Articles

Polemia Bobards D Or 2012

Troisième Cérémonie des Bobards d’Or – 20 mars 2012 : Ouverture, résultats, clôture

Print Friendly

La soirée a battu son plein, la salle était comble. Plus de 250 invités de Polémia sont venus assister à cette cérémonie qui entre maintenant, avec cette troisième édition, dans le véritable processus de réinformation lancé voilà dix ans par la création de la Fondation Polémia.

Au delà de cette remise des prix, rue d’Athènes, plusieurs milliers d’internautes l’ont suivie grâce notamment aux sites Fdesouche, Novopress, Nouvelles de France Europaradio, National Hebdo et Contre-Info qui l’ont diffusée intégralement.

Polémia est heureux de reproduire ici le discours d’ouverture prononcé par Jean-Yves Le Gallou, son président, et de donner les résultats des votes.


Le discours d’ouverture de Jean-Yves Le Gallou
« En hommage à George Orwell »

Avant-propos

Avant d’ouvrir cette Troisième Cérémonie des Bobards d’Or, je voudrais d’abord vous dire que Polémia exprime sa compassion aux victimes et aux familles des victimes des attentats de Montauban et de Toulouse.

Mais dans le même temps nous mettons en garde contre les possibles emballements médiatiques qui accompagnent souvent les événements dramatiques à forte charge émotionnelle.

Je suis hélas suffisamment âgé pour avoir le souvenir des folies médiatiques qui avaient suivi l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, en 1980, et la profanation du cimetière juif de Carpentras, en 1990. A l’époque, quelle indécence dans tous les bobards qui avaient déferlé sur l’opinion pour servir des arrière-pensées idéologiques, politiques et géopolitiques !

Tenons l’esprit éveillé face à un éventuel retour de ces méthodes de manipulation.

Discours d’ouverture

Pour comprendre la situation actuelle, il suffit de lire et de méditer deux livres de fiction : Le Camp des saints et 1984.

Le livre de Jean Raspail explique métaphoriquement comment la repentance et la culpabilisation débouchent sur la négation de notre identité, la destruction des identités et des frontières et la submersion démographique.

Le livre de George Orwell explique par quelles méthodes une idéologie peut s’imposer dans tous les esprits. Il y a dans la fiction de George Orwell et dans la situation actuelle cinq points communs :

  • – Le déni de réalité : « La vérité, c’est le mensonge » ; « La liberté, c’est l’esclavage » ; « L’ignorance, c’est la force » ; « La guerre, c’est la paix » ;
  • – La télévision partout allumée : dans les maisons en « 1984 » ; dans les maisons, les transports, les commerces, les restaurants, les bars en 2012 ;
  • – Le « quart d’heure de la haine » à l’occasion de campagnes de diabolisation qu’on voit revenir de manière récurrente ;
  • – L’usage massif de la novlangue ;
  • – La disparition, sinon de la vie, du moins des écrans de ceux qui commettent des « crimes contre la pensée ».

Tout cela nous allons le voir au cours de cette soirée : affirmations mensongères, écrans brouillés, substitutions d’images, affirmations qu’il faut « Tordre le cou à la vérité historique, au nom de la vraisemblance idéologique ». Tout y est !

C’est pour dénoncer cette manipulation des esprits que Polémia a créé la cérémonie des Bobards d’Or.

Parce que le pouvoir médiatique n’est pas le quatrième pouvoir, encore moins un contre-pouvoir, c’est le premier pouvoir, le pouvoir sur les esprits. D’ailleurs ceux qui osent le dénoncer sont bien peu nombreux.

A Polémia nous le faisons sans haine, mais sans crainte.

Et nous avons choisi l’arme du faible au fort : la dérision.

Car nous croyons, comme Albert Camus, que « L’ironie demeure une arme sans précédent contre les trop puissants ».

Cette ironie se portera cette année sur la radio, la presse écrite et la télévision. Mais nous étudierons aussi les Bobards de guerre. Pourquoi les bobards de guerre ?

D’abord, parce que, sans bobards de guerre, des guerres récentes dans lesquelles le gouvernement a bien légèrement engagé la France n’auraient pas été possibles.

Ensuite, parce que le bobard de guerre est le plus facile à produire car le conflit a lieu dans des pays lointains et que l’opinion a peu de moyens de savoir ce qui s’y passe réellement.

Je déclare ouverte la Troisième Cérémonie des Bobards d’Or.

Jean-Yves Le Gallou
Président de Polémia
20/03/2012

Les résultats des BOBARDS D’OR 2012

Rémy Pfimlin (France Télévision), la rédaction du Parisien, Éric Le Boucher (Europe 1), l’AFP et Alain Duhamel lauréats de la troisième cérémonie des Bobards d’Or.

Le jury de Polémia et de nombreux contributeurs avaient réuni un florilège des plus beaux mensonges. On peut retrouver l’intégralité de ce cru 2012 sur les votes internethttp://www.bobards-dor.fr./2012/

Après une sélection effectuée par 5 000 internautes, les 250 invités de Polémia ont désigné les meilleurs désinformateurs, lors de la cérémonie satirique organisée à Paris le mardi 20 mars.

Le public a élu :

  • Télévision : Rémy Pflimlin (président de France-Télévision) pour la mise en valeur d’une fiction mensongère sur Toussaint Louverture ; un film dont le présupposé idéologique était, selon le réalisateur, de « tordre le cou à la vérité historique au nom de la vraisemblance idéologique » ;
  • Presse écrite : Le Parisien qui a illustré en Une la manifestation anti-Poutine avec une photo d’une manifestation… pro-Poutine ;
  • Radio : Eric le Boucher (Europe 1) pour ses propos affirmant que l’immigration est un facteur de croissance qui élève les salaires des Français ;
  • Bobards de guerre : l’AFP, cette sacro-sainte agence de presse, suivie par tous ses confrères, qui n’a pas hésité à reprendre sans aucune vérification l’affirmation selon laquelle Kadhafi distribuait du Viagra à ses troupes pour qu’elles soient en mesure de violer les populations civiles.

Une Brosse à reluire d’Or a été attribuée à Alain Duhamel pour l’ensemble de son œuvre, consacrée à servir le Système et le politiquement correct.

Jean-Yves Le Gallou a clôturé cette Troisième cérémonie des Bobards d’Or, en demandant à chacun des assistants de rester en éveil dans l’année qui vient. Compte tenu du contexte politique actuel, ces douze mois à venir ne manqueront pas de bobards ; en conséquence, il leur donne rendez-vous pour le printemps 2013 à la Quatrième édition des Bobards d’OR et termine pas ces mots :

« La chasse aux Bobards 2013 est dès maintenant ouverte ! C’est donc dans un esprit très offensif que je déclare close cette Troisième Cérémonie des Bobards d’Or. »

Polémia
21/03/2012