Articles

Le Déclin français et les années 1970

Le Déclin français et les années 1970

Print Friendly

Le rapport Gallois le relève dès ses premières pages : le début du déclin français date des années 1970. Pour autant il ne cherche pas à tirer quelque enseignement que ce soit de cette constatation : il s’abstient de toute allusion directe à la période extraordinairement brillante qui précédait ces années 70 ; et pas davantage il n’aborde les événements et décisions politiques de l’époque qui pourraient être responsables de ce déclin. (1) Or en dépit de leur ancienneté, ces années méritent grande attention. P.M.


Des Trente Glorieuses à aujourd’hui

Quelques chiffres permettront de situer la brillante période 1950-1970 et l’exceptionnelle prospérité que connut alors la France et qu’on ne peut attribuer à la reconstruction de l’après guerre. Certes celle-ci avait stimulé l’activité mais son influence ne pouvait être que passagère : en 1949 l’économie française avait retrouvé son niveau de 1938 et l’élan de la reconstruction ne pouvait plus expliquer la persistance de l’expansion.

Or de 1949 à 1969, le taux moyen de croissance annuelle évolua entre 5 et 5,5% et le chômage resta extrêmement faible : 1,2% de la population active jusqu’en 1958, même s’il augmenta ensuite quelque peu (2,2% dans les années 1960). Dans les dernières années de cette période, la France était même en mesure, grâce à ses résultats en commerce extérieur, d’exiger le remboursement en or de ses avoirs en dollars. (2)

Or à partir des années 1970 tout a changé. Notre situation économique a entamé une détérioration dont rien, et pas même les hauts et les bas circonstanciels, ne peut masquer l’implacable continuité :

Taux annuel moyen de croissance Taux de chômage
1949-1957 5,3% 1,2
1957-1970 5,4% 2,2
1970-1980 3,3% 5,4
1980-1992 1,9% 9
1993-2008 1,3% 9,1
année 2012  10 à 11

Les changements des années

Sauf cécité volontaire, il est impossible de ne pas se demander quelle est l’origine de ce renversement de tendance.

1) L’orthodoxie contemporaine fournit une réponse « politiquement correcte » qui a l’avantage de situer la cause du malheur dans un événement extérieur, dans une sorte de cas de force majeure exonérant l’idéologie du moment de toute responsabilité : est accusé en l’espèce le choc pétrolier de 1972, c’est à dire la décision des pays producteurs de pétrole de brusquement et fortement augmenter le prix du baril

On ne saurait évidemment nier l’effet nocif de cette décision. Mais il n’est pas possible de lui attribuer la responsabilité des quarante années, ni même des dix années suivantes : en effet le choc pétrolier a été absorbé en quelques années grâce aux efforts entrepris pour économiser l’énergie et développer l’utilisation des sources de substitution. C’est ainsi que la part de la consommation d’énergie dans le PIB après avoir évolué entre 5 et 6% dans les années 1950-1970 et avoir presque doublé à partir de 1974 était revenue autour de 7% dès 1980 avant de retrouver le niveau des années de prospérité (d’ailleurs le contre-choc pétrolier des années 1980 favorisa ces efforts).

En vérité il s’est produit dans ces années 1970 un bouleversement d’ensemble qui a particulièrement affecté la France. En quelques années nombre des traits qui caractérisaient le modèle français ont été effacés l’un après l’autre

*

2) On notera d’abord, même si elle fut un peu plus tardive, la libéralisation de la gestion de l’économie. En effet durant ces années que Fourastié qualifia de « trente glorieuses », la France avait vécu sous un système dirigiste où la puissance publique tenait un rôle d’orientation décisif. Il convient de rappeler :

  • que l’ensemble du système bancaire était nationalisé et se conformait, dans leurs grandes lignes aux recommandations des pouvoirs publics ;
  • que les entreprises régissant la production et la distribution de l’énergie appartenaient également à la communauté nationale ;
  • qu’il en allait de même de grandes entreprises industrielles comme Renault ou Air liquide ;
  • que les prix étaient contrôlés ;
  • que le Trésor avait la haute main sur les émissions d’actions (jusqu’en 1959) et d’obligations, puisqu’il lui appartenait de les autoriser ou non en vertu d’une loi du 23 décembre 1946 (qui reprenait une loi de 1941) ;
  • qu’au sein d’un commissariat au Plan se réunissaient les représentants du patronat, des syndicats et des ministères ;
  • que si les recommandations de ce commissariat n’étaient pas obligatoires, elles n’en exerçaient pas moins une forte influence sur l’orientation globale de la politique économique et sur les décisions de tous les acteurs. C’était la « planification à la française ».

Ce système n’a pas vraiment été démantelé dans les années 1970 : les atteintes les plus spectaculaires qui lui ont été portées ne l’ont été que dans les années 1980 avec les dénationalisations des banques. Mais une lente évolution a commencé : M. Giscard d’Estaing élu en 1974 ne passait pas pour un dirigiste, le contrôle des prix connut des sorts variables, le 7è Plan (1976-1981) ne suscitait déjà plus (en dépit du maintien du Commissariat) l’« ardente obligation » qu’avaient suscitée nombre de ses prédécesseurs. Cette légère évolution a-t-elle contribué à la diminution des performances économiques du pays ? Il serait imprudent de l’affirmer comme il serait inutile de rouvrir ici une discussion classique sur les mérites comparés des systèmes économiques. Du moins peut-on tirer de l’évocation de cette période, la conclusion que, contrairement à ce qui est souvent répété comme une vérité éprouvée, l’intervention de la puissance publique dans la vie économique n’est pas nécessairement catastrophique et qu’elle peut obtenir des résultats très brillants et durables. En tout cas, il est permis d’imaginer les clameurs qui auraient accueilli l’évolution inverse, celle qui aurait vu successivement une période de grande prospérité sous un système libéral puis des années de déclin coïncidant avec une économie dirigée par les pouvoirs publics…

*

3) La décision américaine de renoncer à la convertibilité du dollar en or et la destruction du système monétaire de Bretton Woods furent un important facteur de changement. Le régime des changes flottants, outre qu’il substituait une certaine instabilité à la sécurité antérieure, ne pouvait qu’accélérer le danger d’une inflation mondiale dont la politique monétaire américaine était grosse depuis la guerre du Vietnam. Ce danger conduisit le gouvernement français à renoncer progressivement au système de financement public qui reposait beaucoup sur le marché monétaire (extension remarquable des émissions des bons du trésor dans les années 1950 et 1960, facilitée notamment par la fixation d’un plancher de bons qui était imposé aux banques) et qui était jugé de nature inflationniste. La France revint donc dans les années 1970 à des méthodes plus classiques : les grands emprunts se multiplièrent (1973, 1976, 1977 et, bénéficiant de forts avantages fiscaux, 1978). Cette évolution aboutit finalement dans les années 1980 à une libéralisation du marché financier.

*

4) Mais il est surtout un autre changement qui fut le facteur décisif et qui est passé sous silence pour des raisons souvent idéologiques : c’est la destruction rapide, à l’échelle mondiale, des frontières économiques. Cette destruction fut le fruit de négociations internationales multiples exprimant un mouvement de pensée de portée plus générale (3). Utilisant et portant ce mouvement de pensée, le pouvoir américain imposera successivement toutes les négociations nécessaires pour atteindre son objectif : la libéralisation des échanges mondiaux et l’exposition à la concurrence des pays en voie de développement. S’y ajouta un début d’unification européenne. Pour la France , il en résulta la disparition rapide d’un système de protection très ancien, sous lequel vivaient, depuis des générations, l’économie et surtout l’industrie françaises. Une description chiffrée de cette évolution sera très parlante.

Au 1er Janvier 1960, c’est à dire au cœur des années de prospérité, l’industrie française bénéficiait d’une protection tarifaire moyenne de 20%. Cette protection fort élevée était complétée pour un certain nombre de produits par des restrictions quantitatives à l’importation.

Intervinrent alors :

l’établissement progressif de la CEE. Il conduisait à la suppression des droits de douane entre les six pays membres. La C.E.E avait été mise en place le 1/1/1959. Au 1/1 1970, l’union douanière était achevée. Dans le même temps, l’institution du tarif extérieur commun (TEC) avait ramené la protection vers les pays tiers à 13,4%.

la négociation internationale dite Kennedy round. Le Kennedy Round, lancé à l’initiative et sur l’insistance des États-Unis, marque le véritable coup d’envoi de l’entreprise de mondialisation de l’économie. Ses résultats, obtenus après plusieurs années de négociations, entraient en vigueur au 1er janvier 1972 : ils amputaient le T.E.C. de près de 40% et le ramenaient autour de 8,3%.

Quel que soit le jugement que l’on porte sur une protection tarifaire, on ne peut que constater l’extrême brutalité pour la France d’un choc qui en quelques années a fait passer cette protection de 20 à zéro % sur les importations provenant de la CEE (c’est à dire sur 60% du total des importations industrielles) et à 8,3% sur les importations d’autres provenance. Autrement dit, une « protection globale pondérée » abaissée de 20 à 3,3% en une douzaine d’années.

Il ne s’agissait que de la première étape : de nombreuses négociations internationales sont par la suite venues achever cet effacement des frontières économiques.

Les échanges extérieurs de l’industrie française en 1966

L’industrie française était-elle en mesure de supporter un tel choc ? L’examen du commerce extérieur des produits industriels (ouvrés et semi-ouvrés) conduit à une réponse réservée. En 1966, c’est- à- dire pendant la période de prospérité évoquée plus haut, la balance des importations et des exportations de ces produits se présentait ainsi (il est rappelé que la CEE n’englobait à l’époque, outre la France que l’Allemagne -réduite alors à la RFA -, l’Italie et les trois pays du Benelux et il est précisé que l’intitulé « Tiers ind. » regroupe les pays de l’AELE, le Japon, le Canada et les États-Unis).

En milliers de F.
TOTAL
CEE Tiers ind. Autres
Importations
32 389 556
19 483 606 10 184 860 2 721 090
Exportations
39 035 934
15 528 536 7 958 722 15 548 676
Solde + 6 646 378 - 3 955 070 - 2 226 138 +12 827 586

Ce tableau fait apparaître que le solde créditeur global résulte de la compensation du déficit sur l’ensemble du monde industriel par un excédent sur les pays moins industrialisés. Il donne à penser qu’il existait une faiblesse d’ensemble et que la suppression des mesures permettant de supporter cette faiblesse présentait un risque certain.

Toutefois la situation des secteurs industriels était très variable de ce point de vue.

Certains d’entre eux illustraient la situation globale : déficit vers les pays industrialisés compensé par l’excédent obtenu ailleurs. Étaient dans ce cas : construction des moteurs thermiques, construction électrique, horlogerie, optique, matériel de mines et de travaux publics, etc.

D’autres se trouvaient dans une situation encore plus défavorable, leur excédent sur les pays moins développés étant trop faible pour compenser le déficit sur les pays industrialisés. Tel était le cas notamment d une grande partie de l’industrie mécanique (sauf automobile et matériels ferroviaires), du travail des métaux, des articles en bois et ameublement, des papiers et cartons, des aciers fins et spéciaux, du matériel récepteur de radio et télévision.

Enfin, parmi ceux qui au contraire étaient excédentaires dans les relations avec tous les groupes de pays, on pouvait relever entre autres : une partie de l’électro-métallurgie et de la sidérurgie, l’automobile, les motocycles et cycles, les pneumatiques, le verre, les textiles ( mais sur ce dernier point, il faut relever que subsisteraient encore quelque temps des restrictions quantitatives protégeant le marché français contre les exportations des pays sous-développés.

Un exemple : le sort de l’automobile

Il a paru intéressant de rechercher ce qu’est devenu, depuis les années 1970, dans le domaine des échanges extérieurs, l’un des plus symboliques des secteurs industriels parmi ceux jouissant de la meilleure situation à l’époque : l’automobile.

La situation de ce secteur (à l’époque, secteurs SH n° 440, 441, 442, 443) était la suivante en 1966.

En milliers de francs CEE Tiers industrialisés Autres tiers Totaux
Import. 1 920 167 564 658 31 256 2 516 080
Export. 2 024 212 775 736 1 913 914 4 713 862
Solde +104 045 +211 078 1 882 652 +2 197 775

Il n’est pas possible de présenter en 2011 un tableau synthétique construit de la même façon qu’en 1966. La CEE et ses 6 Etats membres ont laissé la place à l’Union Européenne forte de 27 membres. Et surtout le groupe des pays non industrialisés a été profondément modifié. Il paraît meilleur d’adopter la classification retenue par les Douanes en regroupant si nécessaire certaines zones géographiques.

Résultats 2011, en milliers d’euros.

Totaux U.E. Afrique Asie Autres
Import. 23 796 562 20 892 655 155 723 1 937 723 810 461
Export. 15 752 198 12 611 298 708 470 544 669 1 887 761
Solde -8 044 364 -8 281 357 +552 747 -1 393 054 +1 077300

La comparaison de ces deux tableaux souligne de façon saisissante le déclin de cette industrie française. Alors qu’elle enregistrait des soldes positifs avec toutes les zones, on relève en 2011 qu’elle présente au contraire de multiples soldes négatifs pour un total considérable de plus de 8 milliards €.

On notera la place prépondérante qu’occupe l’Union européenne puisque le solde négatif enregistré avec elle (8,28 milliards €) est à lui seul supérieur au déficit global (8,04 milliards €). De fait, les échanges (beaucoup moins importants) avec le reste du monde se trouvent approximativement équilibrés, le solde négatif enregistré avec l’Asie (Japon surtout et Corée) étant à peu près compensé par des excédents obtenus sur les autres zones (Afrique et Europe hors UE).

C’est pourquoi les relations commerciales avec l’Union Européenne en matière automobile méritent un commentaire particulier qui distinguera entre voitures Diesel et voitures à moteur à explosion (les documents de 1966 ne permettent malheureusement pas de faire cette distinction) entre lesquelles se répartit le déficit de 8,281 milliards : 7,030 milliards pour les Diesel et 1,250 milliard pour les autos à moteur à explosion.

En ce qui concerne les Diesel, la construction française est particulièrement en difficulté puisque sur les 8,281 milliards de solde négatif, plus de 7, on vient de le voir, sont imputables à ce type de voiture. Les principaux concurrents sont l’Espagne et surtout l’Allemagne qui compte à elle seule pour environ 6 milliards dans le solde négatif de 7. Les pays nouveaux partenaires de l’Union (adhérents depuis 2004 ou 2007) tiennent une part relativement importante dans les importations, la Roumanie et la Slovaquie notamment.
Comme déjà dit, on ne sait pas ce qu’il en était pendant la période de prospérité mais la situation globale de l’époque permet d’exclure une infériorité aussi massive que celle d’aujourd’hui. Les statistiques douanières ne permettent pas à elles seules d’analyser les motifs de cette évolution.

S’agissant des voitures à moteur à explosion, il faut immédiatement souligner que le solde déficitaire (1,250 milliard) vient seulement en 2011 des échanges avec des pays d’Europe centrale, nouveaux partenaires de l’Union (depuis 2004 et 2007) (4): République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Pologne notamment, à qui la France ne vend que très peu d’autos (0,250 milliard €) mais qui lui en vendent énormément : 2,1 milliards €. (déficit : 1.850 Md €). Si on fait abstraction de ces courants commerciaux, et si on considère seulement les échanges avec les 14 pays partenaires plus anciens de l’U .E., on trouve un solde positif pour l’industrie française de 0,6 milliard et une balance pratiquement équilibrée avec l’Allemagne…..

L’irruption des pays d’Europe centrale en l’affaire est donc l’événement marquant. S’agit-il du résultat d’initiatives allemandes ? On est tenté de le penser si l’on prend l’exemple des autos de moins de 1000 cm³. Il est en effet piquant de constater qu’ en 2011, dans cette catégorie, alors que l’Allemagne nous a vendu 1704 voitures, la République tchèque et la Slovaquie ensemble nous en ont vendu 71.633, soit 35 fois plus ! Certes les statistiques douanières ne permettent pas de confirmer la rumeur selon laquelle il s’agit là de voitures de marques allemandes qui à défaut d’être produites « in Germany » le seraient « by Germany ». Si pourtant tel est le cas, il est évident qu’en recourant à ces pays d’Europe centrale, les industriels allemands ont recherché l’avantage d’une main d’œuvre moins chère.

Peut-être l’ont-t-ils fait plus massivement que d’autres, mais ils ne sont pas les seuls : la France importe probablement de Slovénie des automobiles Peugeot.

Et cette constatation conduit une nouvelle fois à une conclusion de nature politique : en imposant pratiquement les délocalisations, grâce à la suppression des frontières économiques, le cosmopolitisme a mis en œuvre un autre moyen de « casser » ce « verrou qui doit sauter : la nation ».

Pierre Milloz
29/07/2013

Notes

(1) Nombre de renseignements utilisés dans la présente note proviennent d’un document établi en 1968 à l’issue de la négociation Kennedy
(2) Bien sûr, tout n’était pas parfait et la période a connu ses difficultés, comme l’ont montré les grèves de 1953 et 1963 ou les dévaluations du franc décidées, pour des motifs partiellement étrangers à l’économie, en 1958 et, en fin de période, en 1969.
(3) Ce mouvement de pensée d’inspiration cosmopolite, exigeant l’ « ouverture au monde » et érigeant l’ « autre » en objet d’une amitié obligatoire et réglementaire, allait bien au delà des questions économiques. C’est en France l’époque de la loi Pleven (1er juillet 1972) qui pose en principe pour la première fois dans l’histoire de France l’interdiction de distinguer entre un Français et un étranger ; de la montée en puissance de l’immigration ; du décret sur le regroupement familial des immigrés ; c’est aussi à la même époque, plus précisément le 18 juillet 1970 que M.de Rothschild écrit dans  Entreprise  : « La structure qui doit disparaître, le verrou qui doit sauter, c’est la nation ».
(4) Il faut saluer ici l’heureuse initiative qui, au sein des statistiques douanières concernant l’U.E., a isolé les mouvements de commerce extérieur entre la France et ces douze pays.

Correspondance Polémia – 1/02/2013

Image : usine désaffectée – Crédit photo : mamasuco via Flickr (cc)