Articles

Tourbillon en rond, à petit patapon, du Mistral vers la Russie

Tourbillon en rond, à petit patapon, du Mistral vers la Russie

Print Friendly

Au rythme des grands drames de la grande politique française.

C’était le temps où l’on pouvait encore croire que, par le biais de l’incident d’une vente d’armements avancés, dits « stratégiques », la France pourrait retrouver une grande stratégie forcée par la quincaillerie. On eut cet espoir avec deux perspectives simultanées, dont l’une (le porte-hélicoptères Mistral à la Russie) se concrétisa, et l’autre pas (le Rafale au Brésil). (Voir le 4 septembre 2009.)


La polémique qui accompagna cette vente fut sévère, à la fois de la part des stratèges du parti des salonards, à la fois des alliés qui veulent le bien de la France et ainsi de suite. Les perspectives de « grande stratégie » se sont effacées, au rythme des admirables choix français de grande politique humanitaire, de la Libye à la Syrie, qui ne suscitent pas chez les Russes une particulière estime ; au rythme des grands drames de la grande politique française, du mariage gay déployé à l’image d’une sorte de « plan Schliefen » postmoderniste par le stratège Pierre Bergé à la mort récente d’un jeune homme militant qui fit trembler la République sur ses bases. En France, Sire, on s’occupe désormais de choses sérieuses.

Parmi celles-ci (les choses sérieuses), il y a la leçon constante de démocratie et d’humanitarisme qu’on se doit d’adresser à la Russie. Même un Fillon, qui connaît pourtant les dossiers, qui a une certaine estime pour les Russes et qu’on croirait doté d’une colonne vertébrale un peu plus ferme que l’habituel éclair au chocolat, s’estime obligé, retour d’un voyage en Russie (en mars 2013), confirmant qu’il s’entend parfaitement avec les Russes, que c’est une entente suffisante pour espérer enfin, – enfin, vous dit-on, – les faire changer d’avis sur la Syrie. Effectivement le moment est bien choisi, l’ambition judicieuse, le projet original. Et tout le monde-Système, lors de l’interview de Fillon à cet égard, gobe la chose et s’en trouve conforté. Grand bien leur fasse.

Alors, le Mistral, au milieu de cette tempête eschatologique, cela fait un peu décalé. Il se dit le plus sérieusement du monde, à Paris ou sur le chemin de Paris, que la plupart des dirigeants politiques au pouvoir, du président-poire à quelques autres, ignorent complètement cette affaire, et pour quelques-uns d’entre eux l’ignoraient encore complètement il y a quelques semaines jusqu’à ce que l’on le leur rappelle. Littéralement, ils n’étaient pas au courant, et, nous insistons, il faut prendre cette remarque au pied de la lettre ; c’est-à-dire qu’ils avaient vaguement été au courant de l’affaire lorsqu’on le leur en avait parlé, lors de la signature de l’accord, et qu’ils avaient oublié, et peut-être ont-ils, depuis, pour ceux à qui l’on en a parlé, oublié ce qu’on leur a récemment rappelé…

(Nous l’avions pourtant rappelé, nous, par allusion, au président-poire mais peut-être le président-poire ne nous lit-il pas assez abondamment, assidûment et précisément. Le 27 mai 2013, nous écrivions : «“La Russie continue de fournir des armements. Il faut lui adresser un signe. […] Oui, un signe, que nous aussi nous pouvons armer” [déclarait Hollande]. Ainsi sera-t-il dit qu’“il peut le faire !”, selon l’observation tonitruante de Francis Blanche. Le président Poutine en sera informé, lorsque la France lui livrera son premier porte-hélicoptère classe Mistral : “Nous aussi, nous pouvons armer”.»)

Le ministre français de la défense Le Drian en a tout de même été instruit, le 3 juin 2013 selon Novosti, par une remarque de son collègue japonais, passablement inquiet. « Le Japon est préoccupé par les futures livraisons de porte-hélicoptères de classe Mistral à la Russie, a déclaré lundi à Singapour le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera. “Cette décision rompt l’équilibre des forces en Extrême-Orient”, a souligné M. Onodera lors de négociations avec son homologue français Jean-Yves Le Drian en marge d’une réunion des ministres de la Défense des pays d’Asie-Pacifique participant au 12e Dialogue Shangri-La ».

Quand ces unités seront-elles livrées ? Jusqu’à ces derniers temps, l’on disait unanimement et sans incertitude de langage, l’année prochaine pour le premier classe Mistral, baptisé Vladivostok ; l’année d’après, en 2015, ce serait le tour du Sebastopol. Le conditionnel utilisé ici répond à une incertitude nouvelle qui nous habite devant deux dépêches Novosti qui semblent curieusement contradictoires. Ces dépêches (l’une du 20 juin, l’autre d’hier, du 23 juin) rapportent des déclarations très récentes du vice Premier ministre Rogozine, chargé de la production industrielle d’armement.

• Le 20 juin 2013, Rogozine déclare que tout sera livré dans les délais prévus et dément des indications que lui-même, selon la dépêche, aurait données sur un retard dans la livraison de la poupe (fabriquée par le chantier naval de Saint-Petersbourg et livrée au chantier naval français assurant la maîtrise d’œuvre). Le texte réaffirme la livraison du Vladivostok pour 2014.

«Les informations et les rumeurs sur l’incapacité de l’usine de la Baltique à remettre [à l’automne prochain la poupe du premier porte-hélicoptères] dans les délais prévus ne correspondent pas à la réalité. Le navire de classe Mistral sera prêt à temps”, a indiqué M. Rogozine. Le vice-ministre russe de la Défense avait pourtant fait état il y a deux jours des retards dans la remise de la poupe du BPC. M. Rogozine a ajouté que le premier Mistral serait complété avec des équipements et des systèmes d’armes russes. […]

»…Le premier navire, baptisé “Vladivostok”, sera livré à la Marine russe en 2014 et le second, “Sébastopol”, en 2015 ».

• Un texte de Novosti, du 23 juin 2013, donne des information notablement différentes. D’abord, l’annonce d’un retard dans la construction de la poupe (retard qui est démenti) n’est pas mis au débit de Rogozine, mais du ministre adjoint Borisov. Ensuite et surtout, la date de livraison du Vladivostok est citée pour octobre prochain (2013, par conséquent), celle du Sébastopol pour octobre 2014… La dépêche rappelle les dates de livraison données par ailleurs des deux classe Mistral sans autre commentaire qu’un énigmatique “initialement”.

« L’assemblage du deuxième porte-hélicoptère de classe Mistral destiné à la Marine russe sera achevé en octobre 2014… [Il] sera prêt [à équiper la Marine russe] en octobre 2014″, a indiqué le vice-premier ministre. M.Rogozine a en outre précisé que l’Usine de la Baltique de Saint-Pétersbourg achevait ces jours-ci la poupe du premier porte-hélicoptères. Le premier BPC Mistral sera remis à la Marine en octobre prochain… […] Le premier navire, baptisé “Vladivostok”, devait initialement être livré à la Marine russe en 2014 et le second, “Sébastopol”, en 2015 ».

Laissons ce mystère de la date de la livraison, qui ressemble à une salade russe pouvant avoir certains rapports avec des difficultés internes du ministère de la défense et des domaines qui lui sont liés, notamment après le renvoi récent du ministre de la défense pour corruption. Officiellement, tout le monde est très content de l’avancement de la production (voir Novosti, le 31 mai 2013). En principe, le Vladivostok serait opérationnel en 2015 (là aussi conditionnel de rigueur en fonction de ce qui précède, avec tout de même à l’esprit que l’opérationnalité du navire se fait évidemment après un délai important suivant la livraison effective du navire). Quoi qu’il en soit pour le plus tard, – deux ans, c’est court par les temps qui courent, et la “guerre syrienne” pourrait bien être toujours en pleine activité.

En principe, les deux navires doivent avoir leurs ports d’attache à Vladivostok et à Petropavlovsk-Kamtchatski, sur les côtes russes du Pacifique (voir Novosti le 16 avril 2013). Mais le même officiel de la défense cité dans cette nouvelle, Roman Filimonov, déclare que «[d’]autres bases potentielles sont à l’étude ». En effet, en même temps que les Russes annonçaient la création d’une escadre navale permanente en Méditerranée, avec sans doute la base de Tartus comme port d’attache, tout cela en corrélation au moins conjoncturelle avec la crise syrienne, quelques précisions intéressantes avaient été données à Novosti le 28 février 2013.

« Les porte-hélicoptères français de classe Mistral qui équiperont la Marine russe pourraient être utilisés comme navires de commandement en Méditerranée, a déclaré jeudi à RIA Novosti une source haut placée au sein de l’état-major des forces armées russes. “Théoriquement, ces bâtiments de guerre peuvent servir de navires de commandement pour le groupement opérationnel [qui sera déployé en Méditerranée]…».

Du coup, l’affaire prend une couleur intéressante. On peut imaginer, la crise syrienne toujours tambour battant, le Vladivostok cinglant vers Tartus, toutes voiles dehors, sous le regard attristé et nostalgique de “la belle et bonne et alliance” de décembre 1944, du Charles-de-Gaulle et de ses Rafale. Compte tenu en forme d’hypothèse qu’entretemps la position de la France dans la crise syrienne, décidément trop modérée, se serait radicalisée, il pourrait y avoir des occurrences intéressantes, des rencontres qui ne manqueraient pas de sel, ou de piquant.

Si l’on élargit le cercle critique de l’étrange « coopération » entre la France et la Russie, au niveau de la sécurité et des activités militaires, on trouve divers petits faits significatifs des tensions qui sont en train de se développer, qui rendent l’affaire du Mistral et les ambitions supposées (de « coopération stratégique », justement) tout à fait étranges. C’est ainsi qu’il existe des indications significatives selon lesquelles les Français demandent avec insistance, et avec des arguments de pression également significatifs, aux pays baltes de faire le maximum pour développer une stratégie de harcèlement de la Russie dans divers domaines de la communication, de la bureaucratie, voire dans les relations frontalières. Le cas est intéressant parce que les Français, à tour de rôle comme d’autres pays de l’OTAN, assurent avec leur aviation militaire la sécurité aérienne de ces pays, – on le suppose, contre des pressions ou un harcèlement supposés de la part des Russes. Cette initiative s’apparente beaucoup, d’une façon indirecte mais néanmoins familière, à la tactique de l’“agression douce” que les USA eux-mêmes développent contre la même Russie.

Doit-on ajouter que le Salon du Bourget n’a pas contribué nécessairement à détendre les relations militaires franco-russes. L’emplacement des avions sur l’aire d’exposition, selon certains, – mais pas nous, – qui y jetèrent un œil n’était pas fait pour mettre en valeur les avions russes, y compris le formidable Su-35, actuel meilleur avion de combat lourd du monde… L’incident de l’hélicoptère Ka-52 n’a pas non plus détendu l’atmosphère, tel qu’il est rapporté par Novosti le 17 juin 2013 : « Les organisateurs du 50e Salon aéronautique du Bourget ont annulé au dernier moment le vol de démonstration de l’hélicoptère russe Ka-52 Alligator, prévu ce lundi, annonce lundi un correspondant de RIA Novosti. Selon un représentant du groupe “Hélicoptères de Russie”, le Ka-52 Alligator a mis en marche ses moteurs et s’est placé sur la piste de décollage, comme prévu par le programme des vols de démonstration. A ce moment, le comité d’organisation du Salon lui a enjoint de couper les moteurs et de regagner sa place. Le vol de l’hélicoptère russe a été remplacé par celui de deux hélicoptères franco-allemands Tigre, construits par Eurocopter ».

«  Selon une source au sein de la délégation russe, “les organisateurs ont expliqué la modification du programme par la présence du premier ministre français au Salon”. La délégation russe a exprimé son étonnement face à la décision inattendue des organisateurs du Salon, qui ont empêché l’hélicoptère russe de voler et fait preuve de favoritisme envers les hélicoptères d’Eurocopter. L’interlocuteur de l’agence a supposé que si les Tigre avaient volé après le Ka-52, ils auraient moins attiré l’attention du public ».

De même et à l’inverse, on doit savoir qu’il existe toujours nombre de petites manœuvres de coopération militaire franco-russe. Les Français ont remarqué qu’en certains cas ces temps derniers, ces manœuvres sont décommandées, du côté russe, quasiment la veille ou tout juste, de la date prévue, semant ainsi une pagaille coûteuse. Pour les militaires français, cette sorte d’  « incident » indique sans aucun doute la mauvaise humeur des Russes et doit être interprété comme des marques tangibles de la tension entre les deux pays. Les causes, comme on le sait, ne manquent pas, à commencer bien entendu par l’étrange politique française dans l’affaire syrienne qui peuvent conduire à une position de confrontation quasiment directe entre la France et la Russie.

…Là-dessus, on se réunira, dans la plus franche amitié coopératrice, pour fêter la livraison du premier classe Mistral à la flotte russe. On peut imaginer les binettes des uns et des autres, s’ils sont présents, du président-poire à son ministre des affaires étrangères qui a découvert in illo tempore que « Assad ne mérite pas d’exister », et qui pourrait désormais découvrir que « ni le Vladivostok ni le Sébastopol ne méritent d’exister »… A moins que nous décidions qu’après tout, ces porte-hélicoptères et navires de contrôle et de commandement ne sont rien d’autre que des ferry boat camouflés, pour assurer le service des touristes, de Grèce en Turquie via le Bosphore, à destination finale de la station balnéaire de Tartus, en Syrie.

Dedefensa.org
Bloc-Notes
24 juin 2013

Correspondance Polémia – 27/06/2013

Image : Bâtiment de projection et de commandement classe Mistral