Articles

Le vrai communisme du XXIe siècle

Le vrai communisme du XXIe siècle

Print Friendly

Gédéon Pastoureau, écrivain dilettante velléitaire

♦ « Il nous faudra mettre en œuvre des trésors de constance, d’intelligence et de courage politique pour continuer à montrer et dénoncer le caractère essentiellement totalitaire de l’islam. »

Après les émeutes de 2005, Alain Finkielkraut eut cette formule, heureuse métaphore polémique, selon laquelle l’antiracisme était le communisme du XXIe siècle. Un idéal au départ généreux qui donne lieu à une insidieuse terreur intellectuelle et à une censure de la pensée, l’audacieux parallèle met bien en lumière la dérive dogmatique de l’antiracisme. Si l’aspect totalitaire de celle-ci peut être abondamment illustrée, comparaison n’étant pas raison, on conviendra que les crimes de masse du communisme surpassent, en terme d’ampleur et de gravité, l’abrutissement des masses par l’antiracisme.

Le véritable communisme de notre siècle, lui, tue vraiment. Et comme le communisme, son système immunitaire lui permet de le faire tout en niant être impliqué dans les meurtres perpétrés en son nom. Le véritable communisme du siècle, c’est l’islam.


Quand l’amalgame fait florès.

Le terme « amalgame », en tant que vocable défensif utilisé afin de flétrir celui qui dénonce une réalité que l’on veut nier sans avoir à argumenter, semble faire son apparition en France lorsque des voix se font entendre pour rapprocher les crimes du communisme et ceux du nazisme.

Jean-François Revel, dans son livre La grande parade, décrit les pathétiques convulsions et l’aveuglement de la gauche française (« même et surtout non communiste ») après l’effondrement du régime soviétique. Sous-titré Essai sur la survie de l’utopie socialiste, l’ouvrage de Revel donne à voir la puissance des mécanismes du déni qui se mettent alors à fonctionner et à structurer une certaine pensée politique en France.

Il nous rappelle par exemple que, lors de la sortie du Livre noir du communisme, les porte-voix de la socialie française s’indignèrent bruyamment du rapprochement qui y était fait entre totalitarisme communiste et totalitarisme nazi : pour eux, la belle et pure idée communiste ne saurait être criminogène et ceux qui prétendaient affirmer la comparabilité des deux idéologies étaient de dangereux réactionnaires. C’est Jean-Marie Colombani qui sera parmi les premiers à se servir du terme d’« amalgame », tandis que l’historienne rouge Lilly Marcou qualifiera l’ouvrage dirigé par Stéphane Courtois de « cadeau offert au Front national à l’heure du procès Papon ».

On le sait, l’accusation d’amalgame et sa pratique pavlovienne (le chantage au FN) constituent l’alpha et l’oméga de la contre-critique de gauche. Ces derniers peuvent apparaître telles des armes grossières mais leur efficacité n’est plus à prouver : on jette le discrédit à peu de frais sur un ennemi dialectique ainsi diabolisé, lequel n’a alors d’autre choix que de répondre à cette accusation et ne peut ainsi que difficilement argumenter sur le fond. De nos jours, ces basses armes sont toujours maniées avec autant de bonne conscience. Ainsi, la description de ces mécanismes de défense, au-delà de l’intérêt propre lié à l’histoire politique de notre pays, présente l’avantage de nous aider à mettre en lumière les mécanismes de défense de ceux qui refusent que l’on critique l’islam.

Celui qui ressasse aujourd’hui que « Vous faites le jeu du FN / de l’extrême-droite » lorsqu’on se borne à critiquer l’islam et ses crimes, se présente comme le digne héritier de Robert Hue, secrétaire national du PCF, qui, lors de l’émission de télévision « La Marche du siècle » consacrée au Livre noir du communisme, devant l’énoncé des crimes du communisme, se trouva fort intelligent, en guise de réponse, de sortir de sa poche et d’agiter sous le nez de Jean-François Revel et de Stéphane Courtois un exemplaire du journal du FN. Il est aussi l’enfant spirituel du Premier secrétaire du Parti socialiste d’alors, un certain François Hollande, qui déclarait, lors de la sortie du Livre noir : « Chercherait-on à préparer des alliances avec l’extrême-droite, que l’on prétendrait ainsi légitimer d’avance ? ». Hier, tout anticommuniste, en plus d’être un chien, couchait avec l’extrême-droite. Aujourd’hui, la critique de l’islam est islamophobe, donc objectivement d’extrême-droite. L’anticommunisme primaire d’hier est l’islamophobie d’aujourd’hui.

Celui qui brandit le désormais classique chantage à l’amalgame pour ne pas vous répondre lorsque vous évoquez le lien entre les textes, l’histoire de l’islam et les tueries contemporaines commises au nom d’Allah, se discrédite car il prétend, par une formule devenue magique, désunir ce qui est lié, et se montre ainsi dans l’incapacité de démontrer que l’islam ne serait pas criminogène. De même, celui qui clame #Notinmyname sur les réseaux sociaux se ridiculise : ce n’est effectivement pas en son nom que l’on tue et que l’on propage l’islam par l’épée et la terreur, mais au nom de l’idole qu’il a en commun avec celui-ci. Il peut bien prétendre se désolidariser des bourreaux, l’islam est et demeurera leur trait d’union insécable.

L’injonction « Pas d’amalgame ! » peut donc bien se décliner à l’envi : « #Notinmyname », « Ce n’est pas ça, l’islam », « Que faites-vous des millions de musulmans pacifistes, qui ne veulent que vivre simplement et qui condamnent ces violences ? », du point de vue des slogans, le système défensif est le même que celui qu’utilisèrent avec la plus grande indignation les ardents défenseurs du socialisme dès la parution de l’Archipel du goulag, en 1973.

Le salut par les intentions.

Se réclamant d’un prototype parfait, l’islam et le communisme ont en commun de n’avoir de compte à rendre à personne. Le subterfuge essentiel des zélateurs du communisme fut de disjoindre leur idéal des fruits que celui-ci engendrait : si monstrueuse ait été la mise en œuvre du communisme, celui-ci demeure un immaculé progressisme puisque ses intentions étaient pures. Par voie de conséquence, ses contempteurs sont des réactionnaires. Il en va exactement de même aujourd’hui pour l’islam.

La pureté des intentions, c’est ce qui différencie, nous dit Revel, les totalitarismes directs (ceux qui annoncent la couleur : le nazisme) et les totalitarismes indirects (ceux qui, s’appuyant sur un projet utopique, se parent des intentions les plus nobles et les plus morales : le communisme). Dans cette classification, les moins désinformés auront toutefois du mal à savoir où mettre l’islam. En effet, qui s’est penché sur l’histoire de l’islam, a lu le Coran et a pu parcourir quelques hadiths, sait que les crimes commis sous la protection miséricordieuse d’Allah y trouvent leur justification en toutes lettres. Difficile, dans ce cas, de parler comme Revel d’un totalitarisme utopique (indirect). Mais dans le même temps, ceux qui défendent l’islam comme n’ayant rien à voir avec les crimes commis au nom de son expansion n’ont de cesse de renvoyer aux versets les plus pacifiques, tout en relativisant, en écartant ceux qui le seraient moins. À ce titre, on peut tout à fait voir l’islam comme relevant du totalitarisme utopique. En définitive, l’ambivalence même du message coranique, que l’on ne peut de toute façon pas appréhender en tant que mécréant, place l’islam dans une position floue : l’essence totalitaire qu’il sécrète demeure relativement insaisissable puisque le message délivré / reçu n’est pas clairement énoncé.

L’islam appartiendrait ainsi à une troisième forme de totalitarisme, une forme hybride mêlant, à travers ses diverses interprétations, la forme directe (passant par les éléments guerriers et légalistes de ses textes) et la forme indirecte (liée à ses éléments utopiques et transcendants), lui permettant de s’affranchir des crimes commis en son nom bien plus facilement que le communisme.

L’Internationale, avec Dieu

La comparaison entre les deux systèmes révèle d’évidentes limites, celles de la supériorité de l’un sur l’autre : l’islam est à la fois religion et projet global de société. Même s’il avait ses croyants et son clergé, et même si le bon mot de Zemmour, « L’Oumma, c’est l’Huma », fait sens, le communisme soviétique n’est pas une religion à proprement parler : on sait que la transcendance lui était étrangère, voire insupportable, et qu’il lui a été finalement ouvertement hostile. Sur ce dernier point, il faut tout de même se souvenir des positions évolutives du système soviétique à l’égard de l’islam, entre 1917 et les années trente, puisque le parti bolchevik avait au départ accueilli des musulmans en son sein (1).

En 1923, Trotsky déclarait que dans plusieurs régions musulmanes de l’ex-empire russe, 15 % des militants communistes étaient musulmans, proportion qui pouvait aller jusqu’à 70 % dans certaines régions d’Asie centrale soviétique. On rapporte même qu’à l’époque, lors des manifestations organisées par les communistes, il n’était pas rare d’entendre des slogans du type « Vive le pouvoir des Soviets ! Vive la charia ! ».

En tant qu’idéologie, le communisme peut être combattu : son application a toujours donné lieu à  une forme de totalitarisme, depuis le goulag russe jusqu’au laogaï chinois. La gauche a bien tenté de personnaliser ces différents régimes, de singulariser chaque incarnation du communisme afin de déconnecter totalitarisme meurtrier et communisme et de soustraire celui-ci à l’accablant tableau d’ensemble. Celui dressé par Le livre noir, par l’effet cumulatif de ses informations, reconstitue et met en perspective l’invariant totalitaire et mortifère de son objet :  la défense du communisme, comme celle de l’islam, fuit ainsi toute vision globale, toute appréhension synoptique, toute « réintégration des échecs et des crimes dans les séries dont ils sont les éléments »(2).

En tant que religion, l’islam est infiniment plus difficile à appréhender que le communisme. Non seulement il s’exprime à travers des variantes théologiques très diverses (sunnisme / chiisme / kharidjisme / soufisme) au sein desquelles des courants eux mêmes nombreux se structurent selon des critères complexes, liant politique et pouvoir financier (salafisme wahhabite, pour citer le plus influent actuellement), mais son statut de système portant un projet global pour l’humanité, à travers l’indissociabilité du spirituel et du temporel, lui confère les attributs de la Machine totalitaire parfaite : perfection d’autant plus raffinée et terrifiante que l’islam a, grâce au travail de l’OCI (3) au niveau international et des associations antiracistes au niveau national, parfaitement intégré le discours du Bien de la post-modernité, s’adjoignant ainsi les services non négligeables du pouvoir médiatique.

Pour parfaire sa défense en terre hostile (Dar al Harb), l’islam a su se créer un double maléfique, un Mr. Hyde déresponsabilisant : l’islamisme. Ce tiers chimérique sur lequel attirer toutes les critiques autorise l’islam à ne pas répondre des exactions qu’il engendre et préserve ainsi l’utopie islamique  :  c’est pas moi, c’est l’islamisme (ou le djihadisme), un méchant avec qui je n’ai rien à voir !

L’islam se révèle finalement un ennemi doté d’une longévité et d’une capacité d’infiltration beaucoup plus sérieuse que ne le fut le communisme.

Nous devons être conscients de la continuité entre les arguments et la cécité de ceux qui le défendent aujourd’hui avec les arguments et la cécité que la gauche a pu développer face à l’indéniable caractère totalitaire du communisme. Tout cela fonctionne encore malheureusement très bien aujourd’hui, en partie grâce à une marxisation certaine des esprits.

Et si l’on veut bien croire qu’il n’est pas encore trop tard, à une époque où les effets de propagande et de désinformation sont démultipliés et où l’immigration de masse a transformé le profil culturel d’une partie notable des peuples européens, il nous faudra mettre en œuvre des trésors de constance, d’intelligence et de courage politique pour continuer à montrer et dénoncer le caractère essentiellement totalitaire de l’islam.

Gédéon Pastoureau
26/01/2014

Notes :

  1. http://revuesocialisme.pagesperso-orange.fr/s9crouch.html
  2. La grande parade – Essai sur la survie de l’utopie socialiste, Jean-François Revel, Plon, 2000, p. 212
  3. L’Europe et le spectre du califat, Bat Ye’or, Les Provinciales, 2010

 Bibliograhie :

  • La grande parade – Essai sur la survie de l’utopie socialiste, Jean-François Revel, Plon, 2000.
  • Sociologie du communisme – L’islam du XXe siècle, Jules Monnerot, Editions du Trident, 2004.
  • Islamisme : comment l’occident creuse sa tombe, Hamid Zanaz, Editions de Paris, 2013.
  • L’Europe et le spectre du califat, Bat Ye’or, Les Provinciales, 2010
  • Le livre noir de l’islam, Jean Robin, Tatamis, 2013.

Source : Mauvaise nouvelle.fr

Correspondance Polémia – 30/01/2015

Image : amalgame ?