Articles

Ch. Puy Du Fou

Le retour en France de l’Anneau de Jeanne d’Arc

Print Friendly

Marie Monvoisin, journaliste d’un jour, assistait à la cérémonie d’hommage à Jeanne d’Arc, le dimanche 20 mars 2016 au Puy du Fou.

Dans un décor naturel, la cour du château Renaissance du Puy du Fou partiellement restauré, une grandiose et fervente cérémonie de célébration de l’entrée de l’Anneau de Jeanne d’Arc au Puy du Fou en hommage à la gloire, la grandeur et le sacrifice a été organisée (*), six cents ans après le procès de Jeanne.


Le Puy du Fou n’a jamais été uniquement un parc d’attractions ou de loisirs, et le sera encore moins à partir de ce dimanche 20 mars 2016 qui a vu le retour de « la » relique, l’Anneau de Jeanne d’Arc, en son enceinte par les bons offices de Philippe de Villiers, son fondateur, soutenu par ses équipes fidèles, les habitants de la Vendée et les mécènes innombrables, soucieux de faire vivre et de transmettre l’histoire de France, à travers la mémoire glorieuse de nos héros (sachant que Guyon du Puy du Fou fut un compagnon de Jeanne, mort à Orléans).

Grande émotion populaire parmi les 5000 participants, que dis-je pèlerins, venus de toute la France, pour saluer notre Jeanne. Celle qui appartient à tous les Français, qui symbolise pour chacun de nous, en dehors des partis pris politiques, l’amour de la patrie au point de lui sacrifier sa vie (comme sut le dire Franck Ferrand, l’animateur historien d’Europe 1).

L'anneau de Jeanne d'Arc présenté devant 5000 personnes au Puy du fou

L’anneau de Jeanne d’Arc présenté devant 5000 personnes au Puy du fou

A ce titre était présent, sur la base du volontariat, le bataillon de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, emmené par le général Blachon, dont le chœur interpréta dans un silence recueilli « Heureux sont les morts » ainsi qu’un chant spécialement écrit pour cette journée mémorable « Rappelle-toi Jeanne ». Ces jeunes gens représentent la force vive de notre jeunesse prête à donner sa vie pour la patrie. Il faut se rappeler que Jeanne représente le plus grand chef de guerre qui soit pour l’armée française et que la promotion St-Cyr de 1893 porte son nom. Ils étaient accompagnés de la Musique Terre Nord-Ouest, déléguée par le général de St Chamas, qui nous offrit la splendide marche de Robert Brousse lors de la levée des couleurs.

Les bénévoles et les écoliers du Puy du Fou en costumes, toujours prêts à servir, formaient une haie d’honneur, élevant vers le ciel les innombrables bannières aux armes de Jeanne, dont était également pavoisée la cour du château. Le défilé ou plutôt la procession, composée de chevaliers en armures, qui encadraient Jeanne à cheval, d’une délégation de Poilus, de pages, précédait le dais qui abritait la châsse où reposait l’Anneau, avant de rejoindre la chapelle Marie-Magdeleine, son nouvel écrin.

Point de figuration de politiciens d’opérette à la tribune. Les discours vigoureux et éclairés mais profondément émus des acteurs de cette épopée ont conquis un public en mal de paroles fortes de leurs représentants. Nous entendîmes d’abord sans doute le plus bel hommage jamais délivré à Jeanne par la voix d’André Malraux, lui disant notamment « Le tombeau des héros est le cœur des vivants ». Me Tremolet, célèbre avocat et historien, nous rapporta les minutes du procès, de celles où tout un chacun est ébloui par la fraîcheur et l’inspiration de cette Jeanne harcelée par une horde de savants bourreaux.

Philippe de Villiers introduisit un peu d’humour en narrant les rebondissements récents, car le gouvernement britannique, pas moins, est sorti du bois pour réclamer le retour de l’Anneau en Grande-Bretagne sous un prétexte juridique émanant, mais oui, d’un règlement de l’UE. Pourquoi se gêner ? Mieux vaut en rire, et se focaliser sur l’avenir.

Car c’est une page qui s’ouvre. Puisse le Puy du Fou s’enrichir d’un pèlerinage autour de la sainte Jeanne d’Arc, chère au cœur de tous les Français qui veulent rester libres. « Elle est le plus beau trait d’union entre le ciel et la terre », nous disait Franck Ferrand, « le plus grand génie allégorique de notre littérature », selon Philippe de Villiers. Puisse-t-elle inspirer ceux qui nous gouvernent pour barrer le passage des invasions, et préserver notre identité, chèrement forgée par le sang de nos ancêtres.

C’est le sens de tous les propos tenus hier à la tribune comme dans le public.

Marie Monvoisin
21/03/2016

(*) Puy du fou : Le retour en France de l’Anneau de Jeanne d’Arc

Correspondance Polémia – 26/03/2016

Image : Le château du Puy du Fou