Accueil | Politique | Une pièce de 5 euros ? La Monnaie de Paris défend son idée

Une pièce de 5 euros ? La Monnaie de Paris défend son idée

Une pièce de 5 euros ? La Monnaie de Paris défend son idée

par | 8 novembre 2013 | Politique

Du souci de l’intérêt général en pleine période d’une dette publique inamortissable?

Deux ans après une première tentative, la Monnaie de Paris relance sa campagne en faveur de la création d’une pièce de 5 euros, qui viendrait concurrencer le billet de même dénomination.


Le groupe public met en avant la longévité des pièces (en moyenne de 40 ans), bien supérieure à celle des billets (estimée à 1 an), qui pourrait permettre d’importantes économies.

« Si on transformait tous les billets de 5 euros en pièces, la zone euro ferait une économie collective de 10 milliards d’euros », a fait valoir vendredi auprès de l’AFP Christophe Beaux, le patron de la Monnaie de Paris.

M. Beaux a fait valoir son point de vue lors d’une réunion, tenue le même jour à Bruxelles et réunissant des représentants des Etats membres de la zone euro, de la Banque centrale européenne et des instituts de frappe monétaires. La Commission européenne prépare actuellement un Livre vert sur comment réduire les coûts de production de monnaie au sein de l’Union monétaire. Une première mouture devrait être présentée en fin d’année.

Même s’il obtenait l’accord des autorités politiques, en l’occurrence en France de la direction du Trésor qui dépend de Bercy, M. Beaux risquerait de buter comme en 2011 sur l’hostilité de la Banque centrale européenne (BCE) opposée à une telle idée. D’autant que les banques centrales nationales sont celles qui fabriquent le billet de 5 euros considéré avec le billet de 10 euros comme l’un des plus rentables de toutes les coupures.

Relancer son activité

Pour la Monnaie de Paris, se voir confier la fabrication d’une pièce de 5 euros relancerait son activité séculaire de frappe de monnaies pour le compte de l’Etat, en perte de vitesse.

Le chiffre d’affaires de cette activité historique a baissé en 2012 de 9%, à 42 millions d’euros. Elle ne représente plus que 27% des revenus de la Monnaie de Paris contre 60% en 2007.

Si l’Etat a commandé 800 millions par an de pièces à la Monnaie pour les trois prochaines années, cette commande devrait diminuer par la suite, indique le groupe public, dont les marges et les bénéfices sont assurés depuis peu par ses activités commerciales (la fabrication de monnaies de collection, de monnaies courantes étrangères et de médailles).

« Cette activité va se tasser », reconnaît M. Beaux, d’où la nécessité d’anticiper au vu des surcapacités de production de son usine de Pessac (Gironde), qui ne fabrique plus que quelques 900 millions de pièces par an aujourd’hui contre plus de trois milliards en 2002. « C’est trois fois moins, alors qu’on pourrait facilement en produire trois fois plus », explique Christophe Beaux.

« Faut-il autoriser la production d’une pièce de 5 euros pour occuper des salariés de Pessac. Franchement ce n’est pas possible », ironise un responsable de Bercy.

En 2011, avec entre autres les instituts de frappe danois, italien et espagnol, la Monnaie de Paris avait déjà fait campagne auprès des autorités européennes pour la création d’une pièce de 5 euros calquée sur le modèle de la pièce de 5 francs suisse. L’essai n’avait pas été concluant.

Cette initiative s’inscrit dans une campagne générale de la Monnaie de Paris, qui milite pour une restructuration de l’industrie européenne de la frappe monétaire, qui compte une vingtaine d’acteurs.

Cette réorganisation passerait par une vive compétition entre les acteurs via des appels d’offre, selon M. Beaux, et à terme une « disparition » de certains frappeurs de monnaie. « Il y a plus de fabricants de pièces que de constructeurs automobiles en zone euro », ironise M. Beaux.

Bousculée comme ses rivaux européens par la multiplication des moyens de paiement électroniques, la Monnaie de Paris doit réagir.

 AFP 08/11/2013 20:42

Correspondance Polémia – 8/11/2013

Image : 5 euros liberté, monnaie les valeurs de la république 2013

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

I-Média n°347 – Zemmour, d’Ornellas, Trump… Censure générale !

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Napoléon – 1969, 2021 : heurs et malheurs de deux bicentenaires

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Les débats font rage autour des célébrations du bicentenaire de...

Parution : Napoléon. L’enfant corse qui devient empereur

Deux siècles après la mort de Napoléon Bonaparte (1769 — 1821), que les enfants savent-ils de son...

Le Conseil d’État, une officine socialiste, liberticide et immigrationniste. Par Jean-Yves Le Gallou

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Les dirigeants de Génération Identitaire ont déposé un recours...

La macronie vent debout contre les Français

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (40e) Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de...

Dissolution de Génération Identitaire en référé : un scandale judiciaire

Le Conseil d'État, saisi en référé, a validé la dissolution de Génération Identitaire. La décision...

L’auteur de l’attentat à Rambouillet venait d’être régularisé : le scandale doit cesser

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le 23 avril 2021, un...

Régionales. Les Républicains explosent en plein vol en PACA

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Napoléon. « La fortune et la virtù » par Dominique Venner

Par Dominique Venner, historien ♦ Napoléon Bonaparte est mort le 5 mai 1821. 200 ans plus...

L’assimilation est-elle encore une option politique valable ?

Par Johan Hardoy ♦ Deux réflexions sur l'assimilation des immigrés dans notre pays : Éloge...