Articles

polemia-voile-hijab

L’offensive laïque de Marine Le Pen

Print Friendly

En proposant, au nom de la laïcité, l’interdiction du port du voile islamique dans l’espace public Marine Le Pen a surpris, voire choqué. Mais elle a ainsi souligné avec justesse l’échec de l’intégration, a fortiori de l’assimilation, d’une large partie des populations musulmanes présentes en France, y compris lorsqu’elles sont détentrices administratives de la nationalité française. Le propos peut aussi être interprété comme le refus d’une certaine forme de colonisation des esprits et des territoires par l’islam. Pour éclairer ce débat Polémia présente deux textes contrastés : l’un de Michel Geoffroy, « Au secours les laïcs sont de retour », l’autre de Dominique Venner, « L’offensive laïque de Marine Le Pen ». Deux textes qui se complètent davantage qu’ils ne s’opposent. Voici le texte de Dominique Venner.


Devant la portée « métapolitique » des déclarations récentes de Marine Le Pen sur la laïcité, je vais me départir un instant de ma distance à l’égard de l’univers politique. Son offensive « laïque », pour reprendre le titre du Monde (22 septembre 2012), est à prendre au sérieux. Elle constitue une rupture majeure dans le discours sur l’immigration.

Occupant un terrain où on ne l’attendait pas, Marine Le Pen accentue son image moderne, plaçant ses adversaires faussement « républicains » face à leurs contradictions. En reprenant les principes fondamentaux de la République française pour condamner l’immigration islamiste, elle se fera entendre par une part importante de l’opinion qui lui restait fermée. Elle a trouvé des formules fortes auxquelles tout Français ne peut qu’applaudir : « La laïcité comme la liberté n’est pas négociable … Je mets à la porte tous les intégristes étrangers … J’interdis le voile dans l’espace public … Je rétablis le rôle de l’école publique et républicaine qui est de fabriquer des Français … »

Ayant souligné cela, je m’empresse de rappeler que mes appréciations concernant le domaine politique restent toujours conditionnelles et se placent sur le seul terrain des principes. Ma connaissance de l’histoire ancienne et récente ne m’autorise aucune illusion sur les paroles politiques. En me gardant de tout jugement sur les personnes, je sais et me souviens que les acteurs politiques sont soumis aux obligations de leur état et des luttes pour le pouvoir. Pour ne pas être dupe, je ne veux pas oublier les paroles et les actes du plus doué des acteurs de sa génération : « L’action ne se conçoit pas sans une forte dose d’égoïsme, de dureté et de ruse. » On aura reconnu le style du général de Gaulle qui fit de la duplicité et de la tromperie ses armes favorites.

Une offensive de haute politique

Ce bref rappel de principe étant fait, j’en reviens aux réponses percutantes de Marine Le Pen aux journalistes du Monde (publiées dans l’édition de ce journal datée du 22 septembre 2012). Oui, son offensive « laïque » est de haute politique, tissée d’audace et de courage au service de la lucidité. En quelques mots, elle a recadré la question toujours biaisée de l’immigration islamiste soutenue par des puissances étrangères pour détruire l’Europe et les Européens dans leur substance, et prendre sur eux une revanche écrasante.

Comme les grands politiques français au temps des Guerres de religion, Marine Le Pen a rappelé les principes fondamentaux, plaçant la nation au sommet des enjeux, une nation spécifique, à l’écart des croyances religieuses qui concernent la conscience de chacun et non la mission de l’Etat. Tel fut le fondement de la laïcité française, doctrine et pratique issues de conflits séculaires bien antérieurs à la Révolution et à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Cette loi ne faisait que tirer les leçons de notre histoire et des déchirements provoqués par la confusion entre politique et religion. Elle s’inscrivait dans la part la meilleure du projet républicain, au sens antique et moderne du mot. Elle mettait à l’écart les choix confessionnels privés au nom du bien commun qui les dépasse. Se plaçant sur ce terrain ferme pour mobiliser l’opinion, Marine le Pen décevra peut-être de petits cercles nostalgiques. Mais le folklore chouan et royaliste, aussi sympathique soit-il, n’est jamais que du folklore, à l’écart de la politique réelle et de l’avenir. Et si l’on prend un peu de hauteur, on se souviendra avec reconnaissance que les républicains de jadis, anticléricaux ou pas, ont enseigné dans leurs écoles à des générations de Français qu’ils avaient pour ancêtres les Gaulois et pas n’importe quoi ou n’importe qui.

Ayant dit ce qui me semblait à retenir dans le discours « laïciste » de Marine Le Pen, je peux maintenant exprimer certaines réserves que m’inspire la part « antieuropéenne » de ses propos. Au fond d’elle-même, sans doute fait-elle une nette différence entre la civilisation européenne millénaire commune à tous nos peuples et le cauchemar faussement européen de Bruxelles. Exprimer cette distinction serait certainement chose heureuse pour la qualité de son image et de son message.

Dominique Venner
30/09/2012