Articles

Turquie : L’Europe contre les Européens

Turquie : L’Europe contre les Européens

Print Friendly

« Nous intégrerions aussi « nolentes volentes » nombre d’Ouzbeks, d’Azéris, de Kazakhs ou de Turkmènes, tous musulmans bien sûr. »

A voir les problèmes colossaux (arrivée massive des Rroms, mais aussi mafias, traite des être humains, corruption au plus haut échelon, etc.) soulevés par l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’Union européenne, certains espéraient que cette dernière mettrait un bémol à sa soif d’élargissement. Raté ! Bruxelles vient de relancer les négociations d’adhésion de la Turquie. (CG)


Jour sombre pour notre continent que le 22 octobre. C’est en effet ce jour-là, 330 ans presque jour pour jour après la victoire autrichienne de Kahlenberg sur les troupes de Mehmet IV et la levée consécutive du siège de Vienne, que, suivant les recommandations de la Commission européenne et malgré les réticences initiales de l’Allemagne, les ministres chargés des Affaires européennes réunis à Luxembourg se sont prononcés pour l’ouverture, ce 5 novembre, d’un nouveau chapitre de négociations avec Ankara, entamées depuis 2005.

Jacques Chirac, avocat d’Ankara

Celui qui avait alors poussé à la roue était Jacques Chirac. Depuis des mois, il déplorait publiquement les retards pris par les pourparlers car la Turquie, qui avait déposé une demande d’adhésion dès 1987, était officiellement devenue candidate en 1999. Recevant le 20 juillet 2004 le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle à Paris, le président français avait donc souligné dans un communiqué officiel que « l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne était souhaitable » car ce pays « avait fait des progrès considérables » et entendait encore « poursuivre et intensifier la mise en œuvre des réformes démocratiques et économiques ». Et le 15 décembre suivant, s’adressant cette fois à la télévision à ses chers compatriotes, le chef de l’Etat s’employait à les convaincre que « la France et l’Europe ont tout intérêt à ce que la Turquie les rejoigne ». Et de menacer : « On ne peut pas demander à un peuple de faire tant d’efforts et finalement le rejeter, ce serait une lourde responsabilité face à l’histoire. »

Oublié, alors que Jacques Chirac était théoriquement si soucieux des Droits de l’homme, le dérapage de l’islamiste Erdogan qui, alors maire d’Istanbul, avait proclamé au cours d’un meeting en 1997 : « Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les coupoles nos casques et les croyants nos soldats », ce qui lui avait valu à l’époque quatre mois de prison et la perte de ses droits politiques.

Mais il paraît, selon un diplomate présent à Luxembourg, que depuis juin 2013 « la Turquie a enregistré de nombreuses avancées, particulièrement en ce qui concerne la liberté d’expression ».

A preuve : la veille même de la réunion ministérielle (simple coïncidence, bien sûr), le site HelalSexShop.com n’avait-il pas été lancé en Turquie avec la bénédiction du parti islamique AKP au pouvoir ? Certes, le site ne propose que des produits « conformes aux normes de la religion musulmane, c’est-à-dire sans graisse animale ou alcool » mais il convient de saluer ce que certains porte-babouches de presse ont aussitôt qualifié de « progrès incontestable ».

 Un « tigre » aux pattes d’argile

On aimerait en dire autant de la situation économique de la Turquie. Car les choses ont bien changé depuis 2005, quand ce pays était crédité du « potentiel de l’économie tigre de l’Europe » avec une croissance d’environ 7% chaque année et le triplement du revenu par habitant. Officiellement, avec ses 75 millions d’habitants et d’importantes ressources naturelles (agriculture, pétrole, hydroélectricité, minerais), la Turquie occupe la 17e place dans la liste des économies mondiales. Toutefois, dans lejournalinternational.fr, l’économiste Müge Buluş rappelait très récemment que « le déficit extérieur, ainsi que la forte dépendance envers les investissements directs étrangers à court terme, forment de vraies sources de fragilité en matière de commerce ». Ainsi le déficit extérieur qui, au premier trimestre de 2013, a vu une hausse de 17,4% et atteint 50,6 milliards de dollars US, est très « clairement excessif, en allant jusqu’à 10% du PIB en 2011, entraînant une nette dépréciation de 22% de la livre turque par rapport au dollar, provoquant une ré-accélération de l’inflation », vertigineuse dans les années 1980 du XXe siècle, ce qui entraîna l’intervention financière de l’Arabie Saoudite… et la réislamisation de la République turque, qui se couvrit soudainement de mosquées.

Tout aussi dangereuse, la dépendance vis-à-vis des investissements étrangers, d’abord parce que «  les multinationales n’hésitent pas à dicter leurs lois, fortes d’un pouvoir de chantage permanent à la délocalisation », ensuite parce que les capitaux étrangers peuvent se tarir « du jour au lendemain, comme cela s’est passé récemment avec la déclaration de la FED [Banque centrale états-unienne, NDR] sur la diminution d’émission de dollars sur le marché jusqu’à la fin de 2013 et la décision d’arrêter d’en émettre totalement jusqu’à la fin de 2014 ».

Bouleversement économique = déferlement migratoire

Pour cet observateur, il ne fait aucun doute que la Turquie « connaît un bouleversement économique ».

Qu’en serait-il pour l’Europe si ce nouveau membre, le plus peuplé mais aussi le plus jeune, était intégré dans l’Union ? Car le bouleversement serait non seulement économique mais aussi politique et ethnique, toute récession suscitant le réveil des démons latents : crispation islamiste, activisme gauchiste et séparatisme kurde (un quart de la population), déjà sources pour ces deux derniers facteurs d’immigration vers les Vingt-huit.

Le même 22 octobre, le Bureau fédéral des statistiques annonçait d’ailleurs de Berlin que « l’immigration en Allemagne a progressé de 4,1% l’an dernier, soit la plus forte augmentation depuis 1993 », les Turcs (Turco-Kurdes inclus) fournissant toujours le  plus gros contingent de candidats à l’installation dans la riche Germanie.

Sans même parler de la division de Chypre consécutive à l’invasion turque de 1974 et où un mur de la honte divise toujours Nicosie près d’un quart de siècle après l’écroulement du Mur de Berlin, on se perd donc en conjectures sur l’oukase de la Commission européenne et la docilité des ministres des Affaires européennes – l’ectoplasme Thierry Repentin, ancien et obscur sénateur socialiste, occupant cette délégation auprès de son ministre de tutelle Laurent Fabius.

Faut-il donc conclure que, toujours dans sa trajectoire mondialiste über alles, le bidule présidé par le libéral mais ci-devant maoïste José Manuel Barroso revivifie son partenariat avec la très antisyrienne Turquie, sanctuaire de tous les djihadistes camouflés en démocrates, pour mieux abattre le régime honni de Bachar al-Assad ?

Qui sont les « canailles » ?

La Turquie est un pays superbe, regorgeant de paysages splendides et de sites magnifiques – même si la plupart de ces sites sont hérités des civilisations grecque, romaine puis byzantine ou dus au génie de chrétiens convertis de force tel Sinan, Arménien de Cappadoce et créateur de l’architecture classique ottomane – tout comme c’est grâce à un Albanais, son homonyme et contemporain Sinan Bey qui avait étudié à Venise, que l’Empire ottoman découvrit l’art du portrait sous Soliman le Magnifique. Mais ce pays superbe est très bien en Asie où, depuis l’implosion de l’Union soviétique, il est d’ailleurs devenu le phare des ex-Républiques turcomanes soviétiques, aux citoyens desquelles il accorde très libéralement la nationalité. Ce qui signifie qu’en intégrant la Turquie, nous intégrerions aussi nolentes volentes nombre d’Ouzbeks, d’Azéris, de Kazakhs ou de Turkmènes, tous musulmans bien sûr.

« La France serait-elle plus grande sans l’Europe ? Il y a des canailles pour le dire et des benêts pour le croire », fulminait le 10 octobre l’éditocrate Franz-Olivier Giesbert dans Le Point, qu’il dirige. Exigée par l’Eurocratie, la réouverture des négociations avec Ankara est une très mauvaise nouvelle. Espérons qu’elle ne se transformera pas en mauvais coup pour notre petit cap occidental, si convoité, si mal gardé.

 Camille Galic
24/10/2013

Correspondance Polémia – 30/10/2013

Image : Istanbul