Articles

Cop 21

COP21 : Le monde a sauvé la planète !

Print Friendly

François Reloujac, journaliste.

♦ L’Accord de Paris obtenu le 12 décembre 2015, à l’issue de treize jours de négociation dans le cadre de la COP21, a été salué comme un triomphe. Mais qu’en est-il exactement ? Quel est le véritable contenu de l’accord ? Ne faut-il pas, hélas, penser avec Alain de Benoist que le texte de l’accord est simplement schizophrène ?


« D’un, côté les pays signataires veulent réagir au réchauffement climatique – souci louable. De l’autre, ils adhèrent dans leur immense majorité aux thèses des économistes libéraux qui veulent augmenter sans cesse la production industrielle et les échanges commerciaux, encourager le tourisme de masse, fonder les économies sur les « avantages comparatifs » de chaque pays, etc. (…) D’un côté ils veulent « sauver la planète », et de l’autre conserver ce qui la détruit ». C’est ce constat qui conduit le philosophe à conclure : « la véritable question qui se pose n’est pas de savoir si la planète peut être « sauvée », mais si la civilisation peut survivre à sa rencontre avec les limites que lui impose la nature » .

En fait, l’Accord de Paris est un simple trompe-l’œil. Il ne s’attaque officiellement qu’aux seuls gaz à effet de serre considérés comme les uniques responsables d’un réchauffement climatique qui serait avéré et oublie toute autre source de pollution. Il est fondé sur une analyse biaisée de la situation, car, « si l’on fait un vrai bilan carbone des différents modes de production d’énergie, incluant toutes les émissions dues à leur mise en œuvre, distribution, rendements, coûts, durée de vie, etc., on se rend compte qu’ils diffèrent peu entre eux. La grande question, c’est la quantité d’énergie croissante que continue d’exiger notre mode de fonctionnement économique ».

La quantité d’énergie, bien sûr, mais aussi son mode de production. C’est ainsi que, par exemple, une mesure importante n’a pas été évoquée au cours de la Conférence de Paris : pour diminuer la production de gaz carbonique, on pourrait limiter la production chinoise d’aluminium. En effet, pour produire une tonne d’aluminium, il faut, outre la bauxite (dont la France est pourvue), beaucoup d’électricité. La France dispose et de la matière première et de l’électricité nécessaire. Or, sa production s’est effondrée au profit de la production chinoise.

En quelques années – depuis son adhésion à l’OMC – la Chine est devenue le premier producteur d’aluminium au monde (avec 58 % de la production mondiale), réduisant au chômage de nombreuses personnes dans les autres pays, y compris la France. Du coup, elle a multiplié par 20 sa consommation de charbon et, en proportion, ses émissions de « gaz à effet de serre ». Mais, l’absence de régime social et la faiblesse du yuan par rapport à l’euro aidant, l’électricité produite à partir du charbon chinois revient moins chère que l’électricité produite à partir du nucléaire ou encore plus à partir des énergies renouvelables, comme l’énergie hydraulique. Du coup un aluminium « destructeur de la planète » est préféré à un aluminium « respectueux de l’environnement ».

Il est vrai que la seule façon de lutter aujourd’hui contre cette source de pollution est de rétablir les droits de douane, ce qui n’est pas à l’ordre du jour. Et, il ne s’agit là que d’un exemple parmi d’autres.

Hélas, là n’est pas le plus important. L’Accord de Paris a été présenté comme étant contraignant… sauf qu’il n’y a aucun calendrier précis, aucune mesure concrète et aucune sanction. La contrainte résulterait essentiellement de la « transparence » et donc de la pression de l’opinion publique !

On aurait pu espérer que son contenu soit nouveau et fort. Il n’en est rien. Il repose sur un vœu : celui de maintenir l’augmentation de la température moyenne du globe à 1°5 C par rapport à l’année 1880, considérée comme la dernière de l’ère pré-industrielle (mieux que les 2° prévus auparavant). Or, cet objectif est présenté comme atteignable uniquement en prônant des mesures qui limitent la production d’énergie obtenue directement à partir des seules « énergies fossiles ». Et encore, ces mesures n’entreront en application qu’en 2020 et à condition que 55 % des États membres, représentant 55 % des émissions de gaz à effet de serre ne les ratifient d’ici à 2017 !

Ajoutons que l’ensemble des mesures préconisées – y compris « l’engagement » des pays riches à verser 100 milliards de dollars aux pays en voie de développement pour ne pas utiliser les énergies fossiles pour leur développement – sont rédigées au conditionnel (pour la dernière rédaction de l’accord, le verbe « devront » a été remplacé 33 fois par « devraient », sous la pression des Américains et des Chinois). Et, ce n’est pas la seule différence entre le projet initial et la rédaction finale. Ainsi, par exemple, le projet d’accord prévoyait une réduction de 40 à 70 % de l’émission de gaz à effet de serre d’ici à 2050 et le texte final ne prévoit que les Etats visent « un pic des émissions (…) dès que possible » !

Si l’on pousse un peu plus loin l’observation, l’on constate que toutes ces mesures étaient déjà plus ou moins contenues dans les accords précédents, sauf une.

Cette seule nouveauté est la création d’un « Groupe de travail spécial de l’Accord de Paris », dont le principal rôle est « d’identifier les sources de données pour le bilan mondial » (considérant 100) que devront (devraient ?) utiliser les autres groupes de travail. Il vient renforcer le Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (le fameux GIEC), le Comité de l’adaptation, le Groupe d’experts des pays les moins avancés, le Comité exécutif du Mécanisme international de Varsovie, le Comité exécutif de la technologie, le Comité des technologies climatiques, etc. En réalité, puisqu’une innovation peut toujours en cacher une autre, le paragraphe 72 des « considérants », prévoit aussi la création d’un Comité de Paris sur le renforcement des capacités. Quand on ne sait pas quoi faire, c’est bien connu, on crée une commission.

Parmi les éléments importants de l’accord, il est demandé aux parties signataires du Protocole de Kyoto (c’est-à-dire, en particulier, que cela ne concerne pas les États-Unis qui ne l’ont pas signé, ni le Canada qui, après l’avoir signé, en est sorti) de « ratifier » d’une part et d’« appliquer » (sic) d’autre part « l’amendement de Doha » et aux parties signataires des accords de Cancùn de prendre des engagements conformément à ces accords « et de les respecter » (sic).

Si l’on entre dans le détail de la rédaction de l’accord, la surprise est encore plus grande. Ainsi le début de l’article 3 est rédigé de la façon suivante : « A titre de contributions déterminées au niveau national à la riposte (sic) mondiale aux changements climatiques… »… Tous les hommes sont donc agressés par les changements climatiques !

Il est inutile d’aller plus loin, concernant un Accord qui ne comprend que des vœux à un horizon au-delà de cinq ans et dont la ratification n’est pas demandée avant 18 mois.

Pour la petite histoire, signalons cependant encore que l’un des « chefs étoilés » retenus pour soigner les participants à la Conférence de Paris, a été condamné le 18 décembre 2015, pour atteinte à l’environnement. 

François Reloujac
22/12/2015

Source : Politique magazine

Correspondance Polémia – 25/12/2015

Image : l’Accord de Paris du 12 décembre 2015