Articles

Controle Immigration

Les migrations vers l’Europe seront-elles un jour contrôlables?

Print Friendly

Jean-Paul Baquiast, ENA, ancien haut fonctionnaire, carrière administrative au ministère de l’Economie et des Finances, essayiste.

♦ Il n’est pas possible de considérer l’augmentation croissante des migrations de populations moyen-orientales et africaines vers l’Europe comme un événement de circonstance, pouvant être attribuées à des causes occasionnelles, et qui disparaitra avec le disparition de ces causes.

Il faudrait au contraire considérer ces migrations comme révélatrices de phénomènes plus profonds, appelant des approches scientifiques, c’est-à-dire si possible à l’abri de considérations partisanes.

Il en serait de même des migrations actuelles vers le nord de nombreuses espèces vivantes si les biologistes les attribuaient à des causes propres à chaque espèce, sans faire l’effort de les relier à un phénomène plus général, le changement climatique, pour lequel d’ailleurs l’analyse scientifique ne fait que commencer. `


Malheureusement, dès que l’on essaye d’aborder la question des migrations vers l’Europe, l’on se heurte à toute une série de critiques. Certaines sont bien intentionnées, même si mal fondées. D’autres au contraire relèvent d’une guerre délibérée faite à l’Europe. Ce qu’elle a conservé de spécificités sociales et culturelles est considéré comme insupportable par ses rivaux et adversaires. Pour ceux-ci, l’entrée massive en Europe de populations dotées de spécificités sociales et culturelles toutes différentes permettra de ramener l’Europe au niveau du reste du monde.

Pour ces critiques, prétendre que les Européens doivent étudier de façon aussi scientifique que possible les phénomènes de migration menaçant leurs spécificités est considéré comme attentatoire aux droits de l’homme ou relevant d’autres motivations tout aussi condamnables. Une raison de ce refus tient évidemment au fait qu’étudier aussi scientifiquement que possible ces phénomènes pourra suggérer des remèdes eux-mêmes aussi scientifiques que possible, c’est-à-dire échappant aux critiques de stigmatisation, racisme et autres rejets de la différence. Beaucoup se refusent à les entendre.

Des pistes d’analyse

Nous n’entreprendrons pas dans le cadre de cet éditorial d’envisager sérieusement des pistes pouvant permettre de mieux comprendre la nature profonde des entrées migratoires affectant l’Europe, et moins encore envisager la façon dont l’Europe pourrait échapper à la dissolution qui la menace. Ces pistes ont d’ailleurs été évoquées par d’autres plus compétents que nous. Mentionnons seulement quelques thèmes. Les principales pistes relèvent de phénomènes évolutifs, sur lesquels à court terme, c’est-à-dire en temps utile, il ne parait guère possible d’agir. Citons la croissance démographique hors normes affectant l’Afrique et certains pays du Moyen-orient. Elle coexiste avec le changement climatique qui réduira considérablement les productions vivrières. Sur le plan religieux, tant chez les musulmans que chez les chrétiens, la persistance de normes interdisant la contraception ne fera qu’aggraver la situation.

Dans le domaine géopolitique, il n’est pas possible par contre de passer sous silence la guerre de moins en moins froide menée par les Etats-Unis contre la Russie et ses alliées du Brics. Dans cette guerre, l’Europe, via l’Union européenne et l’Otan, a toujours été considérée comme un avant-poste devant rester sous contrôle. Or comme des désirs d’émancipation commencent à se faire jour en Europe, accabler celle-ci de migrations massives artificiellement suscitées ne pourra que la désorganiser et la rendre à nouveau docile. On peut craindre que les élections en préparation à la Maison Blanche ne changent rien à cette manifestation de la superpuissance américaine dont l’Europe est pour le moment incapable de s’émanciper.

Il faut aussi évoquer un phénomène universellement répandu dans la nature: le fait qu’au sein de la concurrence pour survivre que se livrent les espèces, celles qui pour des raisons tenant au passé ont pu acquérir des avantages compétitifs font l’objet d’attaques incessantes des autres espèces, voulant s’emparer de leurs acquis. La plupart des premières n’y résistent pas. Celles qui le font ont pu acquérir des défenses suffisantes toujours dans le cadre de la compétition darwinienne, pour se maintenir en vie. Or, dans le domaine des luttes entre pays et groupes de pays pour maintenir ou acquérir des positions favorisées, en terme de niveau de vie comme plus généralement socio-économiques, l’Europe continue à faire envie.

Certes, on fait valoir que tout au long du XIXe et début du XXe siècle, elle a acquis ces avantages par la guerre et la colonisation. Mais serait-ce un argument recevable par les Européens d’aujourd’hui, si les pays ayant souffert de ces guerres et colonisations exigeaient d’eux qu’ils abandonnent volontairement tous leurs avantages acquis, pour retrouver le niveau des plus pauvres. Évidemment pas. Ils ne le feront que sous la contrainte, et les entrées migratoires massives seront à l’avenir la forme la plus efficace de cette contrainte.

On peut comprendre que face à cette situation, les Européens fassent appel aux fermetures de frontières, protections réglementaires et le cas échéant, mobilisation de leurs forces armées, pour défendre leurs avantages relatifs. Ceci d’autant plus que des mesures plus acceptables en termes humanitaires, visant à une redistribution partielle des « richesses » européennes, n’auraient qu’un effet marginal – face aux besoins qui seront ceux, par exemple, des 4 milliards d’Africains prévus pour la fin du siècle.

Une défense impossible?

Ceci dit, même défendre par la force les frontières européennes n’aura qu’un effet limité et non durable. Les expériences actuelles entre la Grèce et la Macédoine, comme la défense, il est vrai, encore pacifique, de la Méditerranée, montrent que les forces européennes ne résisteraient pas face à des millions de migrants déterminés. Si les premiers migrants tombaient victimes d’éventuelles défenses européennes à la mitrailleuse ou par blindés – à supposer que les Européens veuillent y recourir – les autres exerceront des pressions en masse, fussent-elles suicidaires, pour forcer les lignes. La défense européenne, en son état actuel, ne tiendrait pas longtemps face à ce qui deviendrait une véritable guerre aux frontières.

Ce d ‘autant plus qu’au sein même des pays européens, des groupes terroristes prendraient un relais déterminé, initialement soutenus par des « organisations humanitaires » se comportant, involontairement ou consciemment, en « ennemis de l’intérieur ».

Le lecteur conclura de ce qui précède que la prétention que nous affichions d’étudier les flux migratoires avec des méthodes un tant soit peu scientifiques, n’aurait guère d’effets pratiques. De même que dans un autre domaine, les changements climatiques sont en route et que rien ne les arrêtera, les offensives migratoires contre l’Europe n’apparaissent pas maîtrisables. Les Européens devront, à brève ou longue échéance, rejoindre le niveau de vie des pays les plus pauvres. Ils n’en mourront pas pour autant, dira-t-on.

Jean-Paul Baquiast
01/03/2016

Correspondance Polémia – 5/03/2016

Image : François Hollande a annoncé vendredi que la France allait envoyer un bateau dans le cadre de la force de l’Otan mise en place en mer Egée, pour assurer le contrôle des flux migratoires (!)

Traduction : L’Otan fera tout pour faciliter l’invasion de l’Europe.
Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/18977-migrants-controle-migratoires-france-envoyer-bateau.html