Articles

Big Brother et le dressage des peuples via le « soft power »

Big Brother et le dressage des peuples via le « soft power »

Print Friendly

Le décryptage de Laurent Obertone

♦ Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication.

En 2013, le journaliste et écrivain Laurent Obertone s’est fait connaître du grand public avec un document choc, La France Orange mécanique (éditions Ring) où il décrivait une France livrée à l’ensauvagement et à la pure violence. Dans la foulée, il signe aujourd’hui La France Big Brother (éditions Ring) où il dissèque un système de domination des peuples via l’usage intensif du soft power, deux livres qui ont suscité de nombreuses polémiques mais qui ont le mérite d’engager une réflexion de fond sur notre devenir. Dans l’entretien qu’il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Laurent Obertone décortique la « machine à dresser les peuples ». Il montre à partir de quel socle mental sont élaborés les messages, comment ils circulent et formatent les esprits, rendant toujours plus ardu le travail de la pensée et délicat l’exercice de la liberté.

« C’est pourquoi je dis que nous sommes aujourd’hui bel et bien domestiqués, au sens biologique du terme. Nous subissons – le plus souvent sans en être conscients – un dressage via un flux permanent de messages émanant de toutes sortes de sources. »


Dans votre dernier ouvrage, La France Big Brother, vous montrez qu’il existe des interactions entre, d’une part, les jeux d’influence engagés par les opinion makers et relais d’opinion et, d’autre part, des disciplines comme la génétique ou l’éthologie. Vous allez même jusqu’à parler de techniques de dressage via les outils du soft power, terme qui pour le moins est fort. Pourquoi ?

Orange-mécanique_Conditionner une foule, un être humain ou un animal répond à des règles simples qui relèvent de la domestication. Pour être domestiqué, il faut qu’il y ait un émetteur et un récepteur. Prenez ainsi l’exemple du meilleur ami de l’homme, à savoir le chien. Son dressage correspond à des codes qui jouent sur attraction et répulsion, désir et crainte. Bien sûr, toutes les observations relevées en éthologie, dans les sciences du comportement, ne peuvent être exactement applicables aux sociétés humaines. Mais globalement, on peut noter que les règles morales, les codes qui sont délivrés par ceux qui s’arrogent l’autorité de par leur prétendue qualité de « sachant », vont tour à tour séduire ou effrayer leurs concitoyens, qui sont soumis à leur discours, et in fine acceptent leurs repères et leur logique.

Quand je parle du système qui exerce sa règle toute-puissante, j’entends un certain nombre d’émetteurs qui fonctionnent en réseau sur une même logique, avec les mêmes référents, les mêmes interdits. Celui qui s’arroge la capacité de dire ce qui est bien et ce qui est mal détient un formidable pouvoir de dressage sur ses contemporains. C’est pourquoi je dis que nous sommes aujourd’hui bel et bien domestiqués, au sens biologique du terme. Nous subissons – le plus souvent sans en être conscients – un dressage via un flux permanent de messages émanant de toutes sortes de sources : sphère communicationnelle ou médiatique, « autorités morales », experts, intellectuels, hauts fonctionnaires, décideurs politiques ou économiques, etc., qui sont en interaction permanente entre eux et fonctionnent en boucle. Toutes nos perceptions sont saturées par ces messages. Ils reposent tous sur le même vocabulaire, les mêmes images – positives ou négatives – la même logique, répondant à une volonté de domination via la maîtrise absolue des armes du soft power. Il n’y a plus d’échanges entre parties différentes, plus de débat digne de ce nom. Tout est fait pour en permanence dissocier les effets des causes. L’impératif moral l’emporte sur le réel. Vous n’avez dès lors plus le choix qu’entre l’adhésion obligatoire à la pensée commune et dominante, ou la diabolisation, qui débouche sur la remise en cause même de votre humanité, de votre qualité d’homme. C’est en cela que le système est redoutablement efficace.  Il n’a pas forcément besoin de chars pour faire régner l’ordre, puisqu’il détient la clé de la maîtrise des esprits…

N’exagérez-vous pas le poids réel de ce système que vous décrivez et de ce soft power qui vise la maîtrise des esprits de nos contemporains ?

Il suffit d’ouvrir les yeux et de saisir l’intime logique du système pour constater le bien-fondé de mon analyse. Le système, c’est une petite musique à laquelle vous devez vous soumettre sous peine d’être exclu. Contrairement aux apparences, il n’y a pas de jeu des idées, il n’y a ni débat ni rhétorique, mais des incantations psalmodiées en continu. Ce sont tous les rouages du système médiatique, juridique, politique, culturel… qui décident de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas, en politique intérieure france-big-brother-obertonecomme en politique internationale, en matière culturelle comme pour les questions de société… Pas un domaine de l’activité humaine n’échappe à leur grille de décryptage et donc à leurs jugements qui se muent très vite en injonctions, quand bien même leurs interprétations se révèlent être en total déphasage avec le monde réel. Pour qu’il y ait réaction face à cette effrayante machine à broyer les peuples, il faudrait être doté d’au moins deux qualités : la lucidité et le courage. La lucidité peut reposer soit sur une analyse rationnelle, soit être le fruit d’une réaction vitale.

Or, c’est là une règle observée dans toutes les sociétés humaines : il faut avoir une immense force de caractère pour garder son libre-arbitre quand tous les messages qui parviennent à votre cerveau passent en boucle les mêmes injonctions et les mêmes images. D’autant que l’étau se resserre jour après jour. La personnalité qui, hier, était encensée peut se voir clouer au pilori et exclure de la scène si elle remet en question un avis venu d’en haut, si elle adopte une attitude non conforme. Tous les rouages du système se tiennent, ils sont d’une puissance telle que l’homme conscient va le plus souvent renoncer non pas seulement à agir, mais même à penser à contre-courant. C’est donc bien la maîtrise du jeu des idées qui permet à cette dictature de la pensée qui n’ose pas dire son nom d’avoir cette toute-puissance qui paralyse les esprits. Et le peuple est soumis de mille manières à cette pression constante et polymorphe, notamment par la banalisation de la criminalité. Pour ceux qui ne comprennent pas le message, il y a la violence pure pour les mater. D’où la culture de l’excuse que ce système développe à l’endroit des criminels.

A vous lire, on évolue en plein cauchemar…

Ce n’est pas faux ! Je note dans les dernières pages de La France Big Brother que nous évoluons en pleine dystopie. Une dystopie, c’est l’envers d’une utopie, c’est une fiction terrifiante où l’idéologie prend le pas sur le réel. Or force est de constater que nous vivons – souvent sans en avoir clairement conscience – dans un monde de ce type. Comme je le dis souvent, jamais l’humanité n’a commis autant de destructions et de dégâts en se parant des atours de la bonne conscience, au nom du bien, de la morale et de l’humanité. Derrière les belles formules, il y a en réalité des formes de domination totale, sur les corps comme sur les esprits. Dans mon dernier ouvrage, je me réfère à nombre de formules tirées du 1984 de George Orwell. Mais j’aurais tout aussi bien pu puiser des réflexions dans la lecture du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley ou de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury.

Dans notre société de communicants, les beaux discours assurent tout à la fois un statut social privilégié, une agréable exposition médiatique et les espèces sonnantes et trébuchantes qui vont avec. Entrer en rébellion avec le système entraîne la mort douce, l’effacement, la diabolisation, l’exclusion… Tous ceux qui créent ces messages permettant au système de se perpétuer et de croître, tous ceux qui contrôlent les relais d’opinion partagent donc un même socle de morale égalitaire, qui doit être intouchable et respecté comme un totem des temps modernes. Même la réalité n’est plus directement perceptible par nombre de nos contemporains, puisqu’elle est traitée en permanence par le biais du « décryptage médiatique ».

En guise de conclusion ?

Dans la Grèce antique, sur le frontispice du temple de Delphes, il était gravé Gnothi seauton, (Connais-toi toi-même). Aujourd’hui, l’exigence de sagesse requiert que nous soyons nous-mêmes à nous-mêmes notre propre maître, que nous puissions régner en parfaite plénitude sur notre forteresse intérieure afin d’échapper à la servitude. Aussi, paraphrasant la devise delphique, je dirais :« Dressons-nous nous-mêmes pour rester libres et lucides, et surtout vivre debout ».

Laurent Obertone
mars/2015

Communication et Influence n° 63, mars 2015 (lettre mensuelle du cabinet Comes Communication).

Source : Metamag. fr

Voir aussi : « La France orange mécanique » de Laurent Obertone et « Sale Blanc ! » de Gérald Pichon

Correspondance Polémia – 3/06/2015

Image : Γνῶθι σεαυτόν (connais-toi toi-même) – Ruines du temple d’Apollon à Delphes, qui comportait cette inscription sur son fronton.