Articles

FN 3

Le programme économique : plafond de verre ultime du Front national

Print Friendly

Didier Beauregard, essayiste.

♦ Le plafond de verre n’a pas sauté. La leçon du scrutin des régionales est sans appel : le front républicain se montre encore efficace, du moins quand l’adversaire d’un candidat FN est une personnalité de la droite classique.

Au deuxième tour, 82,2% des électeurs PS ont voté Xavier Bertrand et 58,9% pour Christian Estrosi.


Ce premier constat, toutefois, est loin d’épuiser la complexité du sujet de la relation entre le Front national et l’électorat, le sien ou globalement parlant. L’élément le plus inattendu a été révélé par une étude de la société LMP qui fait ressortir la forte volatilité du vote FN (1).

Un capital potentiel de 40%

Si l’on tient compte des résultats de cette étude : 2,12 millions d’électeurs auraient voté pour le parti de Marine Le Pen seulement au premier tour et 2,92 millions seulement au second tour ; 3,9 millions auraient voté aux deux. Ce seraient donc 8,94 millions d’électeurs qui ont voté FN à l’issue des deux tours, et non 6,8 millions, comme admis auparavant. Ces quelque deux millions de voix supplémentaires pèsent potentiellement très lourd dans la balance électorale ; ils représentent, d’emblée, un capital de quelque 40% de voix qui change alors radicalement la donne politique nationale.

Ces voix, bien sûr, ne peuvent être considérées comme, par nature, acquises au FN. Elles peuvent se fidéliser, mais également partir ailleurs. Toutefois, la spécificité du vote FN, compte tenu de la diabolisation dont il est l’objet, fait que l’électeur frontiste pose un acte de dissidence qui, subjectivement, le met hors Système, les commentateurs « officiels » lui expliquant d’ailleurs à l’envi que ce vote est un acte de colère et de désespoir qui échappe aux catégories de la raison et de la morale républicaines – quand il n’est pas tout simplement traité de « salaud » ou d’imbécile.

En quelque sorte, comme tout acte transgressif, le premier pas, selon la sagesse populaire, est bien le plus coûteux, et il est logique de penser que l’électeur lambda passera plus facilement d’un vote FN une fois à un deuxième vote et au-delà, que de zéro à un. Autrement dit, ce bloc de près de neuf millions de voix, même non monolithique, est déjà un terrain préparé mentalement.

Par ailleurs, malgré l’ahurissant matraquage médiatique de l’entre-deux-tours et les commentaires à chaud des résultats du second tour qui, unanimement, ont souligné que la mobilisation des abstentionnistes avait été très défavorable au FN, les chiffres analysés par l’étude de LMP nuancent fortement cette affirmation. Celui-ci dispose bien de réserves de voix au deuxième tour puisque, en PACA, ceux qui s’étaient abstenus au premier tour ont, au second, voté à 50% pour le FN, et en NPDCP, sur les 30% de nouveaux votants, un sur trois a voté pour Marine Le Pen. Dans les deux cas, en dépit de leur différence, la victoire des candidats du Système provient d’abord d’une mobilisation plus forte de leurs électorats d’un tour sur l’autre.

Au niveau national, les abstentionnistes du premier tour qui se sont mobilisés au second se répartissent comme suit : 18,6% pour la droite, 14,7% pour la gauche et 11,3% pour le FN. Ce dernier est donc bien pénalisé au jeu de la mobilisation des réserves, mais il est loin d’être inexistant et peut même, dans certains cas, rivaliser efficacement avec ses adversaires.

Un parti légitimé, mais…

Un potentiel de 40% n’est donc pas qu’une simple hypothèse d’école. Il corrobore une étude antérieure (2), passée plutôt inaperçue, qui pourtant dévoilait bien les ambiguïtés des Français à l’égard du vote Front national : 44% d’entre eux, en effet, jugeaient le FN comme le parti le plus capable de « réformer la France en profondeur », devant l’UMP (28%) et le PS (23%). Ces chiffres auraient dû agiter le landerneau politique, car, clairement, ils annonçaient déjà le « choc » des régionales.

Une autre étude récente (3) montrait également une assez large acceptation de nos compatriotes à l’égard du parti de Marine Le Pen, puisque 57% le jugeaient comme un parti « comme les autres ». A droite – UDI et Modem compris – 64% partageaient cette opinion. On peut noter également que 44% des Français estimaient entre les deux tours qu’il serait souhaitable que le FN dirige au moins une région, question de le juger sur pièce. A l’aune de ces chiffres, l’opération de dédiabolisation est une mission réussie. Voilà pour le côté verre à moitié plein de l’histoire.

Côté verre à moitié vide, depuis 30 ans, entre 65 et 75% des Français jugent le FN dangereux ou incapable d’assumer le pouvoir et affirment qu’ils ne peuvent pas voter pour lui. Aujourd’hui, l’étiage est plutôt dans le bas de la fourchette, avec un chiffre de 66% qui estiment que le Front national « ne propose pas de solutions réalistes » et 60% « qu’il représente un danger pour la démocratie » (4). Mais, là encore, une lecture au premier degré ne rend pas compte de la complexité du sujet. Déjà, le fort rejet s’accompagne également d’une réelle acceptation de sa réalité puisque 49% des sondés le jugent utile.

Mais surtout, le FN est l’objet d’une distorsion de perception que les spécialistes des études d’opinion connaissent bien : une différence, a priori illogique, entre le jugement global et le jugement particulier. L’exemple de l’image des banquiers est bien connu : les Français ont une opinion largement négative des banquiers en général, mais, très majoritairement, donnent un avis positif sur leur propre banquier. Le jugement global est beaucoup plus influencé par les représentations collectives que véhicule la société.

Une image contradictoire

Ainsi, si nous fragmentons les sujets par thème, la perception que les Français renvoient du FN devient beaucoup plus nuancée et contradictoire. En clair, sur les thèmes sociétaux, les idées du Front national sont, aujourd’hui, largement plébiscitées par l’opinion publique. Tous les sondages sur ce point concordent : 88%, notamment, demandent plus d’autorité et 67% s’inquiètent du niveau de l’immigration. La majorité (52%) est même désormais favorable à la peine de mort. Les chiffres, selon les dates ou l’actualité, peuvent plus ou moins varier de quelques points, mais la tendance structurelle n’est pas contestable. Le Front national sur ces thématiques civilisationnelles apparaît légitime et compétent. Marine Le Pen, sur les sujets de sécurité, est toujours classée en tête des personnalités politiques les plus aptes à agir efficacement.

Il est clair, en conséquence, que l’image globale d’incompétence et de dangerosité du FN provient désormais pour l’essentiel de son programme économique, perçu de manière très négative. Les adversaires du Front national ont d’ailleurs parfaitement identifié cette vulnérabilité et l’attaquent prioritairement sur ses propositions économiques. Les autres dimensions polémiques apparaissent de plus en plus comme des incantations rituelles que le public, assez largement, écoute avec distanciation.

Une problématique de communication

La question pour les responsables du FN n’est plus même d’évaluer la pertinence ou la faiblesse de leur programme économique, mais de savoir s’ils veulent ou non affronter les échéances électorales de 2017, avec un handicap de crédibilité qui les plombe irrémédiablement. En termes de communication le produit est rejeté par l’opinion publique, et, sur les bases actuelles, il est impossible que celui-ci évolue vers une perception positive. Nous sommes là en présence d’un ancrage mental de type pavlovien qui provoque un rejet réflexe de l’objet désigné comme néfaste.

Il ne suffit plus seulement de changer, ou de faire évoluer le contenu programmatique sur ses points les plus problématiques, mais, plus fondamentalement, de reconstruire une image qui change la perception de gestionnaire du FN aux yeux du public. Le temps est compté pour un tel travail de rénovation où la forme, c’est-à-dire les éléments de langage et leurs affects, compte tout autant, si ce n’est plus, que les propositions et leur logique.

Didier Beauregard
26/12/2015

 Notes :

  1. Etude publiée dans Le Monde du 19/12/2015.
  2. Sondage CSA/Atlantico du 19/10/2013.
  3. BVA/JDD du 8/12/2015.
  4. Le Monde du 6/05/2015.

Correspondance Polémia – 26/12/2015

Image : Une allégorie, “de l’entreprise à la politique”