Articles

« Pas d’amalgames ! » ou Zénon et les procureurs… – par Ulysse

« Pas d’amalgames ! » ou Zénon et les procureurs… – par Ulysse

Print Friendly

« Ne faites surtout pas de liens, vous risqueriez de penser quelque chose… »

Le fond de l’intelligence critique du pouvoir médiatico-politique et judiciaire français se réduit à un lamentable paradoxe pyrrhonien. Du fait qu’une distance est en puissance indéfiniment divisible, certains sceptiques s’amusaient à en inférer qu’elle est en acte, de manière réelle, indéfiniment divisée. Ainsi de Zénon le Palamède – dit également Zenon d’Elée – qui, afin de montrer l’impertinence de l’outil mathématique pour rendre intelligible le mouvement, s’amusait à troubler ses interlocuteurs en leur « démontrant » que puisqu’un mobile devait indéfiniment faire station entre son point de départ et d’arrivée, il ne pouvait pas arriver à destination et donc, en réalité, pas même partir…


Nos hommes politiques (Valls et Cazeneuve en tête), nos journalistes, et surtout nos procureurs, sont des zénoniens à la petite semaine. Le sommet de leur pensée, ce n’est rien d’autre que cela : montrer que, puisque l’on peut indéfiniment diviser l’actualité criminelle en « tranches », il n’y a pas de criminalité globale, pas de terrorisme mondialisé, montrer que puisque les fait-divers sont toujours susceptibles de réduction analytique, l’opération de synthèse serait toujours impertinente, voire pire, « fautive » (car trahissant toujours peu ou prou un préjugé, une intention latente inavouée etc.). C’est en réalité l’inverse qui est vrai : le réductionnisme analytique, s’il est indispensable pour rendre intelligible certains phénomènes, devient nécessairement inepte et surtout dangereux lorsqu’il prétend dispenser de l’effort synthétique qui prépare l’opération du jugement, soit, l’acte même de l’intelligence dont la vertu spécifique est précisément cela : universaliser l’expérience, faire des liens.

L’ordre médiatico-politique et judiciaire, lorsqu’il explique qu’il ne faut pas faire de « liens » entre les attentats de Joué-les-Tour, Nantes, Dijon ou le groupe de djihadistes s’entraînant il y a peu dans un parc à Strasbourg (et combien d’autres faits que l’on perdrait trop de temps à mentionner ici), c’est Zénon qui explique que le mouvement n’existe pas puisqu’on le peut indéfiniment diviser, c’est ce savant fou qui explique que la vie n’existe pas puisque si l’on coupe un animal en trente-quatre morceaux, l’on ne trouve qu’un cadavre, c’est l’imbécile de la poule aux œufs d’or qui, incapable d’accueillir le mystère du fait et d’agir en fonction de lui, veut réduire ce qui se donne à ce qu’il est capable de produire et de comprendre… Ici travaille l’un des traits intellectuels les plus remarquables de la non-pensée contemporaine de Gauche : l’art de dissoudre l’expérience du réel en un atomisme qui le rend incompréhensible mais apparemment inoffensif (à tout le moins le temps d’un discours ou d’une intervention télévisuelle). Cette réduction atomique est partout sensible : la société n’est qu’un agrégat d’individus possédant des droits, la famille n’est qu’une somme contractuelle indéfiniment révisable, l’immigration n’est envisageable que sous l’angle des personnes dans leurs aspirations singulières, la guerre mondiale n’a pas lieu, il n’y a que des attaques successives accidentellement conjointes, l’ordre financier n’est pas structuré par des intérêts convergents, il n’y a qu’une somme indéfinie d’intérêts privés qui s’opposent, bref : rien n’est nécessairement relié à rien, il n’y a que des particules d’hommes, des particules d’événements, des neutrinos de morale, des quarks de sens qui s’agitent sans but dans ce grand espace de loisirs sans gravité qu’est l’univers mental de Gauche… A toute pensée d’une « connexion nécessaire » (traduction d’un sémantisme travaillant effectivement dans le réel), l’on préférera le constat stupéfiant d’une « conjonction régulière » (trahison d’un hasard universel qui défait dans sa condition de possibilité toute pensée possible du réel). Et si, malgré tout, le besoin se fait pressant de tout de même formaliser un lien, l’on inversera sans vergogne l’effet et la cause, expliquant ainsi par exemple que si les jeunes des Cités sont sur-représentés dans la délinquance c’est parce qu’ils sont discriminés, ou alors que lorsqu’Éric Zemmour dresse un constat clair et lucide, c’est lui qui fait monter l’intégrisme mahométan… Ne pas faire de liens, mais si vraiment on n’a plus le choix, surtout bien penser à renverser la cause et l’effet…

Ainsi le truc rhétorique du procureur de Gauche est-il le suivant : habiller la démesure de l’événement majeur des vêtements du sur-mesure du fait-divers mineur, et du même coup donner à sa lâcheté, à sa paresse coupable à penser le réel, la mine satisfaite et pondérée de la prudence. Alors que tout est en train de hurler l’évidence d’une guerre mondiale menée contre les blancs, les Européens et les chrétiens, il se réfugie dans son refus de l’amalgame, trop terrifié qu’il est à l’idée de faire un lien et de devoir tirer la seule conclusion qui s’impose lorsque l’on attache encore un peu plus de prix à la liberté qu’à la vie (c’est-à-dire lorsqu’on n’est pas encore tout à fait devenu un esclave) : riposter, et le faire sciemment, en faisant à l’ennemi qui vous désigne, sinon le crédit de l’intelligence, du moins le crédit de l’honnêteté dans les intentions meurtrières explicites qu’il affiche.

En résumé, la Gauche alterne entre le dogmatisme le plus insensé lorsqu’il s’agit de promouvoir son prométhéisme contre-culturel (c’est possible donc c’est bien – et d’ailleurs si c’est mal, c’est à cause d’une norme arbitraire et il suffit de la déplacer) et le scepticisme le plus idiot lorsqu’il s’agit d’envisager gravement les faits qui contreviennent à son projet (c’est pensable, donc il ne faut pas le penser, ou alors à l’envers). Elle est dogmatiquement sceptique lorsqu’il faudrait avoir l’humilité d’accueillir le réel, et dogmatiquement enthousiaste (au sens étymologique effroyable du terme) lorsqu’il faudrait faire preuve de pondération. Sa culture mentale explicite est celle d’une idiotie philautique érigée en norme dernière de la spéculation. Et là où Zénon faisait preuve de génie en manifestant jusqu’à la contradiction l’inaptitude de l’outil mathématique à rendre intelligible le mouvement des corps, le Gauchisme idéologique fait preuve de la plus parfaite imbécilité en manifestant, jusqu’à la contradiction, l’inaptitude en laquelle il se trouve  à rendre intelligible le mouvement des balles, des couteaux et des voitures que lui lancent, partout en France, des islamistes qui agissent au nom de Dieu et qui eux savent bien, que le mouvement existe et que la guerre est déclarée.

Ulysse
@ULYSSEimmortal
5/01/2015

Source : Novopress

Correspondance Polémia – 8/01/2015

Image : Zénon montre les portes de la vérité et de fausseté (Veritas et Falsitas). Fresque dans la bibliothèque de l’Escorial, Madrid. Bartolomeo Carducci ou Pellegrino Tibaldi via Wikipédia (cc)