Je ne te demande qu’une seule vertu, et tu m’en donnes un essaim tout entier ». dit Socrate dans Ménon. Il est question d’univers, on nous parle de plurivers. Dans plurivers, il y a vers. Tendu vers ? Mais vers quoi ?

Dès qu’il y a plus d’une chose, il y a un système qui les relie. Ces choses interagissent. Le plurivers comme l’univers sont de toute façon vus de l’homme, qui est Un. Le problème de l’Un n’est pas un parasitisme intellectuel des monothéismes, ni de Plotin, ni même de Platon (on a bien compris que ce sont les cibles de J-F Gautier). On peut toujours refuser de parler du chien, pour parler des chiens ou d’un des chiens, il faudra au final expliquer ce qu’est un chien.

Mais J-F Gautier ne récuse pas seulement la question de l’Un, il récuse celle du Tout. Or, la totalité des choses, cela existe (« la société n’existe pas » disait Thatcher, et elle avait tort). Ce n’est peut-être pas (surement pas) un ensemble fini, ni un ensemble totalement défini. Mais penser le tout (même sans majuscule !) c’est penser ce qui se déploie, ce qui évolue en système. Un tout est moins une enveloppe qu’une articulation des choses. C’est un lien systémique entre les choses. (Ce n’est pas l’origine des choses, ni la boite qui contient les choses). Ne pas vouloir penser le tout, et pourquoi pas le tout des plurivers, c’est se condamner à chercher l’atome initial, la molécule de base, la brique première. Pour le coup, on retourne, et même avec excès, dans une métaphysique de l’Un.

Enfin, une dernière chose : je comprends mal la caricature faite d’Hubert Reeves. Il a fait une belle carrière ? Et alors ? Où a-t-il caché les difficultés théoriques des hypothèses autour du big bang ? L’article de Gautier est très stimulant mais il amène encore à une remarque : le temps n’est plus aux polémiques contre Georges Lemaitre, accusé de ramener la théorie du big bang à sa foi en Dieu.

Pierre Le Vigan
8/02/2015

Correspondance Polémia – 9/02/2015

Image : Plurivers / Ossuaire