Articles

« Le Labyrinthe / Compliquer pour régner », de Jacques Bichot

« Le Labyrinthe / Compliquer pour régner », de Jacques Bichot

Print Friendly

Note de lecture de Bernard Mazin, essayiste.

♦ Cette note de lecture n’est pas une rediffusion : cet ouvrage est d’actualité et à lire.

« La complication foisonne dans de nombreux domaines : la législation et la réglementation, la finance, les modes de rémunération, la tarification des services, les contrats, l’information, etc. Cela n’est pas le fruit du hasard : la complication est utilisée comme méthode de gouvernement et d’enrichissement, comme technique de dissimulation de la vérité, comme instrument de pouvoir sur les hommes. »

Au fil d’une petite vingtaine d’ouvrages, Jacques Bichot s’est fait une spécialité de l’analyse et de la critique des dérives de l’Etat-providence. Mais là où beaucoup d’auteurs limitent leur propos à une dénonciation, certes, justifiée mais parfois un peu superficielle et journalistique des faits – on pense à certains livres sur les fraudes à l’indemnisation du chômage.

J. Bichot n’oublie pas qu’il est professeur émérite d’économie en même temps qu’homme de conviction : c’est dire qu’à l’instar des travaux d’institutions comme l’IFRAP, ses réflexions sont toujours fortement étayées et nuancées, même si l’ironie n’en est pas absente.

__________________________________________________________________________________________

Dans son dernier opus, Le Labyrinthe, il convoque le mythe de Dédale et de Minos, qu’il présente dans un bref mais dense chapitre introductif : « Ce mythe d’une extraordinaire richesse est porteur de nombreuses intuitions et interrogations relatives à la condition humaine. Parmi elles, les rapports du pouvoir et de la complication sont au premier rang. La complication sert à conquérir le pouvoir et à l’exercer ? Mais elle est aussi, à l’occasion, l’instrument de la perte de ceux qui le détiennent. »

Le propos de Jacques Bichot repose sur une distinction préalable entre complexité et complication : il est établi que nos sociétés sont complexes, et sont appelées à le devenir de plus en plus, ne serait-ce que du fait des évolutions technologiques. La complication est radicalement différente, malgré l’amalgame – un de plus ! – entretenu volontairement entre les deux notions. Elle « désigne une accumulation, due à l’action humaine, de mécanismes et de dispositions dont la complexité n’a pas d’utilité du point de vue de l’intérêt général ».

Pourquoi la complication est-elle devenue un moyen de gouvernement ? Parce qu’elle est « particulièrement utile pour exercer le pouvoir par la ruse plutôt que par la force, pour dépouiller autrui de façon insidieuse plutôt que violente ». Outre que les dirigeants politiques et les hauts fonctionnaires n’ont souvent pas les compétences pour concevoir des réformes BM 6simplificatrices, ils ont intérêt à « compliquer pour régner », parce que cela permet :

  • d’arriver au pouvoir par des promesses mirifiques (la retraite à 60 ans, les mesures catégorielles) ;
  • de montrer que l’on a un peu de pouvoir (l’accumulation des amendements parlementaires) ;
  • d’exercer le pouvoir qui vous a été délégué (le mécanisme des conventions collectives qui permet aux syndicats de se faire valoir) ;
  • d’affirmer le triomphe des experts autoproclamés ;
  • de contourner la difficulté de mise en œuvre de textes irréalistes qu’un gouvernement a promis hâtivement et qu’il est contraint d’assumer.

Ces perspectives sont autant de facteurs qui contribuent à l’édification de ce labyrinthe normatif, à cette inflation de textes mal écrits qui permettent au législateur d’exister, au haut fonctionnaire de se rendre indispensable vis-à-vis des ministres et de leur cabinet, et à tout ce microcosme de compliquer la vie des « sujets » que nous sommes pour simplifier le travail des gouvernants, et de « régner sur les mots à défaut de manager les hommes ».

L’inflation normative débouche, parmi d’autres dommages collatéraux, sur une insécurité juridique qui prend la forme d’une instabilité chronique des règles de droit, maintes fois pointée du doigt par le Conseil d’Etat dans ses rapports depuis plus de vingt ans, sans effet tangible comme on peut le constater au quotidien. Cette instabilité a plusieurs causes :

  • la mauvaise préparation des textes ;
  • le « perfectionnisme des bureaux », qui veulent prévoir toutes les situations imaginables dans le détail, dans une conception extensive de la norme juridique, au lieu de se cantonner à la définition des principes et des lignes directrices ;
  • le cloisonnement entre services, qui est un mal français bien identifié, mais accru par la décentralisation et par la construction bruxelloise ;
  • l’instabilité ministérielle, « dans un contexte où les ministres estiment nécessaire, par vanité et pour leur avenir politique, d’attacher leur nom à au moins une loi» (1).

L’insécurité juridique, cumulée avec l’insécurité culturelle qui a fait l’objet d’un intéressant ouvrage de Laurent Bouvet commenté le 11/05/2015, contribue à faire perdre à nos compatriotes tous leurs repères et leur donne le sentiment d’évoluer dans un environnement où le Bien et le Mal, le Beau et le Laid, le Vrai et le Faux ne sont plus discernables, car perpétuellement remis en cause par l’arbitraire d’un dirigeant politique ou d’un fonctionnaire trop zélé. Il en résulte un stress permanent et une décohésion sociale croissante.

De plus, l’insécurité juridique se double d’un intégrisme juridique ou judiciaire, défini comme une « production de complication par refus d’interpréter les normes juridiques à la lumière du bon sens », en appliquant la lettre de la loi au mépris de la référence à son esprit, à des situations non pertinentes. Jacques Bichot en donne quelques illustrations éloquentes et met en évidence le fait que ce phénomène se traduit in fine par des injustices et une déshumanisation de la société, car « il donne le pouvoir de faire du mal à Y parce que X vous en a fait ».

Ayant ainsi défini son cadre conceptuel, l’auteur le nourrit d’exemples nombreux, puisés en premier lieu dans ses domaines d’expertise favoris : la fiscalité, les régimes de retraite, la sécurité sociale. Mais il étend son champ d’investigation à d’autres secteurs tout aussi passionnants : les institutions et le maquis inextricable des mécanismes de subvention européens, de FEDER en FSE, de FED en PAC, sans oublier l’euro, dont la simplicité apparente ne masque pas qu’il est devenu un véritable enjeu de pouvoir au sein de l’Union européenne.

On saura gré à Jacques Bichot, par ailleurs, de ne pas avoir cédé à la facilité consistant à charger les seuls fonctionnaires du « péché de complication ». Les deux chapitres consacrés, à la fin de l’ouvrage, au secteur bancaire et financier et au labyrinthe de la vie quotidienne montrent s’il en était besoin que les entreprises privées ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit d’assujettir leurs clients ou usagers, voire leurs propres salariés. La prolifération des modes de démarchage intrusifs, les dérives du commerce en ligne, la difficulté croissante à accéder aux informations contractuelles, ou encore l’effervescence continue du droit du travail disent mieux qu’un long discours le monde dans lequel nous vivons.

Le citoyen doit-il se résigner à être l’instrument docile d’une oligarchie qui a pris pour devises, d’une part, « compliquer pour régner », d’autre part, « gouverner par le chaos » pour reprendre le titre de l’ouvrage collectif éponyme (2) commenté sur le site en mars 2014 ? Le tableau campé par Jacques Bichot n’incite évidemment pas à l’optimisme. Il est clair, par exemple, que nos dirigeants, aidés comme il se doit par la classe médiatique, jouent de l’heuristique de la peur en brandissant la menace terroriste et justifient ainsi le renforcement de la tunique de Nessus normative (la loi sur le renseignement), au nom d’un paternalisme protecteur. Malgré tout, se référant toujours au mythe minoen, l’auteur souligne bien que dans la geste de Thésée, la complication est certes un instrument de pouvoir, mais aussi « un sous-produit du pouvoir, lorsque ceux qui l’exercent n’ont pas l’intelligence nécessaire pour découvrir un fil d’Ariane (le moyen de faire triompher la simplicité) et, pour finir, elle constitue le Talon d’Achille de ceux qui ont régné en la faisant grandir et prospérer ». Dans l’exemple évoqué ci-dessus, même si la politique du bâton et de la carotte peut fonctionner à court terme, il sera évidemment impossible de voiler éternellement la contradiction entre, d’une part, la complication par des lois liberticides pour lutter contre une menace que l’on prétend prioritaire, d’autre part, le discours lénifiant du padamalgam que l’on nous inflige ad nauseam.

Le labyrinthe normatif est à beaucoup d’égards une forme de constructivisme au sens hayekien du terme, car il procède de l’idée, illusoire, que l’on peut changer la société par décret, et, plus généralement, de la conviction que l’empilement de règles toujours plus nombreuses participera à l’émergence de « l’homme nouveau » – cet électron se croyant libre – que nos dirigeants actuels appellent de leurs vœux.

Mais à la différence du constructivisme délibéré du marxisme et du socialisme, le labyrinthe que nous décrit Jacques Bichot, s’il a encore de beaux jours devant lui, est intrinsèquement désordonné, donc condamné à terme par ses excès et ses contradictions. Car la seule force montante dans les pays soumis au règne de la complication, le populisme, n’est pas qu’une réaction contre la perte des repères identitaires, il est aussi protestation contre cette société bureaucratique envahissante qui nous asservit dans chacun de nos actes.

L’auteur est sur ce point très réaliste et ne cache pas que les mouvements populistes sont guettés, comme avant eux la droite et la gauche « de gouvernement », par le risque d’affadissement. Tous sont en effet sur un marché politique fermé, celui des électeurs, et « ont besoin de séduire une clientèle très diversifiée. Il leur faut donc acheter les suffrages de personnes très différentes. Pour cela, il convient de présenter un programme de gouvernement comportant une multiplicité de mesures ponctuelles, qui souvent concerneront un nombre restreint d’électeurs, mais compteront beaucoup pour ces électeurs-là ». L’allusion à certains volets du programme du FN est transparente, et ses dirigeants seraient bien inspirés d’y voir une forme d’avertissement. Car tout laisse à penser que les électeurs seront de moins en moins dupes des « promesses faites pour ne pas être tenues ». Il serait dommage que le FN dilapide ce qui lui reste de capital de sympathie pour ses positions en faveur des valeurs identitaires pour avoir défendu des mesures clientélistes qui lui aliéneront des voix de la vraie droite sans lui faire mordre autrement que marginalement sur l’électorat de gauche.

Jacques Bichot observe très justement que « Plus une société est policière, plus le pouvoir est lié à la complication », et que celle-ci est « liée à la boulimie d’hommes de pouvoir qui entendent imposer leur volonté, et cela aussi bien dans le domaine des affaires, des entreprises, que dans la sphère politique. Autrui, en tant qu’être humain, leur importe assez peu : c’est un administré, un client, un salarié, qui constitue une sorte de matière première pour la fabrication d’une success story… Le chef n’a pas pour projet de servir, mais de se servir des autres pour atteindre ses propres objectifs… ».

Le dirigeant altruiste, au contraire, « réellement soucieux des autres, et ipso facto désireux de leur rendre service, ne cherche pas à compliquer par tactique : il joue franc jeu ». La question est dès lors de savoir s’il existe encore des dirigeants altruistes. Pour Jacques Bichot, la réponse est positive, mais il est trop bon connaisseur du monde dans lequel nous vivons pour attendre le salut d’une collection de démarches individuelles, tant le Système est gangrené. C’est bel et bien d’un sursaut des consciences que nous avons besoin. Pour ce faire, l’auteur rappelle que la lutte contre la complication relève largement de la maxime de la Seconde Epître de Paul aux Corinthiens : « La lettre tue, c’est l’esprit qui vivifie ». La lutte contre la complication est donc une lutte pour l’esprit, contre les forces mortifères de la désintégration sociale et culturelle. C’est dire que la route sera longue et semée d’embûches.

Bernard Mazin
9/7/2015

Jacques Bichot, Le Labyrinthe / Compliquer pour régner, éd. Les Belles Lettres, mars 2015, 238 pages.

Notes :

1. Laurent Bouvet, L’Insécurité culturelle / Sortir du malaise identitaire français, éd. Fayard, janvier 2015, 183 pages.

2. Collectif, Gouverner par le chaos / Ingénierie sociale et mondialisation, éd. Max Milo, collection Essais–Documents, 29/04/2010, 94 pages.

Correspondance Polémia – 11/07/2015

Image : Jacques Bichot, économiste, professeur des universités, membre honoraire du Conseil économique et social et spécialiste de la question des retraites – en marge, 1re de couverture.