La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Géopolitique | Mali : Tant que l’argent afflue, l’Ouest ne semble pas troublé par l’idéologie des monarchies du Golfe

Mali : Tant que l’argent afflue, l’Ouest ne semble pas troublé par l’idéologie des monarchies du Golfe

Mali : Tant que l’argent afflue, l’Ouest ne semble pas troublé par l’idéologie des monarchies du Golfe

par | 22 janvier 2013 | Géopolitique

La France espère que les monarchies arabes du Golfe vont apporter leur aide à la campagne contre les rebelles djihadistes au Mali, a déclaré hier son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. En visite aux Émirats Arabes Unis, M. Fabius a présenté brièvement les différentes aides possibles : en fournissant du matériel ou du financement – une requête ironique étant donné que l’on pense que les donateurs privés de ces pays sont les principaux soutiens d’al-Qaïda en Irak et en Syrie. P.C.


L’Ouest a dépeint les dirigeants du Golfe comme des alliés
 naturels pour encourager les révolutions démocratiques

Les États-Unis et les pays occidentaux se sont tournés depuis longtemps vers les monarchies du Golfe pour financer leurs actions dans le monde musulman et au-delà. Quelques fois, le financement a été direct, comme l’aide financière et matérielle que le Qatar a apportée aux rebelles libyens en 2011. D’autres fois, cela a été des subventions indirectes à des groupes, comme les moudjahidin afghans qui combattaient les Soviétiques, et avec lesquels l’Ouest ne voulait pas trop être associé publiquement. M. Fabius a dit que les donateurs se réuniraient vers la fin janvier à Addis-Abeba, pour financer une campagne africaine contre al-Qaïda. Il a déclaré : « Tout le monde doit s’engager à combattre le terrorisme. Nous sommes assez confiants que les Émirats iront aussi dans cette direction ».

Les relations entre les États-Unis et leurs alliés européens, d’une part, et les monarchies absolues du Golfe, de l’autre, ont été très contradictoires depuis que le Printemps Arabe a commencé, il y a deux ans. L’Ouest a décrit les rois et les émirs du Golfe, qui dirigent quelques-uns des Etats les moins démocratiques du monde, comme des alliés naturels pour promouvoir et financer les révolutions démocratiques en Libye et en Syrie.

Une contradiction supplémentaire est que l’Arabie Saoudite et ses dirigeants sunnites ont encouragé les salafistes dans tout le monde musulman – des militants fondamentalistes défendant une interprétation littérale du Coran – en payant pour leurs écoles et leurs mosquées. Tandis que la plupart des salafistes sont non-violents, leur idéologie est similaire à celle d’al-Qaïda.

La Libye de Mouammar Kadhafi était un donateur et un investisseur important en Afrique sub-saharienne et il est peu probable que les Arabes du Golfe soient prêts à dépenser autant d’argent. Même les rebelles syriens disent que les fonds qu’ils reçoivent arrivent épisodiquement et qu’ils sont inadéquats, conduisant au pillage généralisé par les chefs rebelles. Tandis que la France justifie son intervention au Mali en affirmant que celle-ci fait partie de la « guerre contre la terreur », son action pourrait provoquer plus de troubles dans cette région. Chose intéressante, un groupe rebelle au Nord, le MNLA séparatiste qui veut une patrie pour les Touaregs au Nord du Mali, aurait soutenu l’intervention française.

Patrick Cockburn
 – The Independent
16 janvier 2013

Titre original : As long as the cash rolls in, the West appears untroubled by Gulf monarchies’ ideology

Traduction : JFG-QuestionsCritiques
Correspondance Polémia – 21/01/2013

Image : Réunion de soutien aux conseils révolutionnaires civils en Syrie avec Laurent Fabius. Crédit photo : francediplomatie via Flickr (cc)

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Éric Zemmour : « Je me battrai de toutes mes forces contre la répartition de migrants dans la ruralité »

Par Éric Zemmour ♦ Dans son discours aux préfets du 15 septembre, Emmanuel Macron a acté le...

À l’ONU, la leçon du président Serbe sur l’Ukraine et l’OTAN

Par Pierre Boisguilbert ♦ Le discours le plus pertinent n’a pas été le plus médiatisé. Les...

Disparition de François-Bernard Huyghe, un phare en pleine tempête

Par Goulven Laënnec ♦ Penseur joyeux et tragique de la modernité et de la post modernité,...

Le syndrome du canard : comment les organisations en déclin s’habituent à la médiocrité

Par Philippe Silberzahn, auteur et professeur de stratégie ♦ Les lecteurs de Polémia...

Propagande, censure… Le « tournant environnemental » de Radio France

Par Rémy Prud’homme, professeur des universités (émérite) ♦ Nous partageons ici avec les...

Viktor Orbán, le bilan de douze années au pouvoir

Par Johan Hardoy ♦ En 2016, le journaliste franco-hongrois Ferenc Almássy (bien connu de...

Allemagne. Entretien avec Stefan Marzischewski-Drewes, candidat de l’AfD en Basse-Saxe

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure...

Tronquer ce monde qu’ils ne sauraient voir

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Une citation de Charles Péguy revient souvent,...

Toujours plus d’immigration à prévoir pendant le 2e quinquennat Macron

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ L’immigration...