Articles

Marine A Brachay 1 1

Présidentielle : Marine Le Pen joue la carte de la modération en vue du second tour

Print Friendly

Olivier Faye, journaliste

♦ Marine Le Pen cherche la concorde avec l’islam

Le Monde, dans sa livraison numérique du 16 septembre dernier, livre à ses lecteurs un article consacré à la position du FN, et particulièrement de sa présidente Marine Le Pen, à l’égard des musulmans et de l’islam à la veille des élections présidentielles :

la perplexité s’empare du public. L’hypothèse d’une accession au deuxième tour ne semblerait pas inquiéter les Français qui restent imperturbables face à certains pronostics.
Polémia


Marine Le Pen a un rêve. Celui de se réveiller le 24 avril 2017 dans la peau d’une finaliste « normale » de l’élection présidentielle.

Que la qualification du Front national (FN) au second tour du rendez-vous majeur de la vie politique française s’inscrive dans la progression continue du parti d’extrême droite dans les urnes depuis cinq ans.

Qu’elle ne suscite pas de haut-le-cœur dans la société française, aucune manifestation, à la différence de celles qui avaient réuni plus d’un million de personnes contre son père, le 1er mai 2002.

Que les mises en garde du premier ministre, Manuel Valls, qui avait pointé les risques de « guerre civile » en cas de victoire frontiste lors des régionales en 2015, ne trouvent pas d’écho chez les électeurs. Persuadée, huit mois avant l’échéance, qu’elle va franchir le cap du premier tour, Marine Le Pen, qui organise ses « Estivales » à Fréjus (Var), samedi 17 et dimanche 18 septembre, veut se placer en candidate de rassemblement dans cette campagne.

«  Je lutte contre le fondamentalisme islamiste »

C’est à cette aune qu’il faut mesurer la déclaration de la députée européenne à propos de l’islam, dimanche 11 septembre, sur le plateau de TF1. Interrogée pour savoir si cette religion est à ses yeux « compatible » avec la République, la présidente du FN a répondu : « Moi, je crois que oui. Un islam tel que nous l’avons connu, laïcisé par les Lumières comme les autres religions ». Et d’ajouter : « Je ne lutte pas contre l’islam, je ne lutte pas contre une religion (…). Moi, je lutte contre le fondamentalisme islamiste ».

La déclaration n’est pas anodine pour la dirigeante d’un parti que certains imaginent en porte-étendard du combat identitaire. Le FN met régulièrement en avant les « racines » et les « traditions » chrétiennes de la France, qu’il convient selon lui de respecter. Et certains frontistes ne cachent pas leur franche hostilité envers l’islam.

« Moi je suis pour zéro mosquées en France. C’est la religion la plus con, le judaïsme pour les nuls, il faut les écœurer », assure ainsi Philippe Martel, ancien directeur de cabinet et toujours conseiller de Mme Le Pen, dans le livre des journalistes Dominique Albertini et David Doucet La Fachosphère (Flammarion, 302 pages, 20,90 €), à paraître le 21 septembre.
« Comment assimiler nos concitoyens musulmans alors que l’islam est incompatible avec la République ? », s’interroge de son côté Jean Messiha, porte-parole des Horaces, le collectif de hauts fonctionnaires proche du FN. En 2010, la fille de Jean-Marie Le Pen elle-même comparait les prières de rue musulmanes à l’« Occupation ».

« Endoctrinée par Philippot », selon Zemmour

Sans la nommer, François Hollande a dénoncé, le 8 septembre, dans son discours sur la démocratie, ceux pour qui il est « toujours plus commode d’opposer les uns et les autres ».
La direction du FN mène donc en cette rentrée une offensive pour tenter de convaincre que leur candidate n’est pas un ferment de division. Après avoir martelé ces derniers mois que le parti est le plus à même de défendre les droits des femmes – ciblant en particulier les menaces que l’islam radical ferait peser sur elles –, la formation lepéniste veut désormais « trancher la tête » du « canard » qui veut que le FN soit xénophobe et raciste.

Le vice-président du parti, Louis Aliot, s’est ainsi placé en porte-à-faux avec la déclaration supposée du général de Gaulle sur la France, « pays de race blanche », que le maire de Béziers (Hérault) Robert Ménard a récemment reprise à son compte. C’est une « phrase raciste, ou en tout cas racialiste », a jugé le compagnon de Mme Le Pen, alors que « les dom-tom », « les harkis », « font partie de la communauté nationale »

Cette stratégie prend à rebrousse-poil une frange de l’extrême droite. Le journaliste Eric Zemmour, pour qui « l’islam est incompatible avec la France », s’est attaqué à Marine Le Pen, une femme « de gauche » à ses yeux, qui aurait abandonné la bataille identitaire pour privilégier celle de la souveraineté.

« Elle est complètement endoctrinée par [Florian] Philippot, qui est un cheval de Troie chevènementiste, a-t-il jugé, le 12 septembre, sur LCI. Elle se trompe de combat, elle a vingt-cinq ans de retard. Le combat de la souveraineté n’est pas méprisable, il est indispensable. Sauf qu’une République islamique française pourrait être souveraine, mais ce ne serait plus la France. » Très populaire parmi les cadres frontistes et à la base du parti, l’auteur du Suicide français a appuyé sur des points douloureux : l’omniprésence supposée – et décriée – de M. Philippot auprès de Mme Le Pen, et la ligne de fracture entre identitaires et souverainistes.

« Marine incarne un équilibre »

Au sein du FN, en tout cas, personne ne s’est risqué à contredire publiquement la présidente. En 2015, Marion Maréchal-Le Pen estimait que la France était une « terre culturellement chrétienne » ce qui implique que les musulmans « ne peuvent pas avoir exactement le même rang que la religion catholique ».

Aujourd’hui, la députée du Vaucluse assure que l’islam « peut être » compatible avec la République. « Toutes les lectures de l’islam ne sont pas compatibles avec la République, a-t-elle tenu à préciser, mardi, sur France info. Le problème, c’est que ces lectures-là, salafistes notamment, sont de plus en plus nombreuses à gangrener le territoire. »

« Marion se place du point de vue du législateur. Elle n’est pas dans la position d’une candidate à l’élection présidentielle, qui se doit de rassembler, de se placer en mère de la nation », explique un proche de la jeune femme. « Marine incarne un équilibre entre identitarisme intégral étroit et souverainisme intégral limité », veut croire de son côté M. Aliot.

Pas question, donc, de préconiser l’interdiction du Coran ou la fermeture des mosquées, comme peut le faire son allié populiste Geert Wilders, président du Parti pour la liberté (PVV) aux Pays-Bas. « En France, il n’y a pas de débat sur les religions parce qu’il y a la laïcité. A partir du moment où les religions restent dans la sphère privée, il n’y a pas de problème », assure en petit comité la présidente frontiste.

« Pour un certain nombre de minorités nous pouvons être un bouclier : les femmes en jupes, les homosexuels, etc. Y compris les musulmans, même si ce ne sont pas les plus attaqués en ce moment », affirme quant à lui le maire de Fréjus, David Rachline, dont la désignation comme directeur de la campagne présidentielle doit être officialisée lors des « Estivales ». Plus que huit mois pour en convaincre les électeurs.

Olivier Faye
16/09/2016

Source : Le Monde.fr
http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/09/16/marine-le-pen-cherche-la-concorde-avec-l-islam

Correspondance Polémia – 16/09/2016

Image : Marine Le Pen à Brachay, 3/09/2016