Articles

Une mise au point à propos de Nelson Mandela

Une mise au point à propos de Nelson Mandela

Print Friendly

Lettre adressée le 20 juillet 2013 à la « Gazetta di Parma ».

Un fidèle lecteur de Polémia, citoyen italien francophone, a écrit à son journal régional, comme il le fait régulièrement pour s’étonner et même s’insurger  contre certains événements politiquement choquants, pour rappeler qui a véritablement  été Nelson Mandela, dans sa lutte contre l’apartheid. Nous ignorons si sa lettre a été publiée, mais le félicitons pour son courage sinon son audace.
Polémia


Monsieur le Directeur,

Il est déconcertant de voir avec quelle hypocrisie et quels mensonges on a célébré ces derniers jours le « Mandela Day » en l’honneur de Nelson Mandela, ex-président de l’Afrique du Sud, avec un déferlement de louanges et une vénération qui sont à la limite du blasphème.

Si l’on observe les faits avec réalisme et objectivité, il est clair qu’on a présenté au monde une image fausse de Mandela. Il est difficile de déterminer quel aura pu être la part d’ingénuité chez certains journalistes perroquets et la part de la propagande capitaliste et communiste dans la construction de cette image en tout point erronée. Cet homme n’a absolument pas l’amour de la paix, de la justice et de la liberté comme on le croit, mais il n’est qu’un tyran, un délinquant de droit commun. Il n’a pas été emprisonné sans raison à Robben Island, et ce n’était pas parce qu’il était un simple opposant de l’apartheid. Il a été emprisonné pour avoir projeté un renversement de l’Etat, causant de ce fait la mort violente de milliers de personnes innocentes (Noirs compris). C’était un crime qui prévoyait la peine de mort, et il aurait dû s’estimer heureux que ledit régime d’apartheid ne l’ait pas appliquée.

Dans son autobiographie intitulée Le Long Chemin vers la liberté, il a reconnu avoir été personnellement l’instigateur de la bombe de Church Street qui a éclaté à 16h 30 le vendredi 20 mai 1983 et entraîné la mort de 19 personnes et 217 blessés.

Ensuite ce sont les pays occidentaux comme l’Angleterre, l’Amérique et les Pays scandinaves qui ont financé les mouvements terroristes en Afrique du Sud. Ces derniers ont aussi participé activement, en liaison avec le réseau communiste international, à la construction de l’image de Mandela, en le présentant comme l’homme qui allait sauver la nation, l’arrivée du Messie Noir.

Le soutien actif apporté à l’ANC par les pouvoirs occidentaux ont eu pour résultat de réduire pratiquement à néant, partout dans le monde, la moindre critique contre la campagne de violences de l’ANC. Le degré d’implication de l’Occident est confirmé par le fait que le siège de l’ANC ne se trouvait pas dans un pays communiste mais à Londres, depuis toujours capitale des intrigues et des mensonges internationaux organisés par les pouvoirs politiques et financiers forts.

Salutations.

Gian Franco Spotti
Italie
20/07/2013

Correspondance Polémia –  31/07/2013

Image : Nelson  Mandela en 2007