Articles

Nous sommes le Donbass

Les responsabilités du crash de l’avion de Malaysia Airlines (5/5) — Nous sommes le Donbass

Print Friendly

De la Palestine à l’Ukraine, le mondialisme tue en toute impunité.

♦ Ne mélangeons pas les genres, encore que les fondements des crises de Gaza et de l’Ukraine se retrouvent avec des sources communes, organisation du chaos, mise en place d’une pauvreté généralisée, bombardements violents et répétés des populations civiles… ; tout converge vers une mondialisation impérialiste, impudente et dominante.
Polémia a reçu de plusieurs contributeurs et correspondants un nombre certain d’articles qui nous ont paru intéressants de réunir en un dossier, sous forme de cinq publications.
C’est Ivan Blot qui ouvre ce dossier avec une analyse aristotélicienne, atypique et néanmoins intéressante, comme quoi la civilisation antique demeure toujours un des moteurs de notre société (première publication). Suivrons les dix questions posées à Kiev par le ministère de la Défense russe laissées toujours sans réponse à ce jour (deuxième publication), puis de nouveaux éléments fournis par ce même ministère (troisième publication), la présentation d’une nouvelle piste sur l’arme destructrice lancée contre l’avion de Malaysia Airlines (quatrième publication) et enfin, pour clôturer et conclure, une tribune de Jean-Jacques Rousseau avec son Nous sommes le Donbass (cinquième et dernière publication).
Voici donc la cinquième et dernière publication
Polémia


Nous sommes le Donbass

Tribune libre de Jean-Jacques Rousseau

A cette heure sombre de l’Histoire, alors que l’impérialisme avance ses forces, tous les territoires semblent occupés et mis sous coupe réglée par les agents de l’Atlantisme. Tous ? Non quelques peuples résistent encore et toujours à l’envahisseur.

___________________________________________________________________________________

Les sénateurs de Washington DC accompagnés des chacals de la CIA et autres commanditaires de multinationales ont fort à faire aujourd’hui avec la résistance slave dans le Donbass. En organisant un coup d’État néo-fasciste à Kiev, ils ont provoqué un soulèvement populaire armé dans l’Est du pays. Mais contrairement à leurs habitudes subversives, il ne s’agit plus de prendre pour cible un pays isolé, ou désinformé par une patiente propagande sur les bienfaits hypothétiques du « monde libre ». L’audace ici ne connaît plus de limites ; il s’agit de déstabiliser dans la cour d’une super-puissance – la Russie – ; il s’agit de substituer subitement aux valeurs de fraternité et de solidarité du monde slave, une culture anglo-saxonne basée sur la haine du faible et le pillage des ressources communes. Erreur fatale.

Cette témérité n’a pas seulement scandalisé le peuple ukrainien sur lequel s’acharne désormais une féroce répression policière et militaire, réveillé l’ours russe qu’il s’agirait d’urgence de garrotter par un nœud de sanctions diplomatiques et commerciales, elle provoque aussi partout l’indignation ! Il est indigne pour une puissance qui se prétendait – avec quelque insolence – « gendarme du Monde » de fouler tant de principes fondamentaux et de valeurs humanistes qui ont fait sa force et établit un consensus provisoire.

Principes fondamentaux du consensus international

Parmi ces principes inscrits soit dans la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique, dans la charte des Nations unies, ou dans le précieux Accord d’Helsinki sur la paix et la coopération en Europe, nous soulignons :

– La résistance à l’oppression ;

– Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ;

– La coopération loyale et l’amitié entre les peuples ;

– Le non-usage de la menace ou de la force ;

– La punition des crimes de guerre et des crimes contre l’Humanité.

Le principe de résistance à l’oppression est connu depuis l’Antiquité. Platon et Aristote y font référence dans leurs ouvrages. Les révolutionnaires américains et français l’ont inscrit dans leurs textes fondateurs. Lorsqu’un gouvernement légitime est renversé, qu’il y a abus de souveraineté, le pacte social est rompu. Le peuple n’est plus tenu d’obéir mais de résister à l’usurpation et à la tyrannie. Le peuple du Donbass est légitimé ici dans sa volonté de désobéissance civile et de former de nouvelles institutions préservant ses droits et intérêts. Il ne s’agit pas là de rébellion ni de terrorisme comme le prétendent les autorités de Kiev. Si elles tiennent à retrouver une quelconque autorité sur ces territoires, elles ne peuvent le faire que par la négociation et l’accord des populations concernées. En outre celles-ci sont autorisées à requérir aide et assistance de la Russie comme les colonies américaines l’ont fait avec la France. De même et dès lors la Russie est pleinement autorisée à répondre à cette requête et intervenir dans ce litige sans encourir aucune menace ni sanction légitime de la communauté internationale ni de l’O.N.U.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, « ou droit à l’autodétermination, est le principe issu du droit international selon lequel chaque peuple dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique, indépendamment de toute influence étrangère. » Ce principe est introduit dans le droit international par les signataires de la Charte des Nations unies en 1945. Ce droit s’oppose à l’idée contraire « d’une “mission sacrée de colonisation” » qui a fait l’incohérence logique et l’échec pratique de la « Société des Nations ». Il s’applique autant à l’Ukraine en général par le refus d’une mise sous tutelle par l’Union européenne, qu’aux Républiques du Donbass qui disposent dès leur proclamation d’un droit légitime à l’auto-détermination. Or, il s’agit d’un principe fondateur de la liberté politique que l’on ne trouve nulle part ni dans les traités européens, ni dans les déclarations diplomatiques, ni dans les pratiques de ces institutions. Ces manquements graves contreviennent aux principes du droit international, à l’esprit et la lettre de la charte de 1945. Ils sont lourds de différents portant atteinte à la paix et la coexistence pacifiques des peuples. En Ukraine le mépris de ce principe est une cause de guerre.

La déformation ou le mépris du droit international par l’Union européenne et les États-Unis prend des formes diverses. Helsinki par exemple insiste sur le principe d’égalité souveraine des nations comme condition préalable permettant coopération loyale et l’amitié entre les peuples. Or ni ce moyen, ni ces buts ne sont à l’ordre du jour de ces puissances. Au contraire leur prose et leurs actes sont offensants et inquiétants. Aujourd’hui 31 juillet 2014 à l’encontre de la Russie, considérée comme « puissance moyenne » – par on ne sait qui -, des sanctions financières et économiques sont mises en œuvre par l’Union européenne : c’est à dire « personne » puisque rappelons-le cette organisation n’a aucune existence juridique au regard du droit international. Et pour cause ! Il s’agit d’une fiction juridique agitée comme un épouvantail par les États-Unis. Cette marionnette est bien utile pour ceux qui la manipule, puisque aucune responsabilité, ni aucun droit de recours n’est possible devant le Conseil de Sécurité contre une entité sans existence légale. Ce qui est nouveau c’est que les sanctions étaient réservées jusque-là aux décisions du Conseil de sécurité seul habilité à prendre de telles mesures.

On objectera que des sanctions auraient été impossibles à prendre dans la mesure ou la Russie membre permanent du Conseil s’y fut opposée. Argument spécieux puisqu’il aurait fallu d’abord motiver la décision en droit, mais sur quelle base ? Sur la base du soutien de la Fédération de Russie au Donbass exercé conformément au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ? Sur la base de l’ingérence dans les affaires intérieures de l’Ukraine alors qu’il est manifeste que cette ingérence a d’abord été celle des U.S.A. et des pays de U.E dans la déstabilisation du gouvernement de Kiev lors des événements survenus pendant les Jeux Olympiques d’Hiver de Sotchi ? On voit bien que toute l’affaire est bancale et ne repose que sur du vent. Tout comme le recours à la force armée, les sanctions contre un État ou ses intérêts relèvent du Conseil de sécurité selon le Chapitre VII de la Charte relatif à « l’action en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’acte d’agression ». L’application de ces mesures coercitives n’ont d’intérêt qu’en vue de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité internationales. Hors de ce cadre strict on voit que ces dispositions ne peuvent avoir qu’un effet pervers, provocateur et contraire.

D’autant plus que sur le terrain la situation s’aggrave chaque jour d’avantage. La prétention de Kiev – qui ne dispose plus de gouvernement depuis quelques jours – de mener une simple opération de police « antiterroriste » ne trompe pas. Les moyens déployés sont ceux de l’armée, on mobilise des dizaines de milliers de jeunes gens et l’usage intensif de missiles non guidés contre des concentrations urbaines est avérée. Dans cette guerre totale qui ne veut pas dire son nom, ce bombardements massifs des villes, cette destruction de l’infrastructure économique, ces déplacements massifs de civils avec arrestation et l’exécution arbitraire de citoyens ou étrangers offre largement motif à une décision de l’O.N.U. pour faire cesser le feu et les hostilités, d’ouvrir une enquête sur les crimes contre l’humanité. Qui donc s’y oppose ? Si ce n’est la Russie qui manifeste depuis le début sa volonté d’un règlement pacifique du différent ?

Les ennemis du Donbass sont aussi les ennemis de la France

Nous mettons ici en évidence que les fins et les moyens usés pour réduire la résistance du Donbass ont déjà été utilisé contre le peuple français. Ne nous trompons pas. L’agression du Donbass c’est aussi l’agression de la nation française. La France s’est signalée depuis longtemps dans un rôle naturel d’arbitrage des litiges en Europe. Il s’agit d’un héritage de Louis IX dont les avis et la justice selon le droit & équité étaient recherchés pour rétablir la concorde et la paix.

Frappée par l’impérialisme germanique de nombreuses fois, elle su y résister de toutes ses forces, par l’assistance de ses alliés et de la Providence s’est toujours rétablie telle qu’au premier jour. Dans toutes les conférences la voix de la France fut respectée. Elle imposa le principe de liberté nationale, de tolérance religieuse, le triomphe de la raison et du respect d’autrui sur l’esprit d’intrigue, de pillage, de haine et de fanatisme.

La France qui jadis par son alliance avec l’Espagne, sa flotte et ses troupes a su préserver la fragile volonté d’indépendance des petites colonies américaines, se trouve bien mal récompensée par la jeune et fière nation. Depuis le traité de l’Atlantique Nord sans cesse sa souveraineté et ses droits sont menacés. Oui menacés – sous le prétexte fallacieux de défense du « monde libre » – par l’hubris d’une caste privilégiée de sénateurs et de magnats qui se rêvent à Washington maîtres de la terre et des cieux. Des hommes qui se sont imaginés une mission divine de domination universelle, un système d’accaparement général des ressources par la corruption, la trahison et la guerre. C’est ce que nous désignons comme l’impérialisme U.S. ou la stratégie atlantiste.

Il a été imaginé un vaste dispositif d’institutions régionales qui sous l’aspect formel de traités internationaux permet l’ingérence dans les affaires nationales. Ces traités, tels celui de Rome de 1957 ou le TCE de 2005 rejeté par référendum en France mais repris en 2007 sous une autre forme, n’ont strictement aucune valeur sur le plan du droit. Ils sont cependant accompagnés d’une telle propagande qu’ils passent pour légaux dans l’esprit d’une vaste partie de la population. Ce que l’on appelle « l’Union européenne » est en réalité un monstre juridique au regard du droit international, de la charte des Nations unies et une calamité politique, économique et sociale. Il existe une telle opposition juridique entre l’O.N.U. et l’Union européenne que cette organisation peut-être désormais qualifiée d’ennemie des Nations.

Ce nouveau « droit d’ingérence » est celui de la subversion et du désordre, celui de l’impérialisme made in U.S.A. On nous dit qu’il s’agit d’un mal pour un bien, d’un mensonge pour un petit bonheur. Puisque la souveraineté des nations européennes a été à l’origine des conflits du XXe siècle, en déposséder les nations les moins vigilantes permettrait de réduire les casi belli, les cas de guerre. C’est mal connaître l’Histoire ou n’en avoir rien retenu de ses leçons. C’est croire qu’un Empire puisse asservir une petite nation sans aucune conséquence, ni idéologique, ni pratique. C’est dire qu’il existe une inégalité naturelle entre les nations et entre les peuples et que le fort puisse détruire le faible sans troubler le cœur des justes. C’est tromper le monde et déranger les astres que d’établir une telle injustice comme système de gouvernement. La vérité – qui triomphe toujours on le sait – c’est que les puissances impériales sont nuisibles et que leurs fantaisies sont ruines, crimes et souffrances. C’est à ces traces sanglantes que l’on reconnaît la cruauté de l’oppression et la nécessité d’y résister pour rétablir paix et prospérité pour tous les peuples sans considération ethnique, culturelle ou discrimination de l’organisation politique et économique nationale. C’est ce que nous appelons la Liberté.

C’est de cette liberté dont nous sommes privés. L’ingérence d’un « droit européen » soit disant supérieur est une aberration condamnée dans tous les textes de référence selon lesquels aucun traité ne doit imposer d’ingérence intérieure sous peine de nullité. Elle prive chaque peuple du droit démocratique de déterminer ses propres lois, de choisir sa propre politique économique et sociale. Ceci par l’injonction impérieuse d’appliquer des « directives » émanantes de commissions obscures, de tractations entre corrupteurs et corrompus en petits comités, de collusions d’intérêts.

Qui donc en France, en Grande-Bretagne, en Espagne ou ailleurs peut cautionner encore une telle bassesse, une telle ignominie ? Qui donc juge acceptable de soustraire aux nations le droit de s’administrer elles-mêmes, de faire leurs propres lois, de battre monnaie selon leurs besoins, de régler – dans le cadre du droit international – leurs affaires diplomatiques en toute indépendance ?

La France comme nation historique est la première à souffrir de cet état de tyrannie. Les organisateurs de ce nouveau système politique, financier et commercial de type impérial ont longtemps tenu à « mettre au pas » cette nation souveraine, menaçant trop d’intérêts et déjouant trop de plans douteux par des décisions exemplaires. Rappelons-le elle fut première à coopérer avec l’Union soviétique, à reconnaître la Chine de Mao en 1964, elle va même en 2008 s’imposer comme négociatrice du conflit entre la Russie et la Géorgie, faisant taire les armes, épargnant les vies, provoquant la désescalade subite d’une crise inquiétante. On ne le dit pas assez mais un régime strict de sanctions lui est appliqué par les U.S.A. depuis son opposition à l’infâme agression de l’Irak en 2003. Pour les autorités U.S. il s’agit de « punir la France ». De là ces difficultés à trouver des partenaires commerciaux, à conclure des contrats d’exportations avec la plupart des pays sous leur influence.

Mais cette stratégie sournoise d’étouffement, de subversion intérieure n’a que trop duré. Nous sommes désormais arrivés à un point critique. Par l’accession au pouvoir du président F. Hollande, membre Young Leader du réseau de la French American Fondation proche de l’oligarchie U.S, des Rockfeller et de la CIA : il est douteux que la France tienne toujours ce rôle d’arbitrage diplomatique et de résolution pacifique des conflits qui est naturellement le sien. On voit bien que même sur le plan intérieur à aucun problème n’est apporté de solution et que seule une politique d’exacerbation communautariste et de déstabilisation politique est privilégiée par le couple exécutif Hollande-Valls.

Aux mêmes effets les mêmes causes. Lorsqu’on veut faire main basse sur les richesses industrielles, minières et agricoles de l’Ukraine : on prétend vouloir son entrée dans l’Union européenne. Lorsqu’on veut poursuivre à ruiner la France, laisser l’évasion fiscale ou le déficit commercial, conclure des traités de dupes avec les U.S.A., ralentir son économie, augmenter le chômage, provoquer la rupture du contrat social… on prétend que l’Europe est la seule solution d’avenir. Ici et là-bas la même stratégie du chaos, de la terre brûlée, de la terreur pour imposer l’agenda néoconservateur du profit sans partage.

Attaquer le Donbass ce n’est pas seulement piétiner la France mais c’est déclarer la guerre à tous les peuples

Non seulement la nécessité s’impose établir un système viable qui puisse se substituer à un libéralisme occidental totalement discrédité. Mais en même temps que le discrédit se dévoile un nouveau visage des U.S.A. : c’est celui de Méduse, celui de la terreur et de la folie.

Nous demandons au peuple russe patience et retenue dans ce cas de légitime défense car désormais il s’agit d’une lutte à mort que nous devons prendre à notre compte. Si aucun de nos gouvernements n’est capable d’intervenir pour trouver une solution diplomatique conforme au droit ce sera la guerre en Europe. Non cette guerre prévue de longue date contre un ennemi imaginaire et fabriqué par la propagande atlantiste, mais la guerre de chaque peuple contre son gouvernement fantoche, contre les imposteurs qui entendent les asservir pour des causes inutiles et injustes.

Rétablir les règles saines du droit international c’est contrecarrer la culture impérialiste, détruire les moyens d’influence et dispositifs institutionnels en particulier la dénonciation d’un traité Atlantique-Nord abusif et inutile, porter un coup d’arrêt aux intérêts corporatistes et féodaux de l’impérialisme U.S., rechercher et mettre hors d’état de nuire les agents atlantistes infiltrés dans les milieux politiques, économiques, les mass-médias et la société.

La première de ces mesures exceptionnelles sera de prendre des sanctions individuelles par le gel des avoirs bancaires et l’interdiction de quitter le territoire des responsables occidentaux de la crise ukrainienne. Puisque la nécessité s’impose nous enquêterons plus loin, nous irons trouver tous ces agents de « l’atlantisme » et leurs complices jusque dans leurs précieux cabinets et ils se souviendront du Donbass !

 Jean-Jacques Rousseau (son site)
1/08/2014

Source : Agora Vox

Correspondance Polémia – 3/08/2014

Image : Rassemblement de soutien au Donbass. Moscou, le 2 août 2014. (Sur la bannière: les portraits de Vladimir Poutine (G) et du commandant Igor Strelkov. On peut y lire : «Tout le monde les connaît»).

 Voir à la suite :

(I) Les responsabilités du crash de l’avion de Malaysia Airlines (I)
(II) Crash Boeing : 10 questions posées à Kiev restent sans réponse
(III) Le ministère de la Défense russe fournit de nouveaux éléments d’analyse sur le MH-17
(IV) MH-17 et Su-25