Articles

Le philosophe et les crétins

Le philosophe et les crétins

Print Friendly

Michel Lhomme, essayiste, contributeur régulier de Metamag.fr…

♦ Les crétins s’excitent parce qu’ils sont à genoux !

S’il y a en ce moment une confrontation, c’est bien celle-là : celle du philosophe et des crétins, les crétins de gauche qui sont paniqués de voir, comme le souligne Alain de Benoist dans l’entretien au journal Le Point, le sol du pouvoir se dérober sous leurs yeux.


Il faut en effet le dire et nous l’avons dit ici à plusieurs reprises , le système perd les pédales car il ne contrôle plus rien. Tout est en roue libre et plus personne, même chez les élites de gauche et surtout d’ailleurs dans les élites de gauche, ne croit plus aux discours. Vue de loin, la France est brisée non seulement économiquement par les choix irrationnels d’hier – la désindustrialisation – comme ceux d’aujourd’hui – la transition énergétique – mais plus grave, elle s’effondre intellectuellement par son délire fascisant, voyant des nazis partout, y compris chez les libraires ou les philosophes.

Dans la confrontation du jour (Alain de Benoist, Michel Onfray contre Manuel Valls ou Le Guen, la « mafia de gauche » comme désigne si bien Michel Onfray ceux que nous appelons ici les « solfériniens »), il y a de l’hystérie dépressive, de la paranoïa latente mais surtout et avant tout un refus du penser, une démission du penser. Or, ce refus, cette démission du penser qui consiste par exemple à ne pas vouloir discuter avec le GRECE ou le Front National, à dénoncer en permanence les intellectuels ou professeurs qui franchiraient la ligne jaune, est une maladie incurable.

Cette maladie couvait depuis longtemps, depuis le tournant « libéral » de 83, l’idéologie antiraciste mièvre de « Touche pas à mon pote », depuis la pitoyable et sirupeuse « culture de gauche », ou  le totalitarisme de l’édredon (l’homosexualité à tous les étages). La Gauche, les élites de gauche c’est-à-dire en gros tout le corps enseignant ont ainsi abandonné toute forme de lucidité critique. Mais sans lucidité critique, la culture s’effondre sous son propre poids. C’est exactement ce qui arrive à la France, pays pourtant si cultivé. Elle ne pense plus, pire se refuse à penser. Non seulement, Manuel Valls n’a jamais lu une seule ligne d’Alain de Benoist – ni d’Onfray sans doute – mais il lance un appel sournois à ne pas lire exactement comme cet inspecteur qui réprimandait une professeur de français parce qu’elle faisait « trop lire » ses élèves et risquait du même coup de leur faire « adopter des habitudes élitistes » . Nous avions évoqué ici-même le propos d’une inspectrice de philosophie qui réprimandait un jeune stagiaire parce qu’il donnait à travailler à ses élèves un texte de Kant en classe technologique. Or, ce qu’oublie le pouvoir  – et il faudrait sur ce point reprendre à la lettre les Sophistes si décriés – c’est qu’on ne gouverne pas par la force mais par les mots c’est-à-dire les idées et la pensée. Un pouvoir qui ne pense plus, qui pire en appelle à ne plus penser est un pouvoir mort, un pouvoir nu, un pouvoir abandonné.

Mais disons autrement et plus positivement : ils sont coléreux parce qu’ils savent qu’ils ont déjà perdu. C’est comme la mer, – qui ne contrôle pas la mer, ne contrôle pas le monde – : qui a perdu le terrain des idées a perdu le pouvoir. La situation est donc pour le moins paradoxale. Le problème des Français est économique,  et le gouvernement répond intellectuellement, crie à l’aide, en appelle aux élites « cultivées » contre le peuple (de gros veaux qui ne savent forcément pas voter !). C’est ainsi, quand tout s’effondre, qu’on croit encore pouvoir s’accrocher aux idées progressistes qu’on a pourtant en permanence toujours trahies sans se rendre compte que ces trahisons soutenues hier, ont du coup rendues obsolètes toutes ces idées.

Le roi est nu, oscillant entre le ressassement édulcoré des anciennes utopies de sa jeunesse et le constat désenchanté de l’état présent du pays. Il devient dès lors colérique, hystérique, nerveux, capable de frapper demain sur quiconque contesterait son angélisme à la croisée des chemins. Mais il est sans bataillon républicain. Il n’y a plus personne même chez les élites de gauche pour rédiger les argumentaires, militer au sens noble du terme, coller les affiches, plus personne capable de soutenir le débat et d’élever la contradiction. Ils ne pensent plus mais dénoncent, insultent, en fait s’excitent pour un rien.

Souvenez-vous : De Gaulle et les Sartriens. Quand on attaque les philosophes, c’est qu’on a déjà perdu.

Michel Lhomme
le 10/03/2015

Source : Metamag.fr

Correspondance Polémia – 19/03/2015

Image : Manuel Valls avec de part et d’autre Alain de Benoist et Michel Onfray