Articles

Ni Lampedusa, ni Bruxelles, être européen !

Ni Lampedusa, ni Bruxelles, être européen !

Print Friendly

Institut Iliade : un premier anniversaire.

♦ Fort de ses premiers succès, l’Institut Iliade a décidé de célébrer son premier anniversaire par l’action, en produisant et en diffusant une vidéo originale : « Ni Lampedusa, ni Bruxelles : être européen ». Court, didactique, facile de compréhension et d’accès via notre chaîne YouTube, ce film propose une définition de l’identité européenne et illustre la réalité historique, culturelle, charnelle, de notre « récit civilisationnel ».

L’Europe est trahie par la novlangue. Le mot est souvent utilisé bien à tort pour qualifier l’Union européenne, c’est-à-dire l’organisation mondialiste et immigrationniste de Bruxelles. Dans cette vidéo dont nos lecteurs trouveront le texte ci-après, l’institut ILIADE rappelle que l’Europe c’est d’abord le continent des Européens et une identité : la civilisation européenne et chrétienne.

Polémia


L’Europe, ce n’est pas Lampedusa, c’est notre civilisation.

L’Europe ce n’est pas l’organisation de Bruxelles, pas davantage une monnaie ou une banque centrale.

L’Europe, ce n’est pas un espace mondialisé et sans frontières.

L’Europe, ce n’est pas le monde africain, ce n’est pas non plus une terre d’Islam.

L’Europe ce n’est ni la laideur ni le non-art.

L’Europe, c’est le continent des Européens.

L’Europe, ce sont des millénaires d’histoire, 700 millions d’Européens.

L’Europe c’est une identité : la civilisation européenne et chrétienne.

L’Europe, ce sont les temples grecs, les aqueducs et les théâtres romains, les chapelles romanes, les cathédrales gothiques, les palais Renaissance, les grandes places, les béguinages, les églises baroques, les châteaux classiques, les édifices Art nouveau.

L’Europe ce sont des rivages sauvages, des montagnes majestueuses, des fleuves paisibles. L’Europe, c’est le sentiment de la nature. L’Europe, ce sont des paysages jardinés par l’homme : des bocages aux polders, des prairies aux cultures en terrasses. L’Europe c’est le terroir du pommier et de l’olivier, de la vigne et du houblon.

L’Europe, ce n’est pas l’univers de la bouffe industrielle, c’est la gastronomie de l’huile et du beurre, du vin et de la bière, du pain et du fromage, du saucisson et du jambon.

L’Europe, ce n’est pas le monde de l’abstraction, c’est l’art de la représentation, de Praxitèle à Rodin, des fresques de Pompéi à la Sécession de Vienne. L’Europe, c’est l’imaginaire celte et le mystère chrétien. L’Europe, c’est la civilisation qui change la pierre en dentelle.

L’Europe, c’est le refus de l’ahurissement, c’est la culture qui a inventé le chant polyphonique et l’orchestre symphonique.

L’Europe, ce n’est pas le monde de Belphégor, c’est la civilisation qui honore la femme : déesse, mère ou guerrière. L’Europe, c’est la culture de la chevalerie et de l’amour courtois.

L’Europe, ce n’est pas le monde de la surveillance, c’est la patrie de la liberté : la citoyenneté grecque, le forum romain, la Grande Charte anglaise de 1215, les villes et les universités libres du Moyen Age, le réveil des peuples au XIXe siècle.

L’Europe, c’est un patrimoine littéraire et mythologique : Homère, Virgile, Hésiode, les Eddas, le chant des Nibelungen et le cycle arthurien. C’est aussi Shakespeare, Perrault et Grimm.

L’Europe, c’est l’esprit d’invention et de conquête : c’est Léonard de Vinci et Gutenberg ; ce sont les caravelles, les montgolfières, les débuts de l’aviation et Ariane, ce sont les ponts jetés sur les mers.

L’Europe, ce sont les héros qui l’ont défendue au cours des siècles : c’est Léonidas et ses 300 Spartiates sauvant la Grèce de l’Asie ; c’est Scipion l’Africain préservant Rome de Carthage, c’est Charles Martel repoussant l’invasion arabe, c’est Godefroy de Bouillon délivrant les lieux saints et fondant le royaume franc de Jérusalem, c’est Ferdinand d’Aragon et Isabelle la Catholique libérant Grenade, c’est Ivan le Terrible éloignant les Mongols de la sainte Russie, c’est don Juan d’Autriche victorieux des Turcs à Lépante.

L’Europe, ce sont des hauts lieux : c’est le Parthénon, la Place Saint-Marc, Saint-Pierre de Rome, la Tour de Belém, Saint-Jacques de Compostelle, le Mont Saint-Michel, la Tour de Londres, la Porte de Brandebourg, les tours du Kremlin.

Tel est notre récit civilisationnel !

Aujourd’hui, l’Europe est l’homme malade du monde. Elle est culpabilisée, colonisée, affaiblie. Ce n’est ni fatal, ni durable. Arrêtons la repentance ! Retrouvons le fil de la longue mémoire. Ecoutons le message d’espoir de Dominique Venner :

« Je crois aux qualités spécifiques des Européens qui sont provisoirement en dormition. Je crois à leur individualité agissante, à leur inventivité et au réveil de leur énergie. Le réveil viendra. Quand ? Je l’ignore mais de ce réveil je ne doute pas. »

 ILIADE
Institut pour la longue mémoire européenne
Juin 2015

Correspondance Polémia – 23/06/2015

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias.
Jean-Yves Le Gallou

Les derniers articles par Jean-Yves Le Gallou (tout voir)