Articles

Vers un nouveau front islamiste dans les Balkans occidentaux ? (2/3)

Vers un nouveau front islamiste dans les Balkans occidentaux ? (2/3)

Print Friendly

Cette longue analyse a pour auteur Alexis Troude, chargé de cours de géographie à l’Université de St Quentin-Versailles et directeur du Département d’études balkaniques à l’Académie internationale de géopolitique. Ses thèmes de recherche sont la géostratégie, les frontières, l’identité et les régions, leur géoéconomie, l’histoire des Balkans, et plus généralement tout ce qui touche les territoires européens.

♦ Comme l’a fait l’auteur lui-même, nous découperons cette longue étude en trois parties qui feront pour chacune l’objet d’un article séparé.

Première partie : Le radicalisme islamiste européen est né en Bosnie.
Deuxième partie : Al Qaïda tisse ses mailles au cœur de l’Europe du sud-est.
Troisième partie : L’expansionnisme albanais : stratégie de la tension dans tous


Deuxième partie

Al Qaïda tisse ses mailles au cœur de l’Europe du sud-est

L’islamisme radical revient en force dans tous les Balkans occidentaux. Après des coups de fusils sur un commissariat au Monténégro et l’attaque par un commando d’anciens djihadistes des guerres bosniaques dans la partie serbe de la Bosnie-Herzégovine en avril, c’est un véritable acte de guerre qui s’est déroulé le 9 mai dernier en Macédoine. Dans la ville de Kumanovo, pendant plus de vingt heures, une trentaine de terroristes se sont acharnés sur un commissariat, mais aussi contre un quartier en tirant au mortier, faisant plus de vingt morts.

Les filières d’Al Qaïda dans les Balkans suite au 11 septembre

Après les attentats du 11 septembre 2001, les services occidentaux se sont rendus compte que plusieurs centaines d’islamistes radicaux étrangers vivaient tranquillement comme citoyens bosniaques – l’État de Bosnie-Herzégovine leur avait donné un passeport. Leur recherche par la police de la KFOR commença car ils représentaient un danger pour leur possible lien avec Al Qaïda. On apprenait ainsi qu’un Algérien de nationalité bosniaque avait tenté en 1998 d’acheminer des explosifs pour un groupe terroriste en Allemagne. Un des principaux lieutenants de Ben Laden, le Palestinien Abu Zubeida, disposait en 2000 d’un réseau d’agents en Bosnie. Ahmed Ressam et Karim Atmani, qui furent combattants djihadistes en Bosnie au début des années 1990, organisèrent ensuite la cellule de Montréal avec pour objectif de poser une bombe aux États-Unis. Atmani, faisant partie du « groupe de Roubaix », a été ensuite condamné à cinq ans de prison en France. Oussama Ben Laden lui-même possédait un passeport bosniaque régulier, qui lui a permis de séjourner à plusieurs reprises en Bosnie-Herzégovine dans les années 1990. La journaliste allemande Renate Flotau, de l’hebdomadaire Der Spiegel, affirme avoir vu à plusieurs reprises Oussama Ben Laden dans l’antichambre du bureau du président bosniaque, Alija Izetbegović.

Dans un entretien pour l’agence de presse yougoslave « Tanjug », le journaliste français Christian Chesnot, ancien otage en Irak, expliquait en 2004 que son ravisseur avait été formé pendant la guerre en Bosnie. Ce chef du groupe dénommé l’ Armée islamique en Irak, lié à Al Qaïda, était « un type plutôt jeune, une petite trentaine d’années (…). Il passait son temps à écouter des chants islamiques sur la Bosnie et à parler des opérations menées par des moujahiddines pendant la guerre de 1992-1995, à laquelle il a participé avant de se lancer dans d’autres pays de djihad ». Selon Chesnot, ce groupe terroriste développe un « agenda irakien » mais aussi un « agenda international et djihadiste » (1).

Ces derniers temps, plusieurs faits divers ont démontré l’implication des « salafistes (2) » durant la guerre de 1992-1995 et après. La survivance d’« Émirats islamiques » en Bosnie-Herzégovine, bien qu’éphémères à chaque fois, a aussi frappé l’opinion. En août 2005, l’opinion bosniaque apprenait avec stupeur que cinq Pakistanais du groupe  Hezb-il-Islami, allié à Al Qaïda en Afghanistan, s’étaient installés dans la mosquée de Dobrinja : ils ne demandaient pas moins que la création d’un Émirat islamique dans ce quartier de la banlieue de Sarajevo, d’où les Serbes avaient été chassés en 1995. Cela amena le journaliste bochniaque Esad Ečimović à parler de « menace du radicalisme islamique en Bosnie ». Au mois de décembre 2008, les Américains libéraient de Guantanamo trois djihadistes algériens qui avaient combattu en Bosnie puis ensuite obtenu la nationalité bosniaque. Boudella al Hajj, Mustafa Ait Idr et Mohammed Nechle avaient immigré en Bosnie. Ils avaient été arrêtés en 2001, sur des soupçons de préparation d’un attentat contre l’ambassade américaine à Sarajevo. Depuis janvier 2002, ils étaient détenus à Guantanamo.

En 2009, une affaire politico-judiciaire défrayait la chronique à Belgrade : Ali Hamad, ancien officier d’Al Qaïda qui a travaillé pour l’armée bosno-musulmane, a voulu témoigner sur des exactions faites contre des civils serbes dans le conflit de 1992-95. Ce djihadiste international demanda à être protégé par la Serbie, car il a eu à subir déjà trois tentatives d’assassinat en prison. Selon Ali Hamad, ces tentatives seraient commanditées par des dirigeants bochniaques gênés par un procès qui pourrait apporter la preuve du soutien d’Al Qaïda aux autorités de Sarajevo.

En janvier 2009, on découvrait qu’un des membres du Hamas palestinien, Abou al Mari, mort récemment à Gaza dans le conflit avec l’armée israélienne, était l’un des nombreux terroristes internationaux qui avaient fait la guerre du côté des forces armées bosno-musulmanes en 1992-1995. Al Mari, comme un grand nombre de moudjahiddines, ne s’est pas seulement battu en Bosnie, mais aussi en Afghanistan, en Tchétchénie et dans d’autres pays où les islamistes ont mené « la guerre sainte ». Selon Ivica Milivončić, auteur du livre Al Qaïda s’est forgé en Bosnie-Herzégovine, « Le Hamas est l’une des 33 organisations terroristes dont les membres se sont battus en Bosnie-Herzégovine. À cause du conflit permanent avec Israël, le Hamas n’avait pas pu envoyer beaucoup de combattants en Bosnie entre 1992 et 1995. Après la fin de la guerre, la majorité d’entre eux est retournée en Palestine. Mais une partie est restée en Bosnie-Herzégovine et un petit groupe du Hamas s’est infiltré dans l’ancienne Agence pour la Recherche et la Documentation, c’est à dire les services de renseignements bosniaques ». La majorité des membres du Hamas qui dans la Fédération croato-musulmane ont obtenu la nationalité bosniaque a, selon lui, changé de nom et de prénom. Au lieu de noms arabes, ils ont pris des noms bochniaques et c’est la raison pour laquelle ils sont difficiles à retrouver.

Sandjak : nouvelle terre de djihad dans les années 2000

Au Sandjak, couloir stratégique de 8873 km2 reliant le Kosovo à la Bosnie, le terrorisme islamiste a fait son apparition en 2007. Après la guerre de Bosnie (1992-1995), certains groupes de moudjahiddines afghans et arabes avaient trouvé refuge au Sandjak. Après plusieurs années d’attente, ces groupes wahhabites sont passés à l’action et la police serbe a démantelé au printemps 2007 un camp d’entraînement à Novi Pazar, arrêtant 5 Jordaniens. La police serbe mit alors à découvert un arsenal important d’armes, non seulement aux alentours du camp wahhabite, mais aussi dans une localité proche : fusils automatiques, sept kilogrammes d’explosifs et une dizaine d’obusiers. Le ministre de l’Intérieur de Serbie affirmait à cette occasion qu’il soupçonnait l’existence d’autres camps de ce type dans la région. Selon les services de renseignement serbes, des terroristes venus d’Irak et d’Afghanistan circulaient facilement entre Novi Pazar, Sjenica et Tutin ; les habitants de ces localités avaient depuis un certain moment signalé à la police des mouvements d’étrangers portant des signes distinctifs islamistes. Selon Suad Bulić, commissaire à Novi Pazar, « ce groupe est connu depuis longtemps : ils ont organisé des bagarres et tiré des coups de fusil dans certaines mosquées ».

Cela démontre un processus de radicalisation d’un islamisme importé (wahhabisme d’Arabie saoudite), éloigné des préoccupations des citoyens bochniaques du Sandjak. La nouveauté du cas du Sandjak est la tentative d’introduction d’une lutte entre confréries musulmanes au cœur même des lieux de culte. Ce dernier point explique la forte réaction du mufti Muhamer Zukorlić à ces événements : « Les wahhabites, après avoir voulu nous diviser en imposant leurs conceptions de la prière, veulent déstabiliser maintenant toute la région ». Or c’est dans cette perspective qu’il faut considérer cette nouvelle menace au Sandjak. Selon Radenko Joković, criminologue à Novi Pazar, les armes utilisées par les Jordaniens arrêtés viennent du Kosovo voisin, ce qui tendrait à prouver qu’ils travaillent avec les extrémistes albanais dans le même but : internationaliser la question du Sandjak. Située au sud de la Serbie à l’intersection des corridors VIII et X, une guérilla albanaise maintient la pression contre la police serbe. On assiste donc à la menace de création d’un Grand Kosovo autour du nouvel État indépendant (3).

En outre les cinq Jordaniens ne seraient, selon les services de la KFOR, qu’un petit noyau d’un réseau lié à Al Qaïda. Le même rapport des services de renseignements de la KFOR indiquait en mars 2007 que « les groupes terroristes du Kosovo ont commencé un transfert intensif d’armes du Kosovo vers le Sandjak ». Début 2007 s’est aussi installé au Sandjak le Front Islamique du Salut , dirigé par un Turc et deux Bochniaques. Ce groupe est formé d’une vingtaine de moudjahiddines turcs, mais aussi de Soudanais, d’Algériens, d’Egyptiens et de Palestiniens. Le Sandjak est ainsi devenu une base de repli pour les djihadistes venus du Kosovo. Les montagnes entre Kosovo et Sandjak sont devenues le lieu d’action du groupe djihadiste « Bajgora Storm », avec pour commandant l’ex-terroriste de l’UCK Ram Rama, reconverti dans le djihadisme au Sandjak. Des armes lourdes convoyées par huit camions en février 2007 auraient été réceptionnées par une cellule d’Al Qaïda qui les a ensuite distribuées à des wahhabites sur le territoire du Sandjak. Selon les rapporteurs de la KFOR, la cellule d’Al Qaïda prévoyait ensuite d’amener dans le sens inverse des armes chimiques destinées à l’attaque de la base américaine de Bondsteel. Les moudjahiddines disposeraient sur le sol du Sandjak de camps d’entraînement temporaires et très mobiles ; ils peuvent aussi mobiliser plusieurs centaines de fidèles « prêts à soutenir la lutte des musulmans dans les Balkans (4)». Le lien entre UCK et djihad est donc une fois de plus établi et les wahhabites considèrent le Sandjak comme un lieu de projection du djihad dans toute la région.

2015 : la guerre du salafisme contre les chrétiens est déclarée

La conséquence directe et terrible de cet activisme salafiste très dynamique en Bosnie depuis plus de vingt ans est l’apparition d’affidés de l’islamisme radical moyen-oriental. Ainsi à Gornja Maoča, petite enclave salafiste au nord-est de la Bosnie-Herzégovine (partie musulmane), plusieurs habitants ont hissé le drapeau noir de l’État Islamique en début d’année. Cela a tout de suite entraîné une action de police de la sûreté de l’État bosniaque (SIPA) en février 2015, mais cela est peine perdue car le mal est déjà enraciné ; déjà à deux reprises en 2010 la police lourdement armée avait arrêté des djihadistes. En effet, Gornja Maoča, un village proche de Srebrenik, dans le nord du pays, est connue pour être une enclave du mouvement salafiste en Bosnie-Herzégovine. On estime à plusieurs dizaines les combattants qui s’entraînent dans ce camp implanté pat l’État islamique dans ces montagnes de Bosnie ; toutes les femmes portent la burqua et les programmes scolaires suivent celui de la Jordanie. Entre 200 et 300 citoyens bosniens combattraient dans les rangs des djihadistes déjà en Syrie, sous le commandement de Nusret Imamović, le chef de la communauté wahhabite de Gornja Maoča, qui figure depuis le 24 septembre sur la liste des 10 terroristes islamistes les plus recherchés par le département d’État américain. La menace d’actions en Europe à partir de ce type de camps est très probable ; mais cela veut déjà dire que l’idéologie de l’État Islamique se propage sur le sol européen et a un ancrage territorial dans les Balkans (5).

Or fin avril 2015 dans la ville de Zvornik, un jeune djihadiste a attaqué violement une poste de police, faisant un mort et deux blessés parmi les policiers serbes. Il n’est pas anodin de voir que Zvornik, placé côté République Serbe, en face de la fédération croato-musulmane, est située dans la même région que Gornja Maoča; à la confluence de Bosnie, Serbie et Croatie. Le but de l’État Islamqieu en Bosnie nord- orientale n’est pas seulement de réactiver les anciens réseaux djihadistes d’Al Quaîda jamais définitivement éteints ici depuis les guerres de 1992-1995, d’envoyer des soldats aguerris sur le terrain syrien mais aussi d’ enraciner durablement en Europe un foyer islamiste dur, formé de combattants qui ont parfois plus de vingt ans de habitudes djihadistes derrière eux. Cela s’est passé aussi dans un contexte de radicalisation, -attaques terroristes sur la gendarmerie de Novi Grad en Republika Srpska, drapeaux de l’Arabie Saoudite accrochés de façon ostentatoire sur les feux de croisement à Gradiška. Milorad Dodik, Président de la République Serbe de Bosnie, ne s’y est pas trompé et il dénonce devant ce regain de violences les atermoiements des forces de l’ordre des autorités centrales (Sarajevo). La question sous-jacente est de savoir comment peuvent se multiplier ces actes terroristes en présence de plus de mille soldats de la mission EUFOR-Althéa ? (6)

Soutenue financièrement par l’Iran, l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, l’Organisation de la Jeunesse Islamique Active (AIO), a été fondée en 1995 par Nedim Haradžić, officier du groupe de djihadistes  El Moudjahid , qui fournira des éléments aguerris à l’AIO. Son programme est on ne peut plus clair: « Notre but est la formation d’un État islamique en Bosnie-Herzégovine, basé exclusivement sur la charia, et dont le modèle est l’Arabie saoudite. Pour atteindre ce but, il faut changer le système scolaire en Bosnie ».

L’AIO est clairement néo-fondamentaliste, défendant une interprétation littérale des textes de la charia et l’intolérance envers les autres communautés religieuses, y compris les musulmans qui ne suivent pas les préceptes de leur mouvement, considérés comme des takfir (non croyants). Ils appellent à retourner aux pratiques originelles de l’Islam : habillement spécifique, prières quotidiennes, port du hidjab pour les femmes. On les rencontre dans des madrasas (écoles corniques) bosniaques, où ils recrutent des nouveaux fidèles.

Or l’AIO possède plusieurs camps d’entraînement en Bosnie, où des anciens du conflit bosniaque entraînent au terrorisme. Le plus connu d’entre eux est  Vehabija, groupe d’ultra-radicaux comptant jusqu’à 300 membres en 2003. Or il est intéressant de voir qu’après être passés par la République turque de Chypre-nord, ils sont ensuite envoyés au Sandjak et dans la vallée de Preševo, en Serbie du sud. Le groupe paramilitaire des  Cygnes noirs , qui avait perpétré des opérations de nettoyage contre les Serbes derrière les lignes ennemies en 1991-1995, est issu de la division Handjar. Izetbegovic lui-même ne cachait pas qu’elle était l’héritière de la tristement célèbre division pro-nazie «Waffen SS Handjar » (1941-45). Or 600 combattants y sont toujours actifs, ayant été recyclés comme gardes du corps du SDA (7).

Les services secrets bosniaques ont été étroitement liés à ces opérations. C’est ainsi que le Service musulman de renseignement (MOS) coordonnait dans les années 2000 les actions des 200 à 300 moudjahiddines restés en Bosnie et l’AIO lui sert ainsi d’exécuteur des basses œuvres. Le plus inquiétant est qu’ Haris Silajdzic, le Président du collège présidentiel de Bosnie entre 2006 et 2010, était considéré par les services occidentaux en 2003 comme « le principal coordonnateur de tous les services secrets arabes qui travaillent en Bosnie ». Le journaliste allemand Jürgen Elsässer considère comme étonnant, dans ce contexte, que l’action de la SFOR se soit concentrée depuis quinze ans sur la traque de criminels de guerre serbes alors que les camps d’entraînement de l’AIO restent intouchés .

Alexis Troude
4/06/2015

Fin de la deuxième partie.

Notes et références

(1)Par djihadistes on désignera ici les partisans étrangers du djihad ; au cours des années 1990, les militants radicaux issus de celui–ci devaient se nommer eux-mêmes « salafistes djihadistes ». Cf. Gilles Kepel, op. cit., p. 619 (note 11). djihad : effort personnel intérieur accompli sur le chemin de Dieu (grand djihad), guerre sainte contre les infidèles (petit djihad ). Gilles Kepel note que la jurisprudence islamique distingue le djihad défensif et le djihad offensif. Le premier est proclamé lorsque le territoire de l’Oumma est attaqué par les Infidèles et que la continuité même de l’existence de l’Islam est menacée. Dès qu’une fatwa ou avis juridique référé aux Textes sacrés est émis en ce sens, tous les musulmans doivent s’engager dans le djihad, que ce soit en portant les armes ou en contribuant à la cause de toute autre manière appropriée, par le don financier, la charité, ou la prière. Cf. Gilles Kepel, op. cit., p. 583.
(2) Salafisme/salafistes: le réformisme salafiste est un courant de pensée apparu à la fin du XIXème siècle et représenté par des penseurs tels que l’Iranien Djamamuddin al Afghani ou l’Egyptien Mohammed Abduh. Il peut favoriser la “modernisation de l’Islam”. Toutefois, depuis les années 1970, le terme “salafiste” désigne avant tout les mouvements islamistes tels que les Frères musulmans ou la Jama’at-i Islami.
(3) Le 24 février 2003, à 10 km de Bujanovac, le policier Milan Vujović était tué en patrouille sur une mine ;fin octobre 2005, une explosion éclatait dans le centre de Preevo, revendiquée par un groupe armé albanais. En cas de heurts entre les deux forces militaires, les liens avec la Macédoine et la Grèce seraient coupés pour la Serbie, à l’endroit où le corridor européen X est vital pour la survie de l’économie serbe. Voir Alexis Troude, « Serbie, l’adieu au Kosovo ? », Politique internationale n°116, été 2007, pp 223-248.
(4)Aleksandar Popovic, « Al Qaïda menace le Kosovo », Novosti, Belgrade, 27 mars 2007.
(5) Drago Hedl, « Reportage dans le fief des Wahhabites », Jutarnji List, (Zagreb )10 octobre 2014, publié in Courrier International du 14 octobre 2014.
(6) Mladen Kremenovic, « L’attaque à Zvornik marque-t-elle l’essor de l’islamisme radical en Bosnie ? », Novosti, Banja Luka, 10 mai 2015.
(7) Jürgen Elsasser, « Comment le Djihad est arrivé en Europe », Xenia 2006, pp. 190-192.

 

Source : Realpolitik.tv

Voir :

Première partie : Le radicalisme islamiste européen est né en Bosnie

Troisième partie : L’expansionnisme albanais : stratégie, de la tension dans les Balkans occidentaux

Correspondance Polémia –

Image : UCK