Articles

Morano Juppe 588x300

Nation et identité ethnique – 1re partie : L’affaire Morano et la « race blanche »

Print Friendly

Guillaume Faye, essayiste, écrivain.

♦ Cet article, en deux parties, est une brève analyse des rapports entre nation. La première partie porte sur le caractère explosif de la notion de « race blanche » appliquée à la France et à l’Europe. La seconde partie, à paraître ensuite, portera sur l’homogénéité ethnique de la France et de l’Europe, qui est au centre des débats avec la « crise des migrants », qui ne fait que commencer.


La transgression du tabou idéologique

Nadine Morano a mis les pieds dans le plat, avec sa verve naïve (ce n’est pas un reproche) de fille du peuple méprisée par l’oligarchie, pour ses propos sur « la France, pays de race blanche », en reprenant une réflexion de De Gaulle citée par Alain Peyrefitte dans C’était de Gaulle, au cours d’une émission On n’est pas couché de Laurent Ruquier en septembre 2015. Cette émission polémique et superficielle de France 2 est connue pour être le temple du politiquement correct, de la propagande officielle ; elle est le symbole de la pseudo-dissidence médiatique camouflée par la création de scandales maîtrisés. Eric Zemmour et Natacha Polony, trop incorrects, en ont été éjectés, remplacés par des perroquets de l’idéologie dominante (Aymeric Caron, Léa Salamé, Yann Moix…). Bref, Nadine Morano a enfreint le grand tabou. Elle a été piégée, certes, par le talentueux Ruquier (qui ne songe qu’à son audience et à ses cachets et qui adapte ses convictions à celles de son employeur) mais il fut l’arroseur arrosé. Il n’a pas ridiculisé Mme Morano, il a été son meilleur impresario politique.

Elle a été punie par son propre parti pour sa transgression de l’interdit idéologique absolu. Néanmoins, elle est gagnante, ainsi d’ailleurs que le Front national, qui peut remercier M. Ruquier. Sarkozy, en effet, est très embêté : ses sanctions contre Nadine Morano lui ont fait perdre immédiatement 6 points auprès des sympathisants des Républicains, selon le baromètre Ipsos–Le Point. Ce qui, au lieu de lui permettre de récupérer des électeurs passés au FN, va encore augmenter l’hémorragie des électeurs LR passant au vote frontiste. Nadine Morano a dit tout haut ce que le peuple de base pense tout bas.

Le politicien Juppé, cheval de retour, qui vise la présidence de la République sur une ligne centriste molle, a déclaré à propos de la polémique suscitée qu’assimiler la France à « la race blanche » le scandalisait : « Ça n’a aucun sens, c’est même intolérable de dire que la France est un pays de race blanche ». Usant de la langue de bois de la vulgate, il a rappelé le catéchisme : le sentiment national est fondé sur le « vivre ensemble » et réaffirmé son objectif oiseux de l’ « identité heureuse » – en réponse à l’essai de Finkielkraut L’Identité malheureuse qui a scandalisé l’intelligentsia bien-pensante.

Le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, a comparé Nadine Morano rien moins qu’à « une porte–parole du Ku Klux Klan. Une telle outrance laisse rêveur. Les deux grandes cocottes politiciennes bourgeoises de l’Ouest parisien, Valérie Pécresse et Nathalie Kosciusko-Morizet, ont été outrées par les propos de la fille de chauffeur routier, la seconde jugeant ses propos « exécrables ». Et Nadine Morano est évidemment éliminée par Sarkozy de l’investiture aux régionales dans la région Est. Elle est coupable d’avoir prononcé le mot tabou, « race », associé à l’épithète « blanche », circonstance aggravante. On est là dans une logique sémantique de nature religieuse, pour ne pas dire magique, très loin de la rationalité politique.

Nicolas Sarkozy, commentant la petite phrase de Nadine Morano, a lâché : « Ses derniers propos ne correspondent ni à la réalité de ce qu’est la France ni aux valeurs défendues par les Républicains ». Il a raison, paradoxalement : après des décennies de laxisme migratoire extra-européen en accélération constante, il est certain que le caractère « blanc » (d’origine ethniquement européenne) de la France est démographiquement en grand recul. A ce phénomène subi et refusé par le peuple s’ajoute la rupture culturelle provoquée par l’islamisation, elle aussi imposée au peuple qui n’a pas son mot à dire dans cette dépossession de son identité et de ses territoires. C’est la « démocratie », n’est-ce pas ? Cette dernière, qui s’oppose au « populisme » honni, signifie maintenant en réalité pouvoir de l’oligarchie, mot français pour Establishment.

Vulgate antiraciste, racisme anti–Blancs et obsession raciale

Ces réactions traduisent la haine ethnique de soi, l’ethnomasochisme des dirigeants et intellectuels français et européens, coupés des populations autochtones et ahuris par cette idéologie « antiraciste » dont les ressorts psychologiques – voire psychanalytiques – relèvent de l’obsession raciale.

Les propos de la directrice de France Télevision sont hallucinants : elle déplorait qu’il y eût parmi son personnel « trop d’hommes blancs de plus de 50 ans ». Si ce n’est pas du racisme anti–Blancs, on se demande ce que c’est… De même, les discours innombrables sur la « diversité » et la « mixité sociale », assortis d’obligations et de sanctions de la loi, sont des euphémismes, des simulacres linguistiques : ils dissimulent une stratégie de mélange forcé ethno-racial (et non pas « social ») dont les conséquences, par ailleurs, seront explosives.

Le racisme anti-Blancs (et antijuif), le seul réel, est une nouveauté sociologique qui n’est pas prise en compte par les élites et dissimulée par les médias. Il provient d’une population fort bien repérée, mais intouchable. Les lois « antiracistes » vont encore être durcies, en ciblant uniquement ceux qui s’en prennent à l’islamisation et à l’immigration invasive. Il s’agit d’intimider et de faire taire des médias comme Valeurs actuelles. Une telle logique mentale fait songer au syndrome collaborationniste des années 1940–1945…

On admet parfaitement et avec sympathie qu’un Africain estime que son continent est par essence de « race noire », ou qu’un Asiatique (Chinois, Japonais, Thaïlandais, Coréen, etc.) estime que son pays est de « race jaune ». En revanche, suggérer que l’Europe est de « race blanche » est criminalisé.

Il est en effet prohibé, incorrect, déplacé, nauséabond, scandaleux et immoral de penser et de prétendre que la France et l’Europe sont des ensembles de « race blanche » et, pis encore, qu’elles doivent le rester. Et personne ne s’offusque de la création du CRAN (Conseil représentatif des associations noires), ouvertement racialiste, qui, sous prétexte de lutter contre une « inégalité » et une « discrimination » fantasmées, vise à promouvoir le favoritisme envers les Noirs. Puisque les « races » n’existent pas, selon le catéchisme pseudo-scientifique de l’idéologie dominante, pourquoi le CRAN est-il subventionné ? Il s’agit bel et bien d’un lobby racial. Se revendiquer de la « race noire » est licite. Se revendiquer de la « race blanche » est illicite. On marche sur la tête.

Imaginons qu’il existe une structure mentionnant des associations blanches : elle serait immédiatement poursuivie et interdite. En réalité, ce n’est pas tant la mention de la « race » qui choque que l’allusion à la « race blanche », qui est seule a être accusée d’être « raciste ». N’est donc raciste que celui qui se réclame de la « race blanche » (supposée ne pas exister…), ce racisme constituant le péché capital le plus grave dans l’échelle du catéchisme de l’idéologie dominante.

L’antiracisme produit l’obsession raciale. Cette dernière est schizophrène, comme toute obsession : d’un côté, on nie le fait racial (pour soi), de l’autre, on le sublime (pour les autres). La notion de « race blanche » provoque un choc sémantique et psychologique dès qu’elle est évoquée. Le puritanisme antiraciste est autant lié à l’obsession raciale que le puritanisme sexuel à l’obsession sexuelle et il représente une forme biaisée de racisme.

Classes populaires et révolte ethnique

Nadine Morano a été autant condamnée pour ses propos dans sa famille politique, la droite, que par la gauche. Ce qui prouve à quel point la droite politique est ligotée par les idées de gauche qui la complexent et la paralysent, depuis bien longtemps. Et pourtant ce que Mme Morano a dit recoupe ce que pense la majorité de la population, surtout dans les classes populaires. Ce qui confirme l’énorme césure entre ces dernières et leurs représentants politiques. Les appareils politiques, de droite et de gauche, comme 90% des élites médiatiques, sont totalement déconnectés des sentiments du peuple. Facteur révolutionnaire à moyen terme.

Ivan Rioufol écrit, en faisant allusion au roman de George Orwell 1984, paru en 1949 :

« L’épisode Morano, né d’une polémique orwellienne sur l’emploi du mot “race”, a montré l’emprise de la pensée fléchée : elle commence par la mise sous surveillance du langage, passe par le détournement de mots vidés de leur sens, finit par la correction de la mémoire afin de l’accorder au présent. Rappeler ce qu’était la nation – blanche, gréco-latine, chrétienne – est devenu un délit pour le Système. En imaginant un “commissariat aux Archives” et un “ministère de la Vérité”, l’auteur de 1984 avait visé juste ; nous y sommes. » (Le Figaro, 16/10/2015).

Oui, nous sommes bel et bien entrés dans un totalitarisme soft.

Relevons l’hypocrisie de cette oligarchie politique, médiatique, intellectuelle qui pratique l’adage : « Faites ce que ce je dis, pas ce que je fais. » Partisans ombrageux de cette « diversité » et de cette « mixité », ces gens la refusent pour eux-mêmes. Jamais ils ne mettraient leurs enfants dans des écoles publiques avec une forte proportion d’élèves d’origine immigrée extra-européenne ; jamais ils n’accepteraient de cohabiter dans des immeubles ou des quartiers avec des familles africaines. Leurs sermons moralisateurs et leurs dogmes idéologiques sont en contradiction flagrante, schizophrénique, avec leur comportement privé.

Pour être clair, dans l’inconscient collectif du peuple français la France est un pays de « race blanche » et doit le rester très majoritairement. Le même sentiment est partagé dans l’opinion populaire de la plupart des pays d’Europe. C’est la conséquence de l’immigration incontrôlée depuis trente ans, dont seule (pour l’instant) la grande bourgeoisie oligarchique ne souffre pas. Une nostalgie de l’ « ancienne nation », ethniquement et culturellement européenne, est en train de se répandre. Elle est complétée par un refus croissant de cohabiter avec les nouvelles populations, dont une partie n’est pas pacifique. Cette configuration débouchera sur une explosion.

BIENTÔT, SECONDE PARTIE DE CETTE ARTICLE : « NATION ET IDENTITÉ ETHNIQUE 2. LES RACINES DE LA FRANCE »

Guillaume Faye
17/10/2015

Source : J’ai tout compris (blog de Guillaume Faye)

Correspondance Polémia – 19/10/2015

Image : conflit ouvert entre Nadine Morano et Alain Juppé.