Articles

Le massacre sanglant d'Algérie était complètement prévisible

Le massacre sanglant d’Algérie était complètement prévisible

Print Friendly

La prise d’otages à l’usine gazière de In Amenas a provoqué de nombreux commentaires, visant soit à approuver le gouvernement algérien et son armée soit au contraire à condamner la brutalité des forces de l’ordre qui aurait entrainer le massacre notamment d’un grand nombre d’otages.
Le journaliste britannique bien connu Robert Fisk, grand connaisseur du Proche–Orient et du monde arabe, grand reporter et correspondant quotidien du journal londonien, The Independent, basé à Beyrouth depuis plus de trente ans a donné à son journal un article qui peut paraître choquant, tant l’explication qu’il donne des horribles événements survenus pourrait dans sa brutalité heurter certains lecteurs.
Il faut avoir présent à l’esprit que la presse anglo-saxonne est beaucoup moins bridée que la nôtre et qu’elle est peu soumise aux barrières du politiquement correct à la française.
Enfin, cet article n’engage que la seule responsabilité de son auteur et même si nous ne partageons pas nécessairement toutes les idées exprimées, nous estimons utile de présenter ici à nos lecteurs un éclairage inconnu des médias français. – Polémia


Les véritables dirigeants de ce pays sont des militaires qui ont
 « pris le goût du sang » dans une guerre civile qui leur a enseigné à 
prendre aussi peu de soin des innocents que des coupables.

L’armée algérienne, nous ont dit, hier après-midi, les narrateurs habituels – à la télévision française, de même qu’en Amérique – « ne sont pas tendres avec les terroristes » et sont des « experts » dans la « lutte contre le terrorisme ». C’est bien vrai – mais ce n’est que la moitié de la vérité. Parce qu’ils ne sont pas « tendres » non plus avec les otages. Ils sont aussi impitoyables avec les captifs qu’ils le sont avec les ravisseurs.

Le massacre des bons et des méchants à l’usine gazière de In Amenas était complètement prévisible, parce que les militaires algériens – les véritables dirigeants du pays – ont « pris le goût du sang » dans une guerre civile qui leur a enseigné à prendre aussi peu de soin pour les innocents que pour les coupables.

Ce furent les militaires algériens qui ont envoyé des agents des services secrets à Damas en 1993 pour apprendre comment Hafez el-Assad avait détruit les Islamistes de Hama (*), 11 ans plus tôt – et qui ont ensuite utilisé les mêmes tactiques pour liquider la propre insurrection islamiste de l’Algérie. On dit que des officiers algériens se sont rendus en Syrie l’année dernière pour retourner le compliment : en enseignant aux militaires syriens – qui combattent à présent un soulèvement beaucoup plus dangereux – comment les Algériens ont remporté leur « sale » guerre contre le Groupe Islamique Armé (GIA) et les groupes d’al-Qaïda qui lui étaient affiliés. Les Algériens ont prêté leur « expertise » au Tunisien Ben Ali juste avant son renversement et ont offert la même chose aux hommes de main de Moubarak en Égypte. Aussi opaque que les militaires algériens puissent paraître aux yeux des étrangers, leur mythe fondateur – une brutalité absolue envers leurs ennemis, quel qu’en soit le coût – a plu au Pentagone et aux Français, qui ont tous maintenu leur coopération avec l’élite militaire à Cherchell, dans les environs d’Alger, dans les années 1990 – alors qu’ils savaient fort bien que les soldats et les forces paramilitaires de ce pays se livraient à une orgie de tortures contre les insurgés et les civils.

Il y a trois choses qui sont devenues certaines la nuit dernière à propos du massacre algérien :

  • que les Algériens feront porter l’entière responsabilité du massacre des otages aux kidnappeurs inspirés par al-Qaïda ;
  • que les gouvernements occidentaux dont les ressortissants sont morts seront d’accord sur ce point – et ne prononceront pas un mot de condamnation contre les militaires algériens ;
  • que d’ici midi, aujourd’hui, toute cette histoire changera jusqu’à en être méconnaissable. Premiers ministres, ministres des Affaires étrangères et salles de rédaction, prenez garde !

L’ignorance totale de David Cameron quant à la cruauté inhérente du gouvernement algérien a conduit Downing Street, aujourd’hui, à marmonner quelques remarques vraiment stupides. Les Algériens, ont-ils dit, « semblaient déterminés à prendre les devants ».

Tu parles qu’ils l’ont fait ! Parler aux preneurs d’otages est un anathème pour eux, au mieux un moyen d’user les ravisseurs avant de les anéantir. Le Premier ministre du pays, Abdelmalek Sellal, est un homme brillant et intelligent qui plait à des gens comme Cameron et François Hollande : il est décontracté, bien élevé et est un doyen du service civil algérien. Il est donc facile d’oublier que Sellal était ministre de l’Intérieur de 1998 à 1999 lorsque le soulèvement islamiste a été soi-disant détruit. L’un de ses prédécesseurs, Abderrahmane Meziane-Chérif, m’a parlé autrefois de ses principes pour traiter avec les « terroristes ». « Un agriculteur peut être un éliminateur lorsqu’il enlève les mauvaises herbes de son champ », avait-il dit. « Et parfois, un homme doit purifier l’eau et nettoyer les choses des insectes et des parasites. » Meziane-Chérif était surnommé « l’éradicateur ». 

Et bien sûr que les Islamistes qui ont pris autant d’otages en Algérie devaient porter au bout du compte la responsabilité du massacre. Aucun des deux camps ne fait de quartier ; ainsi, les otages, les passants, les civils sont des « dommages collatéraux » – eh oui ! Encore ce vocable odieux – pour les deux camps. Ce n’est pas non plus surprenant. Car le véritable mariage entre al-Qaïda et l’armée algérienne a commencé après l’occupation russe de l’Afghanistan.

C’est une histoire très largement secrète qui n’a jamais été révélée entièrement, même à ce jour. Prêts à tout pour enrayer leurs pertes, le gouvernement soviétique avait demandé à leurs alliés socialistes algériens de les aider en matière de renseignements ; et les services secrets algériens ont envoyé leurs propres hommes en Afghanistan pour se faire passer pour des « moudjahidin » aux côtés de véritables islamistes algériens combattant pour Oussama ben Laden. Les informations en provenance de ces espions militaires algériens permirent aux forces soviétiques de riposter. Mais lorsque les Russes partirent et que les Algériens rentrèrent chez eux, l’armée donna l’ordre à ses propres hommes de rester sous couverture avec les groupes islamistes.

Alors, quand la terrible guerre civile débuta, pour maintenir leur couverture, certains agents ont participé aux massacres de civils. Et ils ont donc été contaminés par les atrocités. Ce n’est pas un récit que reconnaît le gouvernement algérien. Et l’Ouest n’examinera pas non plus cette histoire effroyable. Mais la réalité est que les véritables Cobras du monde des renseignements vivent au sein du « pouvoir » militaire algérien. En comparaison, le Cobra de Downing Street – la célèbre « commission » de sécurité de David Cameron – n’est qu’une humble couleuvre assoupie.

Robert FiskThe Independent
18 janvier 2013 – Titre original : Algeria’s bloody slaughter was utterly predictable

Traduction : JFG-QuestionsCritiques

Note de la rédaction

(*) Le massacre de Hama résulte de la répression, par le pouvoir syrien d’Hafez el-Assad, des insurgés de la ville de Hama en février 1982. On estime entre 7.000 et 35.000 le nombre de victimes1 lors de la répression de cette insurrection.

Correspondance Polémia – 24/01/2012
Image : Algeria In Amenas – Crédit photo : omar lomaxe via Flickr (cc)

Leave a Reply