Articles

Amin Gemayel

Retour d’un Liban introuvable

Print Friendly

Jacques Myard, député maire de Maisons-Laffitte

♦ Pour une vision rationnelle et pleine de bon sens de la situation au Liban !

Analyse qui permettra aussi de vérifier que, sur ce terrain diplomatico-militaire comme sur tant d’autres, la France de Hollande déçoit, et même désespère, nos amis et alliés étrangers …
Jean-Maurice Parnet

Retour Liban

Retour du Liban

COMMUNIQUE
DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République


A/S : Retour d’un Liban introuvable

Du 9 au 14 Avril 2016 j’ai effectué, dans le cadre du groupe d’amitié franco-libanais, une mission d’information au Liban, avec une dizaine de députés. Cette visite a été fort bien préparée par le président du groupe d’amitié Henri Jibrayel qui nous a ouvert de nombreuses portes de la société libanaise pour des entretiens sans tabou. Chaque député a payé son voyage.

Nous avons rencontré :

-de nombreux députés, des magistrats dont le premier président de la Cour de Cassation, des industriels et chefs d’entreprise ;
-les ministres de la culture Raymond Araiji, des affaires étrangères Gebran Bassil ;
-Mohamed Raad, président du bloc Hezbollah au Parlement ;
-Sleiman Frangié, chef du parti Marada ;
-Saad Hariri, chef du courant du futur ;
-Michel Aoun, général, chef du courant patiotique libre ;
-Amine Gemayel, ancien Président de la République et son fils Samy chef du parti Kataëb ;
-Mgr Béchara Boutro Raï, cardinal, patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient ;
-Samir Geagea, chef des forces libanaises ;
-Walid Joumblat, chef du parti socialiste progressiste ;
-Jean Kahwaji, commandant des forces armées libanaises ;
-Nabih Berri, président de l’assemblée nationale libanaise ;

De plus, nous avons effectué une visite aux soldats français de la FINUL , qui participe à la stabilisation du sud Liban, qui est aujourd’hui selon eux le lieu le plus sûr du Liban. Il convient de souligner l’exceptionnel engagement et travail de nos forces au sein de la FINUL qui font l’objet d’un satisfecit unanime des Libanais

Nous avons aussi rendu visite aux moines du monastère Saint Antoine de Qozhaya, haut lieu des chrétiens maronites dans la vallée sauvage de Qadicha, un trésor de la nature où vivent encore des ermites. Croyant ou non, on est saisi par la beauté des lieux ; le musée du monastère contient une crosse qui aurait été donnée par le roi de France Louis IX, St Louis .
Nous avons effectué un passage au monastère de Saint Maron de Annaya où repose Saint Charbel , moine ermite vénéré par les chrétiens maronites .

Nous avons aussi rencontré pour plusieurs entretiens notre ambassadeur Emmanuel Bonne.

De cette mission je retiens les points forts suivants:

1.La sécurité : les mesures de sécurité sont générales, permanentes et appliquées avec rigueur; tous les chef de partis vivent dans des quasi-bunkers gardés par des hommes lourdement armés, toute visite doit être annoncée à l’avance, parfois avant d’y accéder il faut franchir plusieurs barrages, c’est le cas dans la montagne des zones chrétiennes . Le Parlement est entouré d’un périmètre fermé, gardé et contrôlé. La menace de l’Etat islamique est prise très au sérieux et des cellules dormantes sont démantelées tous les jours par les forces armées

2.L’élection du président de la République. Le Liban n’a plus de Président depuis deux ans en raison de l’absence de quorum au Parlement des 2/3 des députés pour élire le Président .Le général Aoun appuyé par le Hezbollah et Sleiman Frangié soutenu par les Sunnites de Hariri sont en lice.

Beaucoup estiment que la question sera résolue lorsqu’un accord sera trouvé en Syrie , c’est-à-dire lorsque l’Iran et l’Arabie Saoudite auront levé leur veto. Reste à savoir si le Hezbollah a ou non une complète autonomie et s’il souhaite faire prévaloir son propre agenda libanais. Certains accusent le Hezbollah de vouloir faire pourrir la situation afin d’obtenir une modification de la constitution en sa faveur, il s’estime, en effet, sous-représenté au Parlement.

3.Le Hezbollah: Ce mouvement suscite de nombreuses interrogations, il ne dit mot lorsque je l’interroge sur ses pertes en Syrie, se bornant à dire qu’il y combat pour protéger le Liban, « sans Bachar le terrorisme s’installera à Damas et le Liban sera en danger. L’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie ont aidé les terroristes ». Ses pertes en Syrie seraient de plus de 2000 morts. Cette analyse pro régime de Damas est aussi partagée par de nombreux Libanais rencontrés.
Toutefois nombreux sont nos interlocuteurs qui reconnaissent au Hezbollah une totale discipline ainsi que la qualité d’agir avec rationalité , tout en s’interrogeant sur sa force militaire estimée à au moins 10 000 hommes, fortement armés.

4.L’appréciation de la France : La France déçoit , des critiques s’expriment avec force chez les chrétiens -mais pas seulement- qui s’estiment abandonnés. Tous demandent un retour de la France afin de peser sur les nécessaires solutions dans la région.

5.La classe politique est globalement rejetée; fidèle à leur génie du commerce la diaporama libanaise s’est transformée en « rouliers de la mondialisation », bâtissant des fortunes colossales en Afrique ou ailleurs, sans pour autant oublier la mère patrie où ils investissent dans l’immobilier, et tout en entretenant de multiples relations politiques et d’affaires selon le mode oriental très loin des standards et normes européennes…

Le Liban demeure plus que jamais une société confessionnelle organisée autour de chefs charismatiques , voire claniques, mais il demeure un laboratoire atypique au Proche Orient mais son modèle risque fort de périr sous la pression des multiples tensions et guerres de la région .

La France doit y revenir en retrouvant une politique étrangère indépendante , elle bénéficie encore d’un grand capital de sympathie; mais le temps presse car nos chers alliés nous taillent des croupières et y prennent des positions qu’il sera impossible de reprendre.La langue française recule face au globish réducteur !

Il n’est pas certain que le voyage que doit effectuer François Hollande au Liban le 16 Avril, pour 24 heures, dans un périple qui le conduit en Jordanie et en Egypte, soit de nature à apaiser les critiques, bien au contraire ! Les Libanais se sentent la portion congrue.

La plupart de nos interlocuteurs nous mettent enfin en garde contre les illusions dans la lute contre l’Etat islamique , «on ne le combat pas avec de bons sentiments et les droits de l’homme», avec les terroristes islamiques c’est une lutte à mort qui s’engage, et la France ne sera pas épargnée, elle risque de payer chèrement ses illusions !

L’Etat libanais, garant de l’intérêt général, est bien aujourd’hui introuvable , mais la culture libanaise demeure plus que jamais et la France a toujours une carte à y jouer pour revenir dans le jeu proche-oriental, malgré les fautes lourdes du gouvernement actuel et plus particulièrement de l’ancien ministre des affaires étrangères Laurent Fabius

Jacques Myard
15/06/2016

Source : Jean-Maurice Parnet, International Business Adviser

Correspondance Polémia – 23/04/2016

Image : Amin Gemayel, ancien président de la République du Liban