Articles

Syrie: un politologue de renom dénonce la propagande américaine

Syrie: un politologue de renom dénonce la propagande américaine

Print Friendly

« Au lieu de cela nous nous engageons dans une propagande de masse ».

Polémia a transcrit une vidéo originale  de 2 minutes 14  pour son site. Nos lecteurs trouveront donc le texte intégral de l’intervention de Zbigniew Brzezinski (*) qui s’est exprimé le 14 juin 2013 sur MSNBC. La veille entre 100 et 150 personnes auraient été tuées suite à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Le président Obama déclarait alors qu’une « ligne rouge inacceptable avait été franchie » par le régime syrien de Bachar el-Assad.
Polémia


Au lieu de cela nous nous engageons dans une propagande de masse.

Ce qui a échoué également c’est la guerre en Irak qui reposait sur des hypothèses fausses. Elle a créé une situation très instable qui continue à se détériorer. L’intervention des Britanniques et de la France en Libye, avec notre soutien, n’a pas donné de résultat probant ; les Français et les Britanniques n’ont pas été efficaces.

Nous nous dirigeons aujourd’hui vers une situation quelque peu similaire en Syrie mais plus dangereuse. Du fait que la Syrie est interconnectée avec l’Iran, cela pourrait représenter un danger pour l’économie mondiale et toucher les intérêts du Japon, de la Chine.

Nous devrions établir une coalition internationale pour imposer une solution. Nous devrions sérieusement négocier avec la Chine et la Russie, ainsi qu’avec le Japon parce qu’il est influent. Même chose avec l’Inde, qui est de fait dépendante du pétrole pour son énergie. C’est ce genre d’action qui aurait une certaine efficacité.

Au lieu de cela nous nous engageons dans une propagande de masse, en parlant de guerre pour la démocratie. Qui se bat pour la démocratie là-bas ? Le Qatar ? L’Arabie Saoudite se bat pour la démocratie !?!

Ceci est une guerre sectaire menée avec une grande violence des deux côtés.

Et je répète: 93.000 personnes ont été tuées dans cette guerre civile ; elles n’ont pas été tuées uniquement par le régime syrien. Il y a deux bords dans ce conflit et aucun des deux ne mène les combats d’une façon sympathique. Le risque, c’est l’escalade, la perte totale de contrôle sur les événements, pas comme nous avions eu en Bosnie.

Par conséquent nous devons être plus stratégiques, plus déterminés et la direction doit être mieux orientée, sur toute l’échelle de décision, y compris le président et ses hauts conseillers en politique étrangère, et pas par les communiquants habituels.

Nous sommes encore dans le flou parce que nous ne savons même pas si ces incidents, qui ont tué 100 personnes ou 150 personnes, ont eu lieu avant ou après la déclaration d’Obama sur la « ligne rouge à ne pas franchir ». Pourquoi le président a-t-il créé cette ligne rouge ? Sur quelle base ? Quel concept stratégique le président a-t-il à l’esprit ?

Tout cela est déconcertant. Nous sommes face à une tragédie et notre manière d’agir est désordonnées. Le conflit peut s’étendre, incluant peut-être la Turquie qui connaît actuellement des troubles internes.

Zbigniew Brzezinski
Video oumma.com
14/06/2013

(*) Zbigniew Brzezinski a été notamment conseiller aux affaires étrangères du président américain Jimmy Carter de 1977 à 1981. (oumma.com)

Traduction libre pour fortune.f.desouche.com

Correspondance Polémia – 5/09/2013

Image : Zbigniew Brzezinski