Articles

« Le Nouvel 0bservateur / 50 ans de passion »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

« Le Nouvel Observateur / 50 ans de passions »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

Print Friendly

« Claude, faites attention quand vous allez vendre, ne faites pas n’importe quoi .»

♦ Pendant cinq décennies, sur fond de lutte des ego entre ses fondateurs – le travailleur du chapeau Jean Daniel et l’industriel et inlassable bailleur de fonds Claude Perdriel –, « Le Nouvel Observateur » fut à la France ce qu’était Ceausescu à la Roumanie : le « Danube de la pensée ». « On est des intellos, faut pas déconner ! » protestait d’ailleurs sa rédaction quand, les ventes étant en chute libre, Perdriel, bien que prodigieusement enrichi par son usine de saniboyeurs, avait le mauvais goût d’envisager quelques économies. Mais les meilleures choses ont une fin et, le 8 avril, le mécène, soucieux des intérêts de ses héritiers légitimes, a fini par vendre son « enfant » à la triade Pierre Bergé/Xavier Niel/Matthieu Pigasse déjà propriétaire du « Monde ». Alors qu’une page s’achève, engageons un retour sur le passé avec le livre de Jacqueline Remy, « Le Nouvel 0bservateur / 50 ans de passions » (1). C.G.


« Parc naturel de la pensée »

« Grand journaliste », ainsi qu’il se définissait lui-même faute d’être reconnu comme grand écrivain, Jean Bensaïd, dit Daniel, portait sur sa personne et son œuvre à la direction de L’Obs’ (de 1964 à 2008) les jugements les plus flatteurs : l’hebdomadaire, le seul selon lui à pratiquer « le journalisme culturel » et « l’économie des Lumières », était un « parc naturel de la pensée » ayant le « monopole du cœur ». Aucune flatterie ne lui paraissait excessive, par exemple quand une nouvelle rédactrice lui déclara que « son rêve avait toujours été d’écrire dans un journal dont Jean Daniel signait l’éditorial » (elle fut aussitôt embauchée) ou quand, par manière de plaisanterie, un journaliste lui suggéra de changer la une annonçant « Israël, les juifs et moi » par « Moi, Israël et les juifs ». « En effet, c’est mieux ainsi », acquiesça l’intéressé.

9782756408002_LeNouvelObservateur_cv.inddNaturellement, cette haute idée de soi-même avait fait école. On appelait « l’étage des princesses » celui où officiaient les grandes plumes féminines et où les hommes se pavanaient en pulls cachemire et vestes Harris Tweed. Très loin du vulgum pecus et de la plèbe immigrée dont l’hebdo, devenu magazine après une naissance militante puisqu’il avait pris la suite de l’ultra-progressiste France Observateur, fer de lance de l’anticolonialisme, se voulait le défenseur.

Omerta sur les copains et les coquins

Qu’on ne s’y trompe pas : c’est avec tendresse que Jacqueline Remy (2) file ces anecdotes édifiantes, au point de donner l’impression qu’ancien rédacteur en chef de L’Express, elle se console mal de ne pas avoir appartenu à la « famille » de L’Obs’. Et c’est avec la même indulgence qu’elle évoque les compromissions du journal, toujours très réticent, à l’image de Jean Daniel, à parler des faiblesses, des erreurs ou des trahisons de la gauche. Ainsi, écrit en 1999, un papier d’Hubert Prolongeau évoquant le priapisme et la passion échangiste de Dominique Strauss-Kahn ne sera-t-il publié qu’en 2003, et DSK, non cité, y sera simplement qualifié d’ancien ministre.

« Russie : une presse aux ordres », titrait Le Monde le 28 mars dernier tout en admettant « l’existence en Europe ou aux Etats-Unis de “biais”, c’est-à-dire d’influences culturelles inconscientes et de prismes déformants dans le traitement de l’information, malgré les pratiques professionnelles et les règles déontologiques ». Ces biais, c’est-à-dire le refus de voir la réalité, qui, omniprésents dans nos propres médias, expliquent le discrédit croissant qui les touche, résument toute l’histoire du Nouvel Observateur : formidable succès de presse (400.000 exemplaires vendus à l’aube de 1981) après des débuts difficiles, il redevenait végétatif trente ans plus tard malgré une consommation effrénée de directeurs de la rédaction et de directeurs administratifs, dont aucun n’a pu endiguer la déroute. Les Bobos ne sauraient-ils plus lire ?

Le trio BNP aux commandes

« Claude, faites attention quand vous allez vendre, ne faites pas n’importe quoi », déclara François Hollande (lequel, en ses jeunes années, pigeait lui-même à l’hebdo, qu’il fournissait en échos « confidentiels » puisés à bonne source) le 17 décembre 2013 à Perdriel qui répliqua : « Ne vous inquiétez pas, ce sera quelqu’un qui aura nos opinions politiques. » En fait, depuis des entretiens secrets aux Maldives (on est prolo ou on ne l’est pas), tout était déjà ficelé entre Perdriel et Le Monde Libre (LML), holding du journal Le Monde et propriété de Bergé, Niel et Pigasse (3), qui ont acquis pour 4,1 millions d’euros 65% des parts du journal que l’industriel, qui le tenait à bout de bras, se défend d’avoir « bradé ».

A l’évidence, les nouveaux copropriétaires, désormais largement majoritaires, sont de gauche comme le souhaitait l’Elyséen. Mais quelle gauche ? De plus en plus irascible et imprévisible avec l’âge (84 ans), Pierre Bergé méprise François Hollande. Xavier Niel, patron de Free enrichi dans le Minitel rose, milliardaire passé entre 2010 et 2011 de la 18e à la 12e place dans la liste des plus grosses fortunes françaises, se soucie essentiellement de ses propres intérêts. Quant au banquier Matthieu Pigasse, pur produit et fleuron de l’écurie Lazard, intime de Laurent Fabius puis soutien frénétique de Strauss-Kahn, il vient de publier chez Plon un Eloge de l’anormalité sonnant comme une déclaration de guerre à l’actuel président, qui n’en décolère pas.

Le 11 avril, c’est Matthieu Croissandeau qui a été choisi pour diriger la rédaction du néo-Nouvel Observateur dont il avait été le collaborateur. Interrogé par Jacqueline Remy qui préparait alors son livre, il lui avait répondu : « Est-ce qu’on est le journal de toutes les gauches ou d’une gauche ? Le journal a raté le virage altermondialiste… On a fait le choix d’être le journal d’une gauche élitiste, un peu germanopratine, hors sol. »

Reste à savoir, bien sûr, si l’altermondialisme qui, désormais, sera sans doute privilégié, n’est pas lui aussi élitiste et « hors sol »… En attendant, le prophète Jean Daniel, affaibli par la maladie et le poids de ses 94 ans, se désole : « On ne m’a pas consulté… C’est comme si je n’existais plus. »

L’enfer, ce n’est pas les autres : c’est que les autres vous tiennent pour quantité négligeable après vous avoir encensé.

Camille Galic
16/04/2014

(1) Jacqueline Remy, Le Nouvel 0bservateur / 50 ans de passions, Ed. Pygmalion 2014, 310 pages (hélas sans index).

(2) Jacqueline Remy est une journaliste et écrivain française, ancienne rédactrice en chef du service « Société » et des pages « Débats » à l’hebdomadaire L’Express qu’elle a quitté en 2007.

(3) Voir la bio des trois compères dans le chapitre sur le « trio BNP » dans Les médias en servitude de Claude Lorne (éd. Polémia 2011).

Correspondance Polémia – 18/04/2014

Image : 1re de couverture