Articles

Socrate Bis

2015, année radicale, donc année décisive

Print Friendly

Michel Geoffroy, essayiste

♦ 2015 voit la radicalisation des tendances qui étaient à l’œuvre en Europe. Cela signifie aussi que l’avenir européen reposera sur des solutions radicales.


La radicalisation islamiste

2015 est d’abord l’année de la radicalisation islamiste, avec les attentats en France – qui ont en fait débuté dès Noël 2014 – et la progression de l’EI en Syrie, qu’ont rejoint de nombreux djihadistes « européens ».

Dans les deux cas les gouvernements européens ont apporté la preuve de leur impuissance à enrayer le phénomène, qu’ils ont d’ailleurs contribué à créer, notamment en semant le chaos en Libye et en Syrie.

La radicalisation migratoire

2015 marque l’accélération radicale du Grand Remplacement des Européens.

La crise migratoire des « réfugiés » confirme les sinistres prévisions de Jean Raspail dans son roman prophétique Le Camp des saints, jusque et y compris l’orchestration médiatique des bons sentiments et de l’émotion, destinée à bloquer toute réaction des autochtones. Désormais le chaos des « réfugiés » s’est installé sur le sol même de l’ Europe : à Lampedusa, en Macédoine, en Hongrie, aux frontières de l’Allemagne ou à Calais.

Et la répartition autoritaire de ces mêmes « migrants » entre les différents pays, régions et communes, à l’initiative de l’Allemagne, illustre de façon désormais visible par tous que ce remplacement nous est bien imposé de force par toute l’oligarchie européenne et pour le seul profit du patronat.

La radicalisation totalitaire

2015 confirme aussi le caractère de plus en plus carcéral de l’Union européenne.

La crise grecque a démontré qu’un gouvernement démocratiquement élu sur un programme de réforme de politique financière de la zone euro pouvait être mis à genoux par l’Allemagne et les institutions financières. La démocratie européenne est née en Grèce : elle vient d’y être enterrée par l’euro.

Mais qu’il s’agisse des nombreuses révélations sur la complicité des gouvernements européens dans l’espionnage massif des communications effectué par les Etats-Unis et leurs alliés anglo-saxons (c’est-à-dire dans l’espionnage de la population européenne) ; qu’il s’agisse de l’adoption par tous les gouvernements européens de législations destinées à renforcer cet espionnage au motif de « lutter contre le terrorisme » (c’est-à-dire en réalité de s’attaquer à la liberté d’expression de l’Internet) ; qu’il s’agisse du harcèlement judiciaire permanent dont sont partout victimes les dissidents et les partis populistes ; qu’il s’agisse enfin du refus de donner asile aux lanceurs d’alerte qui ont révélé au monde l’ampleur de la duplicité des Etats-Unis à notre égard, il est de plus en plus manifeste que l’Union européenne devient une prison-forteresse mais pour les seuls Européens.

La radicalisation belliciste

2015 voit enfin la radicalisation occidentale vis-à-vis de la Russie, conformément à la stratégie américaine que les gouvernements européens suivent de plus en plus servilement.

Poursuite des sanctions économiques – dont sont victimes nos agriculteurs –, refus de livraison par la France des matériels commandés par la Russie, manœuvres militaires dans les pays limitrophes, assistance militaire américaine à l’Ukraine pour l’aider dans sa répression contre sa population russophone, refus de participation des gouvernements européens aux cérémonies de la victoire russe de 1945 : la liste des provocations européennes à l’encontre de Moscou ne cesse de s’allonger. Mais dans quel but, sinon nous précipiter dans le chaos ?

Ces provocations sont d’autant plus dangereuses que les gouvernements européens, incapables de protéger les frontières de l’Europe, impuissants à garantir la sécurité de la population et sans armée crédible, ne sont, en réalité, plus en état de menacer personne. Pas même les djihadistes.

La radicalisation européenne

L’oligarchie et ses chiens de garde médiatiques ne cessent de diaboliser ces Européens qui seraient aujourd’hui tentés par « les solutions extrêmes » et les partis populistes.

Mais cela provient justement du fait qu’un nombre croissant d’Européens se trouvent désormais confrontés à des situations extrêmes qui ont pour nom : chômage, précarité, petits boulots, pauvreté, préférence étrangère pour l’accès aux prestations sociales et au logement, fiscalité, insécurité, déclin des services publics, sentiment de devenir étranger dans son propre pays… La liste de ces situations extrêmes ne cesse de s’allonger en Europe.

Les partis populistes ou identitaires deviennent effectivement de plus en plus populaires en Europe. Parce que de plus en plus d’Européens comprennent que le sursaut européen nécessitera des solutions… radicales.

Michel Geoffroy
25/09/2015

Correspondance Polémia – 26/09/2015

Image : Socrate, une figure éminente de la philosophie et un citoyen modèle. Sa condamnation à mort en 399 témoigne de la crise de confiance que traverse la démocratie athénienne.