Articles

Robert Ménard livre la bataille culturelle

Robert Ménard livre la bataille culturelle

Print Friendly

Par Clément Guillou, journaliste, Nouvel Observateur et Rue89.

♦ « Zemmour, de Villiers : à Béziers, Ménard veut fermer le robinet d’eau gluante de la pensée unique ». (titre original)

La vie culturelle de Béziers est en train de prendre un tour nouveau avec l’arrivée à la mairie de Robert Ménard. Le Nouvel Observateur et Rue89 révèlent qu’un cycle de conférences va s’ouvrir le 16 octobre.
Lors du dernier conseil municipal, Robert Ménard a expliqué ses motivations pour lancer ce cycle de conférences :« On croit trop souvent en France que les atteintes à la liberté de penser n’existent que dans des pays lointains aussi dictatoriaux que tropicaux. On a tort. […] Nous inviterons tous ceux qui ont quelque chose à dire qui dérange ce système. […] Patriote ou anarchiste, peu importe, pourvu que le robinet d’eau gluante de trente années de pensée unique sur les questions d’identité, d’économie, de culture ou de social, soit définitivement fermé. »
Polémia


« Douce France, cher pays de mon enfance… » Robert Ménard, qui décide de beaucoup de choses à Béziers – après tout, il est maire –, s’est apparemment aussi occupé de la musique d’attente de la mairie.

On a appelé, intrigués par la publicité pour une conférence à venir d’Eric Zemmour, publiée ce vendredi matin sur Twitter par un Biterrois. « Un aller-retour à l’école : cinq affiches », ajoute ce père de famille.

Eric Zemmour à Béziers

Eric Zemmour à Béziers

Alors, la publicité pour le nouveau livre (*) d’Eric Zemmour est-elle payée par les impôts des Biterrois ? Le Palais des congrès sera-t-il ouvert gratuitement au polémiste ? Absolument, répond André-Yves Beck, directeur de cabinet du maire.

« On va inaugurer un cycle de conférences avec des gens qui sortent des livres, le premier invité de la ville est Eric Zemmour. Le suivant sera Philippe de Villiers. Pour la suite, rien n’est fixé. »

Ce sont les services culturels de la mairie qui ont choisi le nom des invités, précise André-Yves Beck. Sur suggestion de Robert Ménard ?

« Il est bien évident que Robert Ménard s’intéresse de très près à tout ce qui est culturel. »

Ainsi qu’à tout ce qui est crachats et linge qui sèche.

Ceux qui « dérangent »

Comme indiqué sur l’affiche annonçant la conférence (gratuite) d’Eric Zemmour, le but de ce cycle est de « libérer la parole ». Quelle parole ? Celle censurée en France depuis 30 ans, a expliqué le maire en conseil municipal le 18 septembre, selon le texte transmis par son cabinet.

« On croit trop souvent en France que les atteintes à la liberté de penser n’existent que dans des pays lointains aussi dictatoriaux que tropicaux. On a tort. Bien sûr, nul en France n’est envoyé en prison, torturé ou abattu pour ses écrits. La censure y est plus subtile. […]
Nous inviterons tous ceux qui ont quelque chose à dire qui dérange ce système. Ces paroles rendues publiques pourront être contradictoires les unes aux autres mais elles auront un point commun : penser la France, penser le monde, penser la culture différemment de ce qui est en place et qui a échoué depuis si longtemps.
Patriote ou anarchiste, peu importe, pourvu que le robinet d’eau gluante [sic] de trente années de pensée unique sur les questions d’identité, d’économie, de culture ou de social, soit définitivement fermé. Parole libre donc, pourvu qu’il s’agisse d’une parole féconde. »

Féconde sera assurément la parole d’Eric Zemmour, déjà en une du Figaro Magazine ce week-end pour expliquer « comment on en est arrivé là ». A Béziers, il pourra dire tout ce qu’il veut, aussi longtemps qu’il le veut, a insisté Robert Ménard, invitant « tout le conseil municipal à y assister ».

Clément Guillou
26/09/2014

Source : Le Nouvel Observateur partenaire de Rue 89, 26/09/2014

Note de la rédaction :
(*) Eric Zemmour, Le suicide français, Albin Michel, 1er octobre 2014, 544 pages.

Correspondance Polémia – 27/09/2014

Image : affiche dans la ville de Béziers annonçant la conférence de Eric Zemmour