Articles

Privacy Shield

Vos données personnelles dans la centrifugeuse US

Print Friendly

Une analyse de Patrice de Plunkett, journaliste, écrivain, essayiste, blogueur…

♦ C’est l’accord signé le 2/02/2016 par Bruxelles et Washington

L’ahurissant impérialisme des Etats-Unis en Europe : sanctions, pénalités, tribunaux, arrestations, données privées !


Cet accord euraméricain porte sur le transfert de données personnelles « entre les deux continents » (comprendre : de l’Europe vers les Etats-Unis). Il s’intitule Privacy Shield : « bouclier de la vie privée ». Les gens avertis doutent du bien-fondé de ce nom, pour deux raisons :

1 En novembre 2015, Privacy Shield a été improvisé pour rassurer les Européens inquiets de l’accord précédent, qui s’intitulait (par antiphrase) Safe Harbor : «port fiable » … L’accord Safe Harbor avait été invalidé en octobre par la Cour de justice de l’UE : c’est dire que sa vraie nature ne pouvait être dissimulée.

2 La nature (libérale) de Safe Harbor est aussi celle de Privacy Shield. Aux termes de ce document, la protection « adéquate » des données européennes ne sera pas garantie par la loi US, mais seulement par… la bonne volonté des sociétés privées américaines. Si les citoyens des pays de l’UE* constatent l’utilisation abusive de leurs données par des sociétés américaines, ils ne pourront protester qu’auprès de l’agence** de protection des données de leur pays ; celle-ci « transmettra la plainte » à Washington. Absence de suites prévisible… En cas d’intrusion (visible) des services US dans les données d’un « « citoyen européen », ce « dossier sensible » sera transmis à un « médiateur » chargé de le « traiter »…

Le flou est donc total.

Comme l’a constaté l’eurodéputé Vert franco-allemand Jan Philipp Albrecht, juriste spécialiste du numérique et rapporteur du projet de règlement européen sur la protection des données,  « la Commission nous ressert un vieux plat réchauffé » : les progrès par rapport à l’accord Safe Harbor sont quasi-inexistants, Washington n’a pas pris d’engagements, et le « médiateur » à créer ne sera pas doté de pouvoirs concrets. Albrecht appelle les agences européennes à rejeter Privacy Shield. Faute de quoi une nouvelle plainte sera déposée devant la Cour de justice de l’Union européenne…

Privacy Shield est évidemment « soutenu » par l’eurogroupe parlementaire PPE (centre-droit), dont font partie Les Républicains français.

Inutile de préciser que cet accord satisfait aussi la secrétaire américaine au Commerce, Penny Pritzker : « ça va aider à la croissance de l’économie numérique », déclare-t-elle. Que demander de plus ?

Patrice de Plunkett
13/02/2016

Notes :

(*) abusivement qualifiés de citoyens « européens » par Privacy Shield.
(**) américanisme : qualifier d’agences (terme du privé) des organismes censés remplir des tâches d’Etat.

Source : LAFAUTEAROUSSEAU

Correspondance Polémia – 14/02/2016

Image : EU – US PRIVACY SHIELD