Articles

Obama Trump

Obama fait feu de tout bois

Print Friendly

Stéphane Montabert, Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

♦ Les derniers jours de la présidence Obama correspondent aux manœuvres les plus effrénées du président sortant pour nuire à son successeur. Peu de temps après l’élection, chacun devinait que la période entre le 8 novembre et le 20 janvier serait celle de tous les dangers.

Barack Obama utiliserait-il ses dernières semaines de pouvoir exécutif pour faire un maximum de dégâts avant d’abandonner son poste à un adversaire politique ?


Certains purent souffler de soulagement en découvrant l’apparente bonne entente affichée par les deux présidents à l’issue de leur premier entretien, voire se rassurer avec la signature d’un “mémorandum de transition douce” entre l’administration Obama et l’administration Trump. Nous savons aujourd’hui que cela n’était qu’un écran de fumée. Barack Obama n’a jamais eu de cesse que de savonner la planche à son successeur.

Un héritage bâti sur du sable

Bien que regrettable, cette attitude n’a rien de surprenant. Commentant des affaires judiciaires pendant leur instruction, court-circuitant les Chambres législatives à la moindre contrariété, abandonnant jusqu’à la neutralité de sa fonction pour faire campagne auprès d’Hillary Clinton, Barack Obama démontra à de nombreuses reprises son esprit partisan, passant outre les institutions américaines dès qu’elles faisaient obstacle à sa volonté de remodeler l’Amérique.

Obama réussit à aller assez loin, signant quelques 260 décrets présidentiels (executive orders ou memorandums) pour imposer ses vues dans le domaine du travail, du climat ou des réformes de l’immigration. Mais il construisit sur du sable. Chaque décret est susceptible d’être annulé par un autre président et le sera sans doute par Donald Trump – ce qui fit dire à Newt Gingrich que l’essentiel de l’héritage Obama disparaîtrait en moins d’une année.

Rien de tout cela ne serait évidemment arrivé si le peuple américain avait suivi le script prévu en élisant Hillary Clinton. Sous sa férule, la modification progressive du corps électoral à travers la régularisation puis la naturalisation de millions d’immigrés clandestins ou la nomination de juges « progressistes » à la Cour Suprême auraient fini par accorder aux Démocrates un pouvoir impossible à remettre en question. Les réformes mises en place par Obama auraient été sanctuarisées simplement parce qu’aucun président républicain n’aurait plus accédé au pouvoir.

Obama et Clinton furent à deux doigts de réussir. Ils échouèrent contre toute attente face à un OVNI politique dont bien peu saisirent le potentiel lorsqu’il se lança dans la course.

Bétonnage d’urgence

Depuis le 8 novembre, Barack Obama travaille donc d’arrache-pied à fortifier son héritage avant de le léguer à Donald Trump. Mais sa marge de manœuvre est réduite à cause de son manque de préparation d’une part, et parce que les Républicains tiennent le Congrès d’autre part.

Il reste malgré tout des possibilités. Le cas du forage offshore est un exemple symptomatique. Barack Obama avait interdit tout nouveau forage en mer par simple décret présidentiel, mais annonça le 20 décembre la sanctuarisation de 50 millions d’hectares dans l’Arctique à l’aide d’une construction juridique s’appuyant à la fois sur une obscure loi Outer Continental Shelf Lands Act de 1953 et la décision conjointe du Canada – toujours en esquivant Sénat et Chambres des Représentants. Le démontage de cette construction légale impliquera sans doute les tribunaux et de nombreux mois de procédure.

Depuis, les décisions présidentielles se suivent et se ressemblent. Obama supprime un système de surveillance des musulmans avant l’arrivée de Trump – système instauré par l’administration Bush, traçant les entrées et sorties sur le territoire américain des ressortissants de vingt cinq pays suspectés de terrorisme. Obama gracie un nombre record de condamnés: 1’176 criminels sont libérés ou voient leur peine commuée, soit plus que la somme des grâces accordées par les 11 précédents présidents.

Jusqu’à la dernière seconde, Barack Obama continue à pousser son agenda pour l’avortement, le contrôle des armes ou les quotas de minorités dans l’administration. Mais si ces manœuvres tardives seront contrecarrées avec plus ou moins de difficultés par l’administration Trump, Obama garde un réel pouvoir là où ses fonctions de Président sont les plus étendues, dans le domaine de la politique étrangère.

Coup de poignard contre Israël

Si Vladimir Poutine semble irrité par les diatribes anti-russes régulièrement lancées sans la moindre preuve par l’administration Obama, le président russe paraît aussi avoir assez de recul pour attendre, le 20 janvier, un président américain qui ne soit plus obnubilé par une nouvelle guerre froide.

Mais Obama travailla également avec les Palestiniens pour faire voter une résolution réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens – à laquelle les États-Unis n’opposèrent pas leur veto.

Au sein de l’assemblée de l’ONU, en vertu de la règle selon laquelle un pays égale une voix, les nations arabes sont surreprésentées comparé à leur influence économique et démographique. Les résolutions anti-israéliennes sont monnaie courante ; rien que cette année, il y en eut 40, contre 4 pour le reste du monde (incluant la Syrie en désintégration et la crise en Ukraine). Pendant des décennies, les Américains étaient la seule voix du Conseil de Sécurité disposant du droit de veto et l’utilisant pour protéger la seule démocratie du Moyen-Orient contre ses ennemis. Cela changea il y a quelques jours alors que la diplomate américaine à l’ONU s’abstint de rejeter la résolution, entraînant la validation de celle-ci.

Ce simple texte a un impact énorme, comme le montre la vidéo d’une sérieuse dispute sur le plateau de CNN au sujet du vote de cette résolution:

Alan Dershowitz de la Faculté de droit de Harvard expliqua que le président Obama agissait de façon non démocratique, puis développa:

« [Obama] peut changer de politique, il peut faire des discours. Mais il ne devrait pas changer 40 ans de politique américaine aux Nations Unies. Si la résolution du Conseil de sécurité est adoptée, elle lie complètement les mains d’un nouveau président. Vous ne pouvez pas annuler une résolution du Conseil de sécurité. Vous ne pouvez pas ramener le droit de veto. Cette résolution du Conseil de sécurité est une invitation donnée à la Cour Pénale Internationale de poursuivre Israël. C’est une invitation donnée au mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions de commencer à sanctionner Israël. C’est une très, très mauvaise résolution. (…)

[Donald Trump] a dit au président, faites ce que vous voulez dans les derniers jours de votre administration, mais ne me liez pas les mains. En fait, j’ai même écrit un article à ce sujet avant les élections, exhortant le président à ne pas lier les mains de celle que nous pension alors voir comme nouvelle présidente, Hillary Clinton. Je suis persuadé, soit dit en passant, que si Hillary Clinton avait été élue, elle aurait elle aussi appelé le président pour lui demander de ne pas lui lier les mains. Ce président [Obama] agit de manière non démocratique. Quatre-vingt-huit sénateurs se sont opposés [à l’abstention américaine sur ce vote de l’ONU], la grande majorité du Congrès, la grande majorité du peuple américain. C’est le coup bas d’un président frustré… (…) »

 Les effets sont malgré tout bien réels. Bien entendu, dans une Europe biberonnée à l’antisémitisme, on se réjouit de cette résolution. Les colonies israéliennes n’ont pourtant rien à voir avec la paix.

En abandonnant aux Palestiniens toutes leurs colonies de la Bande de Gaza en 2005, les Israéliens virent par eux-mêmes que leurs concessions ne leur apportèrent rien d’autre que des tirs de roquettes en retour. Lorsque le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu cédait à la pression américaine en déclarant un « gel des colonies », les Palestiniens ne revinrent même pas à la table des négociations. La résolution de l’ONU n’encouragera pas une solution à deux États ; elle ne fera que conforter les Palestiniens dans l’idée qu’ils peuvent vaincre Israël et jeter tous les juifs à la mer, ce qu’ils ont toujours voulu en refusant de reconnaître jusqu’au droit d’Israël à exister.

Une histoire d’argent

Le coup porté aux relations israélo-américaines par Obama ne restera pas sans conséquences. Même les juifs les plus bornés des États-Unis ne peuvent s’empêcher de constater aujourd’hui que le parti démocrate a fait son coming-out anti-Israélien, ce qui aura des conséquences sur les orientations électorales de cette population dans les scrutins futurs. Donald Trump aura lui aussi l’occasion de répliquer – il en a l’intention, et pourra influer dès le 20 janvier sur la contribution américaine à l’ONU, qui représente 22% du budget annuel de l’institution.

L’argent est le nerf de la guerre ; mais c’est aussi par cet aspect, peu présenté par les médias, que Barack Obama pèsera le plus sur la présidence Trump et toutes celles qui lui succéderont. Car pendant les huit ans de sa présence à la Maison-Blanche, Obama creusa la dette de l’État américain de 7’917 milliards de dollars – 2,7 milliards de dollars par jour, plus que tous les autres présidents américains réunis.

C’est donc avec un véritable boulet économique au pied que le prochain président entamera son mandat. La façon dont il évitera ou non cet écueil façonnera sa trajectoire à la Maison Blanche, et laissera dans l’histoire une trace bien plus profonde que la manière dont il détricotera les décrets abusifs semés par Obama.

Stéphane Montabert
29/12/2016

Source : Les Observateurs.ch

Correspondance Polémia – 29/12/2016

Image : la poignée de mains chaleureuse entre les deux présidents, bientôt l’ancien et déjà le nouveau.