Articles

Un gouvernement aux abois : derrière un remaniement d’opérette, des mesures liberticides

Print Friendly

François Hollande et Manuel Valls ont accouché d’un gouvernement ramasse‑miettes, chargé de réunir, pour 2017, tous les électeurs de gauche. Prêts à tous les reniements pour rester au pouvoir, leur dernière initiative, prise au nom de la lutte contre le terrorisme, va surtout aboutir à toujours plus de restrictions des libertés.
Le très discret projet de loi sur la lutte contre le terrorisme en est l’exemple flagrant
Contrairement au projet de loi sur la déchéance de la nationalité qui a focalisé l’attention des medias et de l’opinion publique, ce projet est passé sous silence. Et pour cause, il comporte un vaste arsenal de mesures liberticides : facilitation des fouilles, traçabilité des cartes bancaires prépayées, interception des communications électroniques… Noël Mamère y voit même, je cite : « Un premier pas vers une société orwellienne ».
Ces propos sont renforcés par la dernière croisade de Najat Vallaud‑Belkacem contre les soi‑disant « théories du complot »
C’est la dernière lubie du ministre de l’Education nationale ; au point d’avoir organisé une journée d’étude sur le sujet avec des spécialistes et d’avoir demandé la création sur le site Internet du gouvernement, d’une page « ontemanipule.fr » pour remettre la jeunesse sur le droit chemin !
Mais qu’entend le gouvernement par théorie du complot ?
Pour lui, il s’agit, de toute pensée non conforme à ce que les puissants souhaitent faire admettre comme vérité non discutable.
Imaginé par George Orwell dans son roman 1984, le ministère de la Vérité est ainsi devenu une réalité : « Orwell l’a imaginé, Najat l’a créé ».
(Le Billet du 13 février 2016. Source : Radio courtoisie – Kiosque courtois, semaine du 8 au 14 février 2016)