Articles

L’économie française : expansion et déclin (1950-2011)

L’économie française : expansion et déclin (1950-2011)

Print Friendly

Une étude de Michel Leblay sur l’économie française présentée par Pierre Milloz –

Polémia présente aujourd’hui une très remarquable étude portant sur l’évolution qu’a connue l’économie française depuis la fin de la guerre. Due à la plume de notre ami Michel Leblay, elle ne laisse rien dans l’ombre et se termine par des propositions constructives qui, sans sacrifier l’indépendance et les intérêts de la France, nous permettraient de mieux faire face aux défis lancés par le monde extérieur. P.M.


Lorsqu’il passe en revue l’histoire de cette période, Michel Leblay met en relief le contraste entre deux épisodes : le premier va de 1950 aux premières années 1970, avec une prospérité exceptionnelle assise sur une croissance continue ; le second, jusqu’à nos jours, est constitué par « quatre décennies d’un affaiblissement économique progressif ». Pour autant, il  prend garde de ne pas dresser de ces deux époques un tableau trop monocolore : il montre les difficultés rencontrées pendant la période de prospérité comme il relève les succès parfois circonstanciels obtenus depuis 1973.

Mais le contraste d’ensemble n’en reste pas moins frappant et Michel Leblay analyse avec précision les caractéristiques principales de ce qu’il a appelé un affaiblissement progressif. Le lecteur « voit » littéralement le taux de croissance baisser peu à peu, la valeur ajoutée par l’industrie diminuer dans des proportions dramatiques par rapport au PIB, le solde de la balance commerciale rester le plus souvent négatif, la productivité horaire du travail chuter irrésistiblement, la part des salaires dans la valeur ajoutée des entreprises non financières baisser (depuis 1987), etc., etc.

Michel Leblay montre que ce changement majeur doit être attribué à plusieurs facteurs : la mutation d’un capitalisme industriel vers un capitalisme financier, une révolution technique (celle du traitement de l’information), la forte exposition à la concurrence internationale, l’avènement de nouveaux compétiteurs aux structures sociales différentes.

Il semble bien, si l’on met à part la révolution technique de l’information qui a ses causes spécifiques, que l’origine de ces modifications se situent dans un bouleversement fondamental dans la conception des relations entre les nations. La deuxième guerre mondiale et ses horreurs avaient inspiré une sorte de réserve méfiante envers une situation millénaire : désormais la séparation des peuples en entités distinctes était accusée d’être la source capitale des conflits. Un mouvement de pensée déjà ancien, le cosmopolitisme, s’est alors affirmé. Il n’espérait certes pas effacer du jour au lendemain la multiplicité des nations. Mais du moins il préconisait de travailler à un rapprochement généralisé, de supprimer les frontières, de multiplier les échanges dont naîtrait l’amitié, de dédaigner les soucis d’identité et d’indépendance nationales, d’ignorer autant que possible les particularités des hommes, d’insister, au contraire, sur ce que ceux-ci ont en commun, d’ériger l’amour de l’Autre en une obligation vertueuse, bref, d arriver à une sorte d’uniformisation universelle.

Ce mouvement de pensée, dont on ne contestera pas la prétention à une certaine noblesse mais auquel on reprochera son irréalisme (1), a reçu l’appui de forces puissantes : les Etats-Unis, qui y sont attachés au profit de leur domination politique (2) et une nouvelle super-classe mondiale qu’intéresse la suppression des obstacles aux activités économiques et financières les plus rentables (3). Ainsi le cosmopolitisme a-t-il obtenu, assez loin de l’idéal affiché, ce qu’on appelle la mondialisation. La mondialisation a produit la situation dont Michel Leblay nous dresse le portrait.

Comment la France peut-elle, dans ce cadre, redresser sa situation économique ? L’auteur consacre les dernières pages de son travail à répondre à cette question.

Il ne propose pas de verser dans l’idéologie libérale prônée par les Anglo-Saxons (lesquels, d’ailleurs, ne se privent pas d’y renoncer lorsqu’ils y trouvent intérêt) et il souligne le rôle de la puissance publique. L’Etat ne peut sans doute plus agir comme il le faisait dans les années 1950-1972 par la planification à la française, mais il lui appartient de viser à reconstituer un appareil industriel compétitif, notamment en resserrant les liens entre les grands groupes à vocation internationale et les sociétés petites et moyennes implantées localement, souvent porteuses d’innovation.

Michel Leblay insiste enfin sur trois aspects importants :

1°/ – L’ouverture économique sur l’extérieur.

Il note que le déséquilibre des échanges de produits manufacturés s’accroît sans cesse avec les pays nouvellement industrialisés et, aussi, que lorsque nos entreprises exportent des produits à haute valeur ajoutée, des transferts de technologie sont souvent exigés par les acheteurs, ce qui obère évidemment notre compétitivité.

En conséquence, il recommande des restrictions à l’ouverture économique : elles pourraient prendre la forme, en accord avec l’Union européenne, d’une sorte de préférence dans l’attribution des marchés publics. Il suggère, en outre, la création ou la recréation de centres de production de biens à haute technologie, de conception nationale.

2°/ – La politique fiscale.

Michel Leblay propose un transfert vers l’impôt d’une part des charges sociales pesant sur les entreprises : cette mesure aurait pour effet d’annuler, à hauteur de la proportion retenue, la distorsion de concurrence dont bénéficient sur le marché français les exportateurs étrangers.

L’inconvénient d’une telle mesure serait évidemment d’accroître le taux des prélèvements obligatoires alors précisément que le taux français est particulièrement élevé : une meilleure maîtrise des dépenses publiques s’impose aux yeux de Michel Leblay.

3°/ – La monnaie.

L’euro est un facteur aggravant des difficultés actuelles en raison notamment de l’hétérogénéité économique des pays qui composent la zone. La solution (qui, cette fois, prendrait à rebrousse-poil les autorités européennes) résiderait dans la substitution à la monnaie unique d’une monnaie commune, chaque pays récupérant sa monnaie nationale. La création de la monnaie commune en laquelle seraient effectuées toutes les transactions extérieures s’accompagnerait de strictes obligations, propres à éviter une dispersion dommageable aux transactions intra-européennes.

Michel Leblay conclut en rappelant l’impératif industriel qui marquait les Plans de la période de la grande expansion et, du même coup, il revient à l’événement majeur qui a, peu à peu, annulé cet impératif : l’intégration progressive de la France dans l’espace économique mondial.

 

Pierre Milloz
5/05/2013

N.B. On lira l’étude intégrale de Michel Leblay en Pdf, présentée par Pierre Milloz en cliquant ici

 

Notes :

(1)     Ce mouvement bute en dernière analyse sur une réalité biologique : la filiation. La filiation perpétue les particularités parce que le lignage et l’ascendance commandent l’affectivité de l’homme. La « théorie du genre » et le « mariage pour tous » sont deux des manières pour ce mouvement de s’attaquer à cette réalité. Les politiciens de droite y aident de leur mieux : par exemple, ce conseiller du président Sarkozy pour qui « en République, la filiation n’est pas biologique, elle est juridique » ou ce ministre du même président qui a introduit la « théorie du genre » à l’école.
2)      Politique et… militaire : les Etats-Unis dépensent à eux seuls 43% des dépenses mondiales d’armement.
3)      M. de Rothschild écrivait le 18 juillet 1970 : « La structure qui doit disparaître, le verrou qui doit sauter, c’est la nation ».

Correspondance Polémia – 10/05/2013

Image : Pronostic prémonitoire.
Un déclin irrémédiable de l’industrie française malgré la reprise
Danièle Licata (L’Express 08/07/2011)