Articles

« Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais » de Jean Stern

« Les patrons de la presse nationale / Tous mauvais » de Jean Stern

Print Friendly

La presse est-elle encore le Quatrième Pouvoir ou, se traînant péniblement à la remorque des médias audiovisuels, n’est-elle plus qu’un tigre de papier ? La question se pose avec de plus en plus d’acuité au moment où tant de journaux, exsangues, ne survivent que grâce aux « aides directes à la presse » (13 millions d’euros pour Le Figaro, 14 millions pour Libération et 17 millions pour Le Monde en 2010) généreusement versées par un Etat qui, lui-même aux abois, pourrait bien être contraint de fermer le robinet. CL


Un journaliste de Marianne assistait-il, le 13 octobre, à la tonique Journée de réinformation organisée par Polémia sur le thème « Face à la tyrannie médiatique : nouvelles donnes, nouvelles cibles, nouveaux outils » et au cours de laquelle fut présenté l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (www.ojim.fr/) présidé par Claude Chollet ? Toujours est-il que, treize jours plus tard, l’hebdo fondé par Jean-François Kahn faisait sa une sur ou plutôt « contre le panurgisme médiatique » : une charge violente contre les confrères qui « disent tous la même chose, au même moment ». Rien n’est d’ailleurs plus logique puisque, selon un sondage publié le 17 avril dernier par le même magazine sur les intentions de vote des journalistes au premier tour de la présidentielle, 76,7% des sondés se partageaient entre François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, les autres s’abstenant ou affirmant leur préférence pour des candidats marginaux (Philippe Poutou, Jacques Cheminade…), cependant que Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen obtenaient tous deux… 0% ! Un vote aux antipodes de celui des Français.

Une consanguinité dévastatrice entre journalistes et politiques

La fracture va s’accentuer puisque les intentions de vote des élèves des écoles de journalisme étaient encore plus caricaturales : là, c’est 100% des suffrages qui se portaient sur les candidats oscillant du rose au rouge cramoisi : un décalage radical avec le corps électoral. De même que « la consanguinité de plus en plus forte et dévastatrice entre journalistes et politiques » est soulignée le 1er novembre par le sociologue Thierry Wolton sur le site latribune.fr, ce décalage explique la perte de crédibilité de la presse et donc la fuite du lectorat. Ce dernier préfère se contenter des journaux radio-télévisés, tout aussi conformistes mais gratuits, et, surtout, recourt de plus en plus à Internet pour s’informer.

Evidemment, ce n’est pas cette gauchisation croissante des faiseurs (de moins en moins) d’opinion qu’incrimine dans la crise actuelle Jean Stern, ancien du Libération de la haute époque qu’il continue d’idéaliser et cofondateur du magazine homosexuel Le Gai-Pied. Mais, à condition de le lire d’un œil critique et de conserver pendant la lecture son libre-arbitre et même son esprit critique, son essai Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais n’en est pas moins riche d’enseignements.

Main basse sur la presse

Comme dans Les médias en servitude publié par Polémia et dans Ils ont acheté la presse de Benjamin Dormann (éd. Jean Picollec), Jean Stern constate que, si la presse devenue une « machine à décerveler, moutonnière et banale » a perdu en vingt ans des millions de lecteurs, c’est en raison de la mainmise sur ces organes affaiblis des magnats du luxe (Pinault, Arnault et Bergé), de l’armement (Lagardère et Dassault), de la communication (Xavier Niel) et maintenant de la banque avec Antoine Bernheim, Edouard de Rothschild et surtout Matthieu Pigasse (Lazard).

S’interrogeant sur ces rachats, alors que « les grands médias ne gagnent pas d’argent. Au contraire, ils en perdent », Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia, en concluait lors de la remise des Bobards d’Or 2011 : « Ceux qui investissent dans les médias n’en attendent donc pas une rétribution financière immédiate. Non. Ils visent à acquérir du pouvoir, de l’influence » et aussi, accuse Jean Stern, le silence complice de leurs nouveaux salariés sur leurs agissements : « Maintenue tout juste hors d’eau, la presse enquête peu, analyse peu et sert en copié-collé les mêmes idées. » Exeunt, dès lors, les enquêtes économiques, sociales et internationales susceptibles de gêner les oligarques autopromus patrons de presse.

Danseuses ou vaches à lait… fiscales ?

A cela s’ajoute un autre intérêt strictement financier. Qu’il s’agisse du Monde, de Libé ou desEchos, ces coûteuses « danseuses » sont indispensables sur le plan fiscal. Le chapitre consacré au sujet (« Le hold-up des holdings ») compte parmi les plus intéressants du livre de Jean Stern. « Les holdings “actives”, écrit-il, sont devenues les centres de contrôle et de pouvoir des grands capitalistes français et donc des patrons de journaux. Le principe de la holding active est simple : une maison mère possède des filiales et travaille pour elles », lui facturant pour ce faire des « prestations », souvent exorbitantes, notamment pour des sièges somptueux. « Avec les factures de ces prestations, la holding peut “fabriquer” du déficit dans ses filiales. En pompant leur chiffre d’affaires, elle peut ainsi consolider ses comptes en faisant remonter pertes et revenus. Des experts en flux financiers créent à l’intérieur des groupes français des holdings en chaîne, ce qui permet de faire apparaître des pertes tout aussi artificielles et de diminuer ainsi l’imposition globale. »

Ainsi, « l’achat d’une société éditant un journal en perte peut donc se révéler une bonne affaire fiscale pour une holding. C’est le cas du groupe LVMH de Bernard Arnault. Les pertes de sa filiale à 100% Groupe Les Echos – entre 17 et 35 millions d’euros en 2010 selon les sources – permettent de baisser l’imposition totale de LVMH qui affiche globalement trois milliards de bénéfices en 2011 ».

La mortelle Sainte Alliance entre gaullistes et communistes

Reste à savoir, bien sûr, pourquoi la presse nationale française, si diverse et si florissante avant la guerre (en pleine Occupation, Le Petit Parisien tirait encore à 600.000 exemplaires), n’a cessé depuis de s’étioler, au point de n’avoir d’autre recours que de se donner à d’avides magiciens qui s’en débarrasseront aussi vite quand ils n’en auront plus l’utilité.

Parmi les facteurs ayant concouru à mettre les « médias en servitude » est évidemment écrasante la responsabilité des « journalistes-managers » qui ont sévi ces dernières décennies avec autant d’arrogance que d’avidité : après s’être offert le mirobolant salaire de 400.000 euros par an, le calamiteux Jean-Marie Colombani, ancien directeur du Monde finalement mis en minorité en 2007, obtint 950.000 euros d’indemnités de départ.

Mais cela ne suffit pas à expliquer l’agonie de nos quotidiens. Ceux qui ont lu la fondamentale et monumentale (500 pages) Histoire de la spoliation de la presse française que Claude Hisard publia en 1955 à la Librairie française savent à quoi s’en tenir. Les autres liront avec profit le chapitre de Jean Stern sur la « Sainte Alliance à la Libération », avec le « partage des tâches entre gaullistes et communistes : aux premiers, les rédactions, aux seconds, la distribution du papier, les ateliers et les imprimeries » dont les ouvriers syndiqués – au contraire de nombreux journalistes – échappèrent à toute épuration (y compris ceux qui avaient quatre ans durant assuré la parution de la Pariser Zeitung allemande, dont le siège rue Réaumur devint celui du très résistancialisteCombat, où ils furent immédiatement embauchés).

Cette Sainte Alliance, dont le Syndicat du Livre CGT, toujours plus pléthorique en raison de son clientélisme et de son activisme, tira d’ahurissants profits pour lui-même, ainsi placé en situation de monopole, et pour ses adhérents (bien mieux rémunérés que les journalistes pour des journées de six heures seulement quand la semaine était alors de 40 heures, tout dépassement d’horaire, fût-il de quelques minutes, coûtant aux journaux une période supplémentaire), se révéla mortelle pour la presse. Ajoutons que les Messageries de presse tombèrent, elles aussi, sous le joug du Syndicat du Livre qui y exigea la multiplication des emplois, généralement par cooptation et souvent surnuméraires, alors même que la mécanisation était en marche. Les grèves incessantes sous le moindre prétexte, avec occupations et parfois incendies des dépôts de papier, ne contribuèrent pas peu à la désaffection des lecteurs, entraînant la disparition de nombreux kiosques.

Or, mis à part Emilien Amaury, patron du Parisien libéré qui se révolta contre ce système (après en avoir été partie prenante à la Libération), et y perdit la vie en 1977, tous les groupes de presse acceptèrent le carcan, qui aboutit à l’étranglement de leurs journaux.

Les drôles de noubas de L’Huma

Néanmoins, la collusion perdure. « Chaque année, en lever de rideau de la Fête de L’Humanité », rappelle Jean Stern, un dîner à La Courneuve réunit « le véritable comité central de la “cogestion” à la française de la presse ». En 2011, autour des responsables de L’Huma et des pontes de la CGT, banquetaient ainsi et échangeaient force gracieusetés Marc Feuillée, directeur général du Groupe Figaro et président du Syndicat de la presse quotidienne nationale, Jean-Pierre Baechter (Dassault), Pierre-Jean Bozo (20 minutes), l’ancien ministre giscardien Anne-Marie Couderc (Presstalis, ex-NMPP), François d’Orcival (Valeurs actuelles), Louis Dreyfus (Le Monde), Olivier Henrard, conseiller de Nicolas Sarkozy pour la culture et la presse, David Kessler (Les Inrockuptibles de Pigasse), Emmaneul Hoog (AFP), Bruno Lesouëf (président de la presse Lagardère), Francis Morel (Les Echos), Yvan Levaï (France Inter), etc.

Au vu de cette union impure entre les représentants des plus grandes fortunes de France et les prétendus « soldats de la faim », il est difficile d’espérer une « refondation » de la presse.

Se présentant aujourd’hui comme « directeur pédagogique de l’EMI (Ecole des métiers de l’information), Scop (*) de formation à l’Université Paris X [Nanterre] », Jean Stern conclut en bon gauchiste que si les journalistes « ne veulent pas finir broyés », ils doivent « oublier les patrons » et « retrouver la parole et la rage d’écrire ». Mais, si tant est qu’elles puissent s’exprimer, de quel poids seront cette parole et cette rage si elles restent univoques, si la profession continue de psittaciser le credo marxiste et antiraciste qui exaspère une majorité de lecteurs mais ne gêne nullement les « patrons », bien au contraire, puisqu’il sert leurs ambitions mondialistes ? A force d’alignement bêlant sur les dogmes de la saison, les mutins de Panurge finiront comme les moutons.

Claude Lorne
3/11/2012

Jean Stern, Les patrons de la presse nationale/ Tous mauvais, La Fabrique éditions, octobre 2012, 210 pages, avec notes et annexes (mais pas d’index).

Note :

(*) Une Scop (Société coopérative et participative) est soumise à l’impératif de rentabilité comme toute entreprise mais elle bénéficie d’une « gouvernance démocratique » et d’une répartition des résultats favorisant la pérennité des emplois et du projet d’entreprise.

Voir aussi

Journée de la réinformation. Intervention de J.-Y. Le Gallou
Les médias en servitude
Ils ont acheté la presse

Correspondance Polémia – 3/11/2012.

Crédit photo : 1ère de couverture

Leave a Reply