Articles

L’immigration, un épisode des conflits entre l’Europe et l’Afrique ?

L’immigration, un épisode des conflits entre l’Europe et l’Afrique ?

Print Friendly

Pierre Milloz trouve dans le « Contrat social » de Jean-Jacques Rousseau une explication aux déplacements de population entre les deux continents.

« Tous les peuples ont une espèce de force centrifuge par laquelle ils agissent continuellement les uns contre les autres et qui les pousse à s’agrandir aux dépens de leurs voisins. »
Avec ces quelques lignes du « Contrat social », Rousseau décrivait magistralement le moteur premier de l’histoire universelle. Ce moteur n’a jamais cessé de tourner et, tout comme la nature humaine dont il est l’expression, il connaît alternativement des phases de suractivité et de pause.
C’est pourquoi on peut se référer à ce texte pour analyser les relations millénaires entre l’Afrique et l’Europe. Leur histoire est celle de conflits qui surviennent de façon récurrente à des intervalles variables, parfois pluri-séculaires et à l’occasion desquels les « peuples » de chaque côté de la Méditerranée l’emportent à tour de rôle et s’installent sur la rive opposée pour un temps qui les mènera jusqu’au conflit suivant. P.M.


L’Antiquité nous montre déjà ce schéma historique.

Carthage franchit le détroit de Gibraltar et, dans les provinces qui seront celles du Sud espagnol, s’établit si profondément qu’une ville contemporaine porte encore son nom. Elle contrôle aussi la Sardaigne, la Corse et épisodiquement la Sicile. Plus tard, faisant face en son nom à l’Empire romain, Annibal, dans un raid militaire prodigieux mais vain, longera même toute la côte nord de la Méditerranée occidentale.

Mais bientôt va se dérouler l’épisode inverse. Rome chasse les Carthaginois de l’Ibérie, puis se transporte en Afrique même : elle y défait Carthage à Zama avant de s’y imposer et d’y imprimer durablement sa marque. La romanisation des élites locales de la rive sud de la Méditerranée sera telle qu’elles fourniront, en la personne de Septime Sévère, libyen d’origine, le premier empereur romain qui ne soit pas de souche italienne (si l’on veut bien admettre, avec la majorité des auteurs, la romanité de Trajan).

Destruction de l’empire romain par les Barbares, première incursion arabe en Europe

Grenade, jardins de l'Halambra, présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe siècle

Grenade, jardins de l’Alhambra, présence musulmane en Espagne du VIIIe au XVe siècle

Quelques siècles s’écoulent… quatre… cinq… Ce sont les Barbares qui détruisent l’Empire romain, mais bientôt les Arabes,  venus d’Orient, sont les nouveaux maîtres de l’Afrique du Nord. A leur tour ils franchissent le détroit et, s’avançant hardiment vers le nord, passent aussi les Pyrénées. La défaite de Poitiers les contraint bientôt à limiter leurs ambitions et ils s’installent pour plusieurs siècles en Espagne. Ils y exposent une civilisation étincelante dont on peut aujourd’hui admirer les traces, à Grenade notamment, et qui influe notablement sur la langue espagnole.

Cet enracinement sur la rive nord ne manque pas de susciter l’inévitable réaction en retour. Ce sera l’œuvre de la Reconquista. Son succès sera long. Bien que, sauf autour de l’année 1200, les Arabes et Berbères d’Afrique du Nord n’aient jamais été en mesure d’apporter une aide significative à leurs compatriotes d’Ibérie, la Reconquista aura exigé plusieurs siècles avant de s’achever en 1492 avec la reddition de Grenade aux Rois catholiques. Ces derniers expulseront les musulmans de Grenade et de Castille dès 1502.

Et aussitôt, comme pour marquer la permanence des alternances de part et d’autre de la Méditerranée, l’Espagne prend pied sur la rive africaine, occupe Melilla (1497) où elle est encore aujourd’hui et, plus brièvement, Oran (1509) et Bone (1510).

1830, la France envoie une armée en Algérie

Encore trois siècles… et voici une nouvelle tentative d’installation sur la rive opposée. En 1830, la France envoie une armée en Algérie et dans les quatre-

Prise de la Smala d'Abd el Kader en 1834

Prise de la Smala d’Abd el Kader en 1834

vingts années qui suivent elle étend sa souveraineté ou sa quasi-souveraineté à l’ensemble de l’Afrique du Nord. Durant cette période, notamment grâce à l’implantation d’une importante minorité d’origine française et européenne, elle diffuse sa civilisation dans des conditions qui gagnent l’acceptation d’une large partie des populations locales.

Mais, là encore, la réaction en retour arrive et s’inscrit dans le schéma déjà vécu. La puissance qui s’est implantée sur la rive opposée est une nouvelle fois chassée. Mais le sort de la population française installée là et celui des nombreux autochtones ralliés en harkis à la France posent alors un problème non seulement humain mais aussi politique.

L’enseignement du passé suggère en effet que les « peuples » de la rive sud pourraient un jour essayer à leur tour de s’implanter sur la rive nord : pour cette hypothèse, n’est-il pas capital d’obtenir au moins la sauvegarde sur place de cette importante minorité ? Pourtant, comme si elle avait à payer le prix humiliant d’une déroute militaire, la France accepte l’expulsion de ses citoyens et abandonne honteusement les harkis.

Immigrés clandestins en direction de l'Espagne

Immigrés clandestins en direction de l’Espagne

L’immigration de masse, constatée depuis une quarantaine d’années, notamment au départ d’Afrique du Nord vers la rive septentrionale de la Méditerranée et spécialement vers la France, doit-elle être interprétée comme une nouvelle illustration d’un processus récurrent ? Nombreux sont ceux qui le croient.

Certes, les modalités et le rythme sont radicalement nouveaux. La différence majeure est dans les motivations. Il n’y a à l’origine de l’immigration africaine contemporaine aucune hostilité, aucune volonté de conquête, mais seulement la recherche de conditions de vie meilleures. Il s’ensuit une autre différence avec les épisodes antérieurs : la traversée et le débarquement sur la rive opposée se font « civilement ».

Mais l’essentiel n’est pas dans les modalités, il est dans la mise en route d’un processus qu’un chiffre résume d’ores et déjà : actuellement, les immigrés et leurs descendants de première génération représentent 20% de la population totale de la France. Un tel résultat obtenu en moins d’un demi-siècle, alors que le rythme des arrivées ne donne aucun signe de faiblesse, est suffisamment éloquent.

Ce processus acquerra-t-il un jour le caractère conflictuel que Rousseau décrivait et auquel l’histoire de la Méditerranée conférerait plutôt une sorte de permanence ? S’il le fait, on s’interrogera trop tard sur cette politique, imprégnée de cosmopolitisme et avide d’effacement national, que suit la France depuis plusieurs décennies.

 Pierre Milloz
14/04/2014

Les intertitres sont de la réaction

Correspondance Polémia – 16/04/2013

Image :  En 218 av. J-C, Hannibal et son armée, composée d’environ 50 000 fantassins, 10 000 cavaliers et 37 éléphants, venant d’Espagne, arrivent dans la plaine de Roquemaure, aux berges du Rhône, fleuve qu’il faut franchir.