Articles

Les marchés de Noël ça suffit !

Les marchés de Noël ça suffit !

Print Friendly

Tribune libre de Michel Geoffroy

♦ Noël est une fête très ancienne, qui marquait le changement d’année et donc le renouvellement du cycle du temps à partir du solstice d’hiver. Elle marquait la satisfaction de voir que l’année allait bien recommencer et que le ciel ne nous tomberait pas sur la tête. Car nos ancêtres avaient gardé la mémoire de cataclysmes anciens. Et aussi le retour prochain de la lumière dans les contrées froides de nos origines.
Bien avant qu’elle ne devienne un temps fort du christianisme désignant la naissance du Christ, Noël était donc déjà une fête pour les Européens.


Le tabou de Noël

C’est pourquoi Noël et ses symboles sont depuis longtemps la cible des intégristes laïcs, des cosmopolites et de tous ceux qui « ont la haine » de notre identité.

Ainsi dans un certain nombre de pays anglo-saxons on ne veut déjà plus célébrer Noël au motif de ne pas « heurter » ceux qui ne sont pas chrétiens : on retire les sapins des écoles et l’on évoque les « fêtes » en général pour ne pas prononcer le mot maudit, au prétexte du multiculturalisme et de l’inclusion des allogènes. Lentement ce changement s’insinue aussi dans notre pays.

Mammon supplante Noël

En France on a choisi, en outre, manifestement de transformer Noël en fête de la consommation. L’offensive contre la symbolique identitaire de Noël prend ainsi la forme emblématique du marché : on met ainsi de plus en plus Noël sous le patronage de Mammon, le seul vrai dieu de l’oligarchie. On réduit Noël à une affaire de shopping, comme l’on dit.

2 sensee-marche-noel-paris-4Nos villes se couvrent aussi de « marchés de Noël » stéréotypés et de plus en plus envahissants.

Les marchés de Noël : un caravansérail mondialiste

Ils se présentent en effet  tous sous la même forme : des rangées de petites baraques en bois où l’on vend de tout. Car ces marchés de Noël se doivent d’être mondialistes, bien entendu. On y vend donc des colifichets africains, des ponchos d’Amérique latine à côté des santons, de la barbe à papa, du vin chaud et de la charcuterie. Sans oublier les poupées « russes », les 3 sensee-marche-noel-paris-5cache-cols ou les bijoux fantaisie fabriqués… en Chine.

Ce n’est pas un marché mais un caravansérail au sein duquel déambule la foule solitaire des consommateurs, c’est-à-dire la ressource humaine du Système célébrant une nouvelle fois le culte de Mammon pour le plus grand bénéfice des commanditaires.

Quel beau symbole de la marchandisation du monde, qui détruit tout sens à l’existence et qui réduit tout à l’argent ! Car ce n’est pas l’or, l’encens et la myrrhe que nous apportent ces marchés de Noël : mais la grande profanation  du fric, du toc et de l’homme aux semelles de vent.

Il faudra aussi chasser ces marchands de notre temple.

 Michel Geoffroy
20/12/2013

Correspondance Polémia – 22/12/2013

Image : Marché de Noël des Champs Elysées 2013. « Même si cette année, les décorations sont particulières : rien de traditionnel alors, même si l’évolution a du bon et que la démarche est écologique je trouve le résultat décevant. » (Source : http://lemag.sensee.com)