Articles

Les Américains reviennent dans le ciel d’Irak

Les Américains reviennent dans le ciel d’Irak

Print Friendly

« Stupéfiant retournement de l’Histoire. »

♦ Y aurait-t-il symbole plus fort de la barbarie qui s’est emparée du Proche-Orient, à Gaza, à Damas et Bagdad, que le drame que vit le peuple yézidi réfugié sur une montagne du nord de l’Irak pour fuir des djihadistes décidés à exterminer « ces adorateurs du diable »? Les Yézidis pratiquent une religion venue de la Perse antique.


Comme les Chrétiens d’Irak chassés de Mossoul et Karakosh, ils sont persécutés et massacrés par les fanatiques sunnites de l’Etat islamique dont l’offensive menace désormais le Kurdistan, sans qu’ils aient renoncé à prendre Bagdad pour y établir leur califat. Des parachutages de vivres sont parvenus hier aux milliers de Yézidis assiégés sur les pentes du mont Sinfar. Le soutien du Conseil de sécurité de l’ONU saisi par la France et les chasseurs-bombardiers de Barak Obama entretiennent l’espoir de stopper l’avancée djihadiste. L’installation d’un Etat Islamique fanatique au cœur de l’Irak démembré serait un cauchemar pour toute la région et bien au-delà.

En quelque sorte, le président américain envoie ses F16 tenter de préserver ce que les F16 de Bush ont fini par détruire: un Irak multiconfessionnel. “Il n’y a pas de solution militaire américaine à cette crise” soutient Obama, élu président sur son engagement de faire quitter l’Irak à l’armée américaine et condamné aujourd’hui à envoyer l’aviation pour éviter le désastre. Dans un étonnant renversement d’alliance, les Américains se retrouvent aux côtés de l’Iran pour consolider la résistance kurde des peshmergas, ennemis de tous dans le passé, dernier recours désormais après l’effondrement de l’armée irakienne créée de toutes pièces par les Américains.

Stupéfiant retournement de l’Histoire pour un peuple kurde persécuté par la Turquie, la Syrie, l’Iran et l’Irak et qui s’affranchit, riche de son pétrole, pour ériger un premier rempart contre la barbarie venue de la guerre syrienne et des décombres du régime de Saddam Hussein. Les Kurdes ont la réputation de soldats féroces. Leur capitale Erbil vit sous la menace des djihadistes parvenus à une quarantaine de kilomètres après avoir pris le contrôle du plus grand barrage d’Irak. La bataille qui s’engage dépasse de très loin les frontières de ce que fut l’Irak.

 Jean-Louis Hervois
éditorial
Charente Libre .fr
9/08/2014

Correspondance Polémia – 13/08/2014

Image : Irak,la fuite des Yézidis.