Articles

Polemia Polemia Logo

Polémia : « Vers un observatoire des journalistes et des médias »

Print Friendly

Lors de la cérémonie de clôture de la Troisième édition des Bobards d’Or 2012, le 20 mars 2012, Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia, a annoncé la création d’un Observatoire des journalistes et des médias. La question est simple : les journalistes sont censés nous informer mais qui nous informe sur eux ?
Bien sûr, les journalistes ont le droit d’avoir des engagements personnels, idéologiques ou politiques. Mais leurs lecteurs, leurs auditeurs et leurs spectateurs ont le droit de les connaître.
Les médias se doivent d’être transparents. Polémia se propose donc d’assurer la traçabilité politique et idéologique des journalistes. L’Observatoire des journalistes et des médias prendra la forme d’un site internet participatif, lancé courant mai 2012.


 

Un Observatoire des journalistes et des médias.

Cette année, Polémia va mettre en place un Observatoire des journalistes et des médias et nous allons avoir besoin de vous, de vous tous, pour alimenter cet observatoire en faits précis.

Quelques mots pour vous expliquer de quoi il s’agit.

Il y a quelques mois, Gérard Longuet a été nommé ministre de la Défense. Tous les médias ont rappelé qu’il avait été membre du mouvement Occident. Il y a quarante-sept-ans ! Mais quarante-sept ans plus tard, le rappel de ce fait leur paraissait important. C’était aux yeux des journalistes un élément de professionnalisme et de transparence que de rappeler ce fait.

Vous connaissez la formule de Juvénal : « Quis custodiet ipsos custodes ? », « Qui gardera les gardiens ? » Aujourd’hui, nous sommes informés (?) par les journalistes. Mais que savons-nous des journalistes ? De leur histoire, de leur passé, de leurs engagements, de leurs partis pris, de leurs erreurs, de leurs fautes, de leurs condamnations pénales ?

Qui nous informe sur les journalistes ?

La question qui se pose est la suivante : qui nous informe sur les journalistes ? Aujourd’hui personne ! Vous en conviendrez : voilà ce à quoi il faut remédier !

C’est chose en cours aux Etats-Unis : un blog conservateur vient de créer le site Internet participatif News Transparency. Ce site fournit des informations sur les carrières de centaines de journalistes, essentiellement américains. On y trouve leur âge, formation, parcours, employeur, pages personnelles et professionnelles sur les réseaux sociaux ou encore préférences politiques. Les internautes sont invités à modifier ou compléter ces informations. « Ce site vise à améliorer la précision, la qualité et la transparence du journalisme en facilitant l’accès aux informations sur les personnes qui font l’actualité, des êtres humains avec des opinions, des relations, une histoire et des motivations », explique la fondatrice du site.

Convenez qu’un tel projet de transparence de l’information serait bien utile en France ! Eh bien, ce projet, Polémia est décidé à le mener à bien !

Prenons quelques exemples.

Cyrille Lachèvre est rédacteur en chef macroéconomie du Figaro. Cyrille Lachèvre préside régulièrement des tables rondes du MEDEF. C’est son droit. Mais c’est le droit des lecteurs du Figaro de le savoir !

Audrey Pulvar, sémillante journaliste audiovisuelle, préside la commission médias de la Fondation socialiste Terra Nova. C’est son droit. Mais c’est le droit des téléspectateurs de le savoir !

Laure Adler siège au conseil de surveillance du Monde. Cette intellectuelle est aussi omniprésente à France Culture, France inter, France O. Elle est membre du comité de soutien de François Hollande. C’est son droit. Mais c’est aussi le droit de ses auditeurs de le savoir !

L’un de nos lauréats d’aujourd’hui, Eric Le Boucher, adore les « ménages ». Il a récemment animé des tables rondes de Planet finances de Bernard Attali, de l’Institut de l’entreprise, proche du MEDEF, de Manpower et – il n’y a pas de sot métier – de la Fédération des industries de peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs. C’est son droit, mais c’est aussi le droit de ses auditeurs et de ses lecteurs de le savoir !

Jean-Marc Dorangeon est le directeur des programmes de Fun Radio. Il est aussi administrateur du comité de soutien à Nicolas Sarkozy. C’est son droit, mais c’est aussi le droit de ses auditeurs et ses lecteurs de le savoir !

Serge Moatti est une des grandes références de la télévision de service public. C’est aussi le réalisateur de films de propagande pour la LICRA. A ce titre, il a participé activement à l’opération de la LICRA visant à supprimer le mot « race » de la Constitution. C’est son droit, mais c’est aussi le droit des téléspectateurs de le savoir !

Abel Mestre est chargé au Monde de « l’extrrrême droite ». Il a fait ses premières armes politiques au Parti communiste et c’est un fan de musique RAP, amateur du groupe NTM, « Nique ta mère ». C’est son droit, mais c’est aussi le droit de ses lecteurs de le savoir !

De même que les lecteurs du Figaro ont le droit de savoir que le directeur de leur journal, Etienne Mougeotte, est un proche conseiller du candidat Sarkozy.

Quant à ceux qui payent la redevance audiovisuelle, ils ont aussi le droit de savoir que France Télévision collectionne les bobards :

– avec David Pujadas, Bobard d’Or 2010, pour avoir présenté des images d’émeutes au Honduras comme une scène filmée en Iran ;
– et, en 2012, avec le président Rémy Pfimlin présentant une fiction sur Toussaint Louverture comme un documentaire et cautionnant le point de vue de son réalisateur selon lequel il faut – je cite – « tordre le cou à la vérité historique au nom de la vraisemblance idéologique ».

Assurer la traçabilité idéologique et politique des journalistes

Vous le voyez, il y a un vrai travail à faire pour assurer la traçabilité idéologique et politique des journalistes.

Y compris, bien sûr, pour la presse quotidienne régionale !

Aujourd’hui, tous ceux qui combattent le politiquement correct sont, un jour ou l’autre, mis au pilori médiatique. Avec l’Observatoire des journalistes et des médias, ils auront la possibilité non seulement de mieux se défendre, mais aussi de contre-attaquer, en dénonçant les arrière-plans idéologiques et politiques de ceux qui les mettent en cause.

C’est un travail important, pour lequel nous aurons besoin du concours de tous. A Paris et en province. C’est pour cela que nous allons mettre en place un site internet coopératif. Lancement de l’opération ? Courant mai.

Aidez Polémia à réaliser ce projet ambitieux ! Aidez Polémia à combattre la tyrannie médiatique et à émanciper les Français de la servitude médiatique à laquelle ils sont assujettis ! Merci.

Jean-Yves Le Gallou 
20/03/2012