Articles

1 LEE

« Robert E. Lee » d’Alain Sanders

Print Friendly

Camille Galic, journaliste, essayiste, écrivain

♦ Le 9 avril 1865, voici cent cinquante ans, Robert Edward Lee, nommé quelques mois plus tôt général en chef des armées confédérées épuisées (en hommes comme en munitions) et exsangues après les défaites de Fort Stedman puis de Petersburg, signait leur reddition à Appomatox. Le début d’une très longue nuit pour le Dixie (*).

Une nuit dont il n’est toujours pas sorti comme le prouve le récent bannissement, dans plusieurs Etats du Sud où il flottait encore, de son drapeau présenté comme le « sinistre symbole de l’esclavage et du suprématisme blanc ».


Un gentilhomme de Virginie

Auteur notamment de L’Amérique que j’aime : Un dictionnaire sentimental du Nouveau Monde (Éditions de Paris, 2004) et de L’Amérique au cœur, au cœur de l’Amérique (Atelier Fol’Fer, 2010), Alain Sanders peut être considéré comme l’anti-Martin Peltier dont nous commentions récemment les 20 raisons d’être anti-américain (1). Mais il a aussi écrit La Désinformation autour de la guerre de Sécession (Atelier Fol’Fer, 2012) et le portrait qu’il publie aujourd’hui du général Lee complète et en partie explique l’essai ravageur de Martin Peltier. Rien de plus étranger en effet à l’Amérique de Lehman Brothers et des Bush père et fils, de Michael (dit Martin Luther) King et des Clinton, de l’Anti-Defamation League et de l’apatride Obama que Robert E. Lee : un « gentleman de Virginie » appartenant à la très aristocratique Eglise épiscopalienne, branche américaine de l’anglicanisme qui ne 2 Lee Sandersreniait rien de ses ancêtres arrivés sous les Stuarts ni de ses racines profondément européennes. Un gentilhomme, écrit son biographe, « dans la lignée des Cavaliers de Charles 1er opposés aux Têtes rondes du dictateur Cromwell ».

Deux sociétés inconciliables

Un antagonisme séculaire, autant idéologique qu’épidermique, culminera pendant la guerre de Sécession que les Américains nomment Civil War, expression qui exprime mieux son incroyable sauvagerie — essentiellement du côté yankee, bien décidé à vitrifier et à éradiquer l’adversaire et sa Weltanschauung. Comme le notait Dominique Venner dans l’un de ses plus beaux livres, Le Blanc Soleil des vaincus (La Table ronde, 1975), « cette guerre n’a pas seulement opposé deux nations mais deux sociétés, deux conceptions du monde inconciliables ». Pour que triomphe la société marchande et cosmopolite du Nord, poursuit Venner, était primordiale « la disparition de la société du Sud, de son bonheur serein et de son élégante beauté », trop européenne, voire Ancien Régime.

Déjà, une guerre du XXè siècle

Dans des chapitres clairs, Alain Sanders expose la genèse du conflit qui est en fait une tentative d’invasion et d’asservissement sous le prétexte de l’abolition d’un esclavage d’ailleurs déjà moribond et auquel Lee était personnellement opposé. Après les victoires initiales – Fort Sumter, Cheat Mountain, First Manassas, Fredriksburg, Chancellorsville…) – d’un Sud qui avait donné à la jeune République des Etats-Unis l’essentiel de son encadrement militaire, l’armée confédérée, affamée et privée de tout n’est plus qu’une « armée de gueux » comme le constate Lee avec désespoir. A partir de Gettysburg (juillet 1863), c’est donc la contre-offensive du Nord, fort d’un réservoir humain incommensurablement supérieur, de ressources financières illimitées… et de généraux comme Grant et Sherman n’hésitant pas à massacrer les populations civiles ennemies ou à les prendre en otages. Préfiguration de ce qui se généralisera au siècle suivant.

Qu’écrit en effet le général nordiste (et futur président des Etats-Unis) Ulysses Grant le 11 avril 1863 en évoquant la nécessité de « la mise du Sud sous le joug » ? « C’est notre devoir d’affaiblir l’ennemi en détruisant sous ses moyens de subsistance, en le privant de tous les moyens de cultiver ses champs. » Et Sherman, qui estime que « le gouvernement des Etats a absolument tous les droits […], droit de prendre leurs vies, leurs maisons et leurs terres, absolument tout », de surenchérir le 21 juin 1864 : « Il y a toute une classe de Sudistes, hommes, femmes, enfants, qui doivent être tués et déportés avant que l’on puisse espérer rétablir l’ordre et la paix. » Programme auquel le secrétaire à la Guerre Stanton donne par retour de courrier « toute [s]on approbation », cependant qu’un officier nordiste se vante d’avoir « brûlé tout ce qu’il a trouvé » en territoire sudiste, « jusqu’au moindre grain de maïs ».

« Formater une Amérique homogène »

Sanders a raison de se référer à ce propos à la « barbarie des Têtes rondes de Cromwell » nourries d’une lecture littérale de l’Ancien Testament, où les Hébreux exterminent sans états d’âme les Cananéens et autres peuples dont ils guignent le territoire. Mais s’y ajoute, et l’on rejoint là Martin Peltier, la « bonne conscience » qui fait des Américains du Nord un autre peuple élu et de leur pays l’Empire du Bien, tout désigné pour rééduquer les autres. Un projet mis en œuvre dès 1862 quand à la Nouvelle-Orléans, relate Sanders, « le général Butler (alias “La Bête”) s’appliqua à détruire systématiquement le système éducatif local pour lui substituer un modèle nordiste » avec des enseignants importés du Nord et l’autodafé des ouvrages scolaires sudistes. L’entreprise de lobotomisation donna évidemment toute sa mesure après la défaite confédérée, pendant la période atroce appelée par antiphrase la Reconstruction et que Sanders traite dans un chapitre poignant intitulé « Le Sud à genoux ».

La Civil War ayant été d’abord selon ses vainqueurs « la guerre de l’éducation et du patriotisme contre l’ignorance et la barbarie », un décret fut pris en 1870 visant à « éradiquer l’éducation catholique et religieuse pour formater une Amérique homogène à partir du modèle évangélique de Nouvelle-Angleterre » – elle-même « formatée » par les Puritains fanatiques ayant fui la trop « Merry England ».

Ruiné, malade, désespéré, Robert Lee accepta après la défaite de diriger le Washington College, lui qui avait été le directeur de West Point. Il mourut en 1870. Il faudra attendre plus d’un siècle pour que le maudit – auquel nul n’avait pu imputer le moindre crime de guerre, certains chefs nordistes ayant même salué son humanité envers leurs soldats faits prisonniers –soit enfin restauré en 1975 dans l’ensemble de ses droits ainsi que dans sa citoyenneté américaine.

Camille GALIC
2/10/2015

Alain Sanders : Robert E. Lee, éditions Pardès, septembre 2015, collection « Qui suis-je ? », 128 pages richement illustrées avec Chronologie, Annexes et, hélas, l’inévitable « étude astrologique » clôturant chaque volume de la collection, qu’elle décrébilise.

Notes :

(* de la rédaction) Le Dixie flag est une appellation courante du drapeau confédéré.
(1 de l’auteur) 20 raisons d’être anti-américain de Martin Peltier

Correspondance Polémia : 5/10/2015

Image : le général Robert E. Lee livre l’armée de Virginie du Nord à Ulysses S. Grant.