Articles

Madame Saal et Monsieur Uber

Print Friendly

Alors que certains, comme Mme Saal, aux frais du contribuable, s’efforcent d’assurer la prospérité des taxis, d’autres, comme M. Uber, ne craignent pas de ramener les taximètres à zéro. Divergence toxique s’il en fut ! Prix de la course, inscrit d’avance au compteur : tôles froissées et mâchoires meurtries.

Cette sortie de route était évitable. Mais voilà : la loi Thévenoud, frappée en quelque sorte d’ataxie locomotrice, était restée en panne au garage.

Alors le président, quoique sa préférence allât au scooter, s’est intéressé à ces taxis. Bien entendu, on s’attend à le voir traîner en maraude et patienter jusqu’au moment de pratiquer la taxidermie sur les victimes : chaque époque a les taxis qu’elle peut. Bref, ce n’est plus du « Char de l’Etat » qu’il faut désormais parler ; les historiens évoqueront plutôt – grandeur et décadence – le « Taxi de l’Etat ».( Polémia – 2/07/2015)