Articles

polemia-cygne-noir

Le retour des cygnes noirs (Réinformation)

Print Friendly

Dans son ouvrage célèbre Le Cygne noir (Les Belles Lettres 2011), l’essayiste Nassim Nicholas Taleb rappelle qu’une succession de faits corroboratifs ne constitue pas nécessairement des preuves. La thèse selon laquelle tous les cygnes seraient blancs est invalidée par la découverte d’un seul cygne noir. D’où le titre de son essai. En effet ce sont souvent les exemples « négatifs » qui permettent d’approcher la vérité car, s’ils ne permettent pas forcément de trouver ce qui est « vrai », ils permettent par contre de savoir ce qui n’est pas ou plus vrai dans une affirmation ou une théorie.
Le discours « écologique » dominant est utile à examiner sur ce plan. En effet les citations qui suivent constituent autant d’exemples négatifs de la vulgate écolo que le Système continue de nous diffuser, en ignorant superbement tous ces cygnes noirs !


Le climat se réchauffe ?

– L’ONU lance un appel de fonds de 18 millions de dollars pour venir en aide à la Mongolie très éprouvée par un hiver particulièrement froid (Le Monde du 14 mai 2010).

– Près de 10% des surfaces de blé, orge et colza ont été affectés par le froid en France lors de l’hiver (Le Monde du 18 avril 2012).

– Les glaciers de l’Himalaya fondent lentement mais une partie d’entre eux sont dans un état stable voire regagnent de volume, selon la revue Science du 20 avril 2012 (Le Monde du 27 avril 2012).

La biodiversité diminue ?

– Malgré le plan national de maîtrise du sanglier lancé en 2009 et malgré l’augmentation de la mortalité due à la chasse qui a été multipliée par dix en trente ans, le sanglier se caractérise par une fécondité exceptionnelle (Le Monde du 15 septembre 2010).

– On identifie 6200 nouvelles espèces par an ; la diversité des animaux, des plantes et des champignons serait 7 fois supérieure à celle aujourd’hui répertoriée. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) n’intègre dans sa veille que 59.000 espèces, soit moins de 1% de l’éventail du vivant (Le Monde du 27 août 2011).

– Plus de 200 nouvelles espèces, animales et végétales, ont été identifiées en 2010 dans la région du grand Mékong, qui comprend le Viet Nam, le Cambodge, le Laos, la Thaïlande, la Birmanie et la province chinoise du Yunnan (Le Monde du 13 décembre 2011).

– En 2011, près de 18.000 nouvelles espèces sont venues s’ajouter aux 1,9 million déjà recensées. A elle seule, en 2011, l’Académie des sciences de Californie a répertorié près de 130 nouveaux animaux, principalement des arthropodes : insectes, crustacés, etc. (LeMonde.fr du 2 janvier 2012).

– Il y a deux fois plus de manchots empereurs en Antarctique qu’estimé jusqu’alors (Le Monde du 15 avril 2012).

– La population d’espèces marines a augmenté dans l’Arctique, indique un rapport présenté le 23 avril 2012 dans le cadre de l’année polaire internationale (Le Monde du 26 avril 2012).

– Plus de 770 espèces animales sont en moyenne nouvellement décrites chaque année en Europe, selon la revue PlosOne (Le Monde du 16 juin 2002).

La déforestation ?

– Le rythme de destruction de la savane brésilienne a reculé de 16% en 2010 par rapport à 2009 (Le Monde du 15 septembre 2011) ; le taux de déforestation de la forêt amazonienne brésilienne s’est réduit de 38,2% entre août 2010 et août 2011, selon l’Institut national de la recherche spatiale (Le Monde du 5 octobre 2011).

– La forêt progresse en Europe ; l’Union européenne, qui abrite 4% de la superficie forestière mondiale, est l’une des régions du monde où celle-ci a augmenté ces 20 dernières années ; de 2000 à 2010 la surface forestière dans l’Union européenne a augmenté de 2% (Le Monde du 13 novembre 2011).

– Six millions d’arbres ont été plantés en Macédoine sur 400 sites (Le Monde du 25 novembre 2011).

La pollution augmente ?

– Les émissions de dioxyde de soufre, arsenic, cadmium, mercure et furane dans l’air ont enregistré des baisses de 50 à 99% au cours des 50 dernières années, selon le ministère de l’Ecologie (Les Echos du 28 septembre 2011).

– L’Océan arctique pourrait être à l’origine d’émanations de méthane, puissant gaz à effet de serre, par un processus encore inexpliqué, selon un article de la revue Nature Géoscience (Le Monde du 24 avril 2012).

Et qu’en est-il de l’écologie humaine ?

Elle ne préoccupe pas nécessairement les écolos, à la différence du réchauffement climatique ! Pourtant les cygnes noirs abondent aussi. Quelques exemples :

– l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) relève que 150 nouvelles substances psychotropes ont été répertoriées entre 1997 et 2010 et que la vitesse avec laquelle elles apparaissent sur le marché ne cesse d’augmenter (Le Monde du 16 novembre 2011) ;

– une drogue par semaine : c’est à ce rythme que sont détectées les substances psycho-actives en circulation au sein de l’Union européenne, selon le rapport annuel conjoint de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) et Europol publié le 26 avril 2012 (Le Monde du 29 avril 2012) ;

– dans la tranche d’âge des 15-16 ans la France est le pays d’Europe qui a connu la plus forte augmentation de cannabis entre 2007 et 2011, selon l’enquête ESPAD (Novopress du 3 juin 2012) ;

– 46% des vols avec violence contre des particuliers sont le fait d’au moins un mineur en France, selon l’étude de l’Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale (ONDRP) portant sur les crimes et délits recensés par la police et la gendarmerie de 2005 à 2009 ; un tiers des auteurs de vol à la tire sont des filles (Le Monde du 16 novembre 2011) ;

– l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que les Européens perdent l’équivalent de 1 million d’années de vie à cause de la pollution sonore générée par la circulation automobile ; l’Agence européenne de l’environnement (AEE) évalue à 100 millions le nombre d’Européens soumis à des niveaux de bruit critiques du fait du seul trafic routier. Mais bien que la pollution sonore soit considérée comme la première nuisance aux yeux des citoyens, cette question n’est pas médiatisée (Les Echos du 16 novembre 2011) ;

– deux Français sur trois souffrent du bruit selon l’Académie de médecine ; l’enjeu « est très important mais il est curieusement encore sous-estimé », estime le professeur François Legent, auteur du rapport (leFigaro.fr du 11 juin 2012) ;

– collés à leurs écrans, les Français ont la vue qui baisse selon le baromètre de la santé visuelle de l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (ASNAV) ; la myopie toucherait 25 à 30% des 18-24 ans en France. Les jeunes de 18-24 ans passeraient en moyenne 2 heures 27 minutes par jour devant leur écran d’ordinateur, de tablette ou de téléphone, et 106 minutes devant la télévision :soit un total journalier de 4 heures et 13 minutes devant un écran. Cette étude rejoint celle effectuée par des chercheurs australiens faisant état d’une très forte augmentation de la myopie dans les grandes villes d’Extrême-Orient (Le Monde du 8 juin 2012) ;

– « regarder la télévision avant l’âge de 2 ans est associé à des retards de langage, à des retards cognitifs et, plus tard dans la vie, à des résultats scolaires plus faibles et des troubles de l’attention, avec un temps de concentration réduit » (Le Monde du 8 octobre 2011).

Michel Geoffroy
28/06/2012

Image : le cygne noir (Australie)